• D2: Jean-Guy Wallemme n'est (déjà) plus l'entraîneur du White Star

    Sudinfo.be

    Arrivé cet été, Jean-Guy Wallemme ne sera pas resté longtemps le coach du White Star Bruxelles. Après un peu plus d’un mois à la tête de la formation bruxelloise, la direction a décidé de se séparer de lui. C’est Laurent Dricot, qui était son assistant, qui reprend l’équipe jusqu’à nouvel ordre.

    
Jean-Guy Wallemme n’est plus l’entraîneur du White Star.

    edu botella

    Jean-Guy Wallemme n’est plus l’entraîneur du White Star.

    Le Français Jean-Guy Wallemme, ancien joueur emblématique du RC Lens et ex-coach de l’AJ Auwerre, n’est (déjà) plus le nouvel entraîneur du White Star Bruxelles.

    Les causes de ce coup de tonnerre ne seraient pas uniquement liées aux résultats lors des matchs de préparation (4 défaites et 2 nuls), explique la DH, qui lâche l’info. Il s’agirait aussi d’une réaction de la direction vis-à-vis des critiques formulées au sujet du recrutement. Wallemme se serait en effet plaint que des joueurs amenés par John Bico (l’agent d’Eden Hazard) n’ont pas le niveau de la D2.

    Aucun communiqué n’a encore été publié sur le site officiel du club. Il y est bien précisé que le club cherche des stewards, mais pas (encore) qu’il doit aussi trouver un nouvel entraîneur.

     Source : SudPresse

     

    D2 : le White Star confirme le renvoi de Jean-Guy Wallemme

    Jean-Guy Wallemme ne sera pas resté longtemps comme entraîneur du White-Star Bruxelles.

     

    Jean-Guy Wallemme ne sera pas resté longtemps comme entraîneur du White-Star Bruxelles.

     

     

    L’info était annoncée mardi, elle est officialisée par le club ce mercredi.

    Le Français Jean-Guy Wallemme, 45 ans, ancien joueur emblématique du RC Lens, ex-coach de l’AJ Auwerre et de Lens, n’est (déjà) plus le nouvel entraîneur du White Star Bruxelles. Le club du Stade Fallon a confirmé l’information dans un communiqué diffusé tard dans la soirée de mardi sur son site. Soit cinq jours avant la reprise du championnat de D2. Le communiqué précise que le staff sportif en place a la confiance de la direction. Autrement dit c’est l’adjoint sénégalais de Wallemme, Abdou Karim Ba, surnommé «Krimau», qui prend le relais.

    En voici le texte intégral: «La direction du White Star Bruxelles et Jean-Guy Wallemme ont déjeuné ensemble ce mardi et décidé de mettre un terme à leur collaboration. La direction remercie l’entraîneur pour son oeuvre tout au long de cette période de préparation estivale. Par ailleurs, le club a renouvelé sa confiance au staff sportif en place.»

    Les causes de ce ce coup de tonnerre ne seraient pas uniquement liées aux résultats lors des matches de préparation (4 défaites, 2 nuls et aucun but marqué).

    Il s’agirait aussi d’une réaction de la direction vis-à-vis des critiques formulées au sujet du recrutement. Wallemme se serait en effet plaint que des joueurs amenés par John Bico (l’agent d’Eden Hazard, ndlr) n’ont pas le niveau de la D2.

     Source : Lavenir.net


    votre commentaire
  • (Belga) Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné lundi trois jeunes hommes pour des vols commis en bande, dans les stations de métro de la capitale. Les délinquants se postaient aux sorties des stations, distrayaient les voyageurs et leur subtilisaient portefeuilles, sacs et autres effets personnels.

    Les prévenus, tous âgés de 18 ans, avaient accosté un homme, en novembre 2012, à la sortie de la station Tomberg à Woluwe-Saint-Lambert. Ils lui avaient volé son iPod et son GSM. Quelques jours plus tard, deux de ces trois auteurs avaient arraché son sac à une vieille dame, à la sortie de la station de métro Montgomery, à Woluwe-Saint-Pierre. Là, ils avaient été clairement identifiés sur les images de vidéo-surveillance de la station et la police avait débuté l'enquête. Début janvier 2013, les deux mêmes délinquants avaient à nouveau accosté un homme pour lui voler son iPod dans une station de métro de Bruxelles. Les auteurs avaient chaque fois utilisé le même mode opératoire. L'un ou deux d'entre eux accostaient la victime sous une fausse excuse tandis que le dernier s'emparait discrètement des effets personnels de la personne. L'un des prévenus a écopé de 40 mois de prison avec sursis, un autre a été condamné à 3 ans de prison avec sursis et le dernier, qui n'a participé qu'au premier vol, a écopé d'une peine de travail. (Belga)


    votre commentaire
  •  

     

    A qui sont ces deux chats ? + Domino est recherché par ses maîtres

    A qui sont ces deux chats ?

     

    Ces deux là ont élu domicile depuis plusieurs semaines avenue Gilbert Mullie à hauteur du n° 57. Ils sont plus facilement visibles le soir vers 19-20h. Ils sont tous les deux de petite taille et minces. L'un est à poils longs et l'autre à poils courts. L'un des deux a un collier souple sans nom ou téléphone dessus. Ils sont d'une infinie gentillesse et ont, peut-être, été abandonnés pendant les vacances. Ou, pourquoi pas, eux aussi ont eu envie de vacances!!! Quant à moi qui écris cet article et qui partage tous les jours un peu de mon temps à donner de la tendresse, dans la rue, à ces deux chats, il m'est impossible de les accueillir dans mon appartement car mon chat n'apprécierait vraiment pas la venue de concurrents.

    21/08/13 : Le chat à poil long a disparu depuis un certain nombre de jours. Peut-être a-t-il retrouvé ses maîtres!!!

    Le chat à poil court a retrouvé, par un agréable concours de circonstances, ses maîtres qui habitaient à... quelques centaines de mètres de l'avenue Gilbert Mullie.  

    A qui sont ces chats ?A qui sont ces chats ?

     --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Il s'appelle Domino, a deux ans, et ses maîtres le recherchent désespérément. Il n'a pas de collier mais une puce et n'est pas du tout habitué à vivre dehors. Il a disparu le samedi 20 juillet en ayant sauté du balcon d'un immeuble situé sur la chaussée de Roodebeek au-dessus de la station Shell à Woluwe-Saint-Lambert. Il a été aperçu dans le parc en face des Iles d'or. Si jamais vous le voyez, téléphonez au n° 0477/82-28-43 

     

    A qui sont ces deux chats ? + Domino est recherché par ses maîtres

     

    Bonne nouvelle : Domino a été retrouvé par ses maîtres ce lundi 5 août vers 22h. Un voisin a signalé à ses maîtres que Domino était sur le toit d'un hangar proche de l'habitation qu'il avait quittée. Il est un peu amaigri mais en pleine forme.

     ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    Photo : Trouvé à Woluwe (square Marie José). Se trouve actuellement chez CatRescue. 0475 55 96 47 (France) ou 0477 53 11 32 (Joëlle)

    votre commentaire
  •    AMÉNAGEMENT : L’échevine et députée Isabelle Molenberg demande des mesures.

    Le boulevard Brand Whitlock est infranchissable excepté à deux endroits. L’artère coupe la commune en deux et souffre d’un manque d’entretien, s’affirmant comme calvaire en termes de mobilité douce. La commune demande des aménagements mais la Région semble résignée à l’inaction.

     Le kilomètre et demi qui sépare le rond-point Montgomery du square Vergote coupe Woluwe-Saint-Lambert en deux. Le boulevard Brand Whitlock est davantage une autoroute urbaine, véritable contre-exemple pour la mobilité des piétons, cyclistes et personnes à mobilité réduite (PMR). En juin, l’échevine et députée bruxelloise Isabelle Molenberg remettait le dossier sur le tapis en interpellant la ministre sur l’avenir de cette artère, rappelant qu’en quatre années de législature aucun changement n’était à noter. « Au contraire, la situation empire, note l’élue de Woluwe. Le boulevard est infranchissable, à l’exception d’un carrefour à hauteur de l’avenue Georges Henri et en sous-sol par la station de métro du même nom, ou par le tunnel Vergote, qui représente d’autres sources de problèmes liés cette fois-ci à la sécurité, et qui n’est pas accessible à tout le monde ». L’unique évolution semble être le laisser-aller en termes d’entretien général, « à l’exception du bitume des voies latérales qui a été entièrement et récemment refait. Les abords sont par contre désastreux : dalles cassées ou descellées, saleté permanente, éclairage défaillant… » Et pourtant, le cas du boulevard Brand Whitlock a fait l’objet d’interpellations et de propositions. En 2008, l’association de comités de quartier Wolu-Inter-Quartier (WIQ) présentait un projet d’aménagement, ciblant des mesures à court et plus long terme, pour l’axe Montgomery – Meiser, intégrant le boulevard, et visant à recréer un lien entre les deux rives et donnant la priorité à la circulation locale. Parmi ces mesures, une réduction du nombre de bandes réservées à la circulation automobile et de la largeur de ces bandes – induisant une diminution de la vitesse ; l’établissement de plusieurs liaisons entre les deux rives (rond point à George Henri, passages pour piétons, éventuellement passerelles) ; le réaménagement complet des trottoirs ; l’amélioration des conditions des traversées piétonnes ; l’intégration des PMR, des cyclistes, des bus en site propre ; ou encore l’établissement d’un plan lumière. « Des projets sont prévus pour le boulevard général Jacques et la place Meiser, mais pas pour les axes qui les relient et qui constituent un maillon oublié. Des aménagements ont également été réalisés au niveau du boulevard Saint-Michel, mais le tronçon de Brand Whitlock est totalement oublié », dénonce Isabelle Molenberg. L’échevine plaide notamment pour que des aménagements à moindre coût soient menés, comme la suppression de bandes de circulation sur cet axe qui en compte jusqu’à neuf par endroits. « Cette très belle artère a été transformée, il n’y a pas si longtemps, en une quasi-autoroute, a répondu Brigitte Grouwels. Cette situation peut changer mais, en toute honnêteté, nous n’avons pas prévu dans l’immédiat de profondes adaptations. » La ministre des Travaux évoque le maintien du viaduc Reyers dans le schéma directeur de la Moyenne ceinture et le réaménagement de la place Meiser prévu en 2019-2020 comme autant de freins à d’autres projets. Elle a néanmoins assuré que les questions d’entretien et d’aménagements plus sommaires seraient prises en compte par son administration, faisant notamment référence à un projet existant visant à rendre accessible ce tronçon de la Moyenne ceinture. « Nous pouvons soumettre ce projet pour avis à la commune. » Du côté de Bruxelles Mobilité, on ne voit que le projet présenté voici deux ans : de simples marquages entre Montgomery et Georges Henri instaurant une bande bus et vélos vers Montgomery, et une piste cyclable vers Georges Henri. « Un projet pas très bien accueilli par la commune car prévoyant la suppression d’une bande vers Montgomery », confie l’administration. L’échevine, elle, se souvient bien d’un projet porté par la Stib et pour lequel le collège avait effectivement émis de sérieuses réserves, « parce qu’il prévoyait l’abattage d’arbres, alors que le bus est bloqué avant ce tronçon. Qui plus est, les marquages prévus étaient insécurisants. Nous plaidons pour que l’on supprime des bandes de circulation plus loin, entre le tunnel Georges Henri et la sortie d’autoroute, où il y a jusqu’à neuf bandes, et qu’une bande soit transformée en stationnement en épi, ce qui permettrait de gagner de l’espace de parking et de diminuer la vitesse, aujourd’hui excessive ».

    ■  MARIE DE SCHRIJVER

    Source : "Le Soir"


    votre commentaire
  • Deux facades woluwéennes fêtent le 21 juillet avec originalité et humour

     Deux facades woluwéennes fêtent le 21 juillet avec originalité et humour

     Rue de l'Activité - Rue du Zéphir

     


    votre commentaire
  •  

    Clin d'oeil photographique à l'actuelle vague de chaleur (étang du Rouge-Cloître) 

    Clin d'oeil photographique à l'actuelle vague de chaleur

     ETANG DU ROUGE-CLOITRE A AUDERGHEM

     


    votre commentaire
  • Fix My Street permet de signaler les nids-de-poule. Avec quel résultat ? 40 % de dossiers refermés, promet Grouwels.

     

     

    Fix My Street permet de signaler les nids-de-poule. Avec quel résultat ? 40 % de dossiers refermés, promet Grouwels.

     

    BRUXELLES - L’application Fix My Street est en route depuis février. 2.802 défectuosités des routes bruxelloises ont déjà été signalées. Soit 30 par jour. Ce sont les chaussées et le revêtement qui préoccupent le plus les usagers.

    2.802 défectuosités de voiries publiques en Région de Bruxelles-Capitale ont été signalées via l’application numérique Fix My Street. Depuis février et le lancement de l’application, la moyenne est donc de 30 signalements par jour.

    Pour rappel, «Fix My Street» est une application visant à signaler aux autorités des défectuosités de l’espace public, tant sur les voiries communales que régionales. Les incidents pouvant être signalés couvrent les nids-de-poule, les trottoirs endommagés, les marquages au sol en mauvais état, les pistes cyclables difficilement visibles ou les revêtements de chaussée usés.

    Les chaussées et le revêtement dégradé

    C’est le 30 avril, le jour du lancement de Fix My Street, que le plus grand nombre de plaintes ont été enregistrées: 107 signalements ont été transmis.

    Parmi le total de plaintes, ce sont celles sur l’état des chaussées qui sont les plus nombreuses (47 %). Suivent de très près vos remarques sur l’état des trottoirs (46,8 %). Viennent ensuite les pistes cyclables (3,4 %), les espaces verts (2,4 %) et enfin les ponts et tunnels (0,4 %).

    Concernant les causes des signalements, le revêtement dégradé est le plus ennuyeux pour les utilisateurs. Il concerne 30 % des plaintes. Suivent les trous (21 %), les affaissements (11 %), le marquage effacé (8 %) et les potelets arrachés (7 %). D’autres dégâts (panneaux, feux, signalisation défectueux) regroupent les 3 % de plaintes restant.

    40 % de résolution

    L’intérêt de Fix My Street étant de solliciter l’intervention des autorités, on peut tout de même saluer les 40 % de plaintes résolues suite à leur signalement, soit 1126 dossiers fermés. 54 % sont par ailleurs «en traitement» et 6 % en attente.

    Alors que Brigitte Grouwels, Ministre bruxelloise des travaux publics (CD&V) espère que les 5 communes manquantes au projet rejoindront la plateforme d’ici fin 2013, elle annonce aussi d’autres fonctionnalités imminentes comme la signalisation de défauts au mobilier urbain ou à l’éclairage public.

     Source : lavenir.net

     

         Fix My Street : 140 incidents signalés à Woluwe-Saint-Lambert 

    Si vous tapez "fixmystreet.irisnet.be" et que vous recherchez la commune de Woluwe-Saint-Lambert, vous constaterez que 140 dossiers ont été ouverts. Il serait intéressant de savoir combien de ces dossiers ont été résolus, sont en traitement ou en attente.  

     

     

       


    votre commentaire
  • division 2

    Pierre François et le White Star Bruxelles: «C’est un projet de construction»



     

    Pierre François évoque son nouveau travail au White Star Bruxelles, qu’il espère voir en D1 rapidement. Le Standard? «Aucun esprit de revanche».

    Depuis le 19 avril, Pierre François a repris du service, au White Star Bruxelles (ex-White Star Woluwe). Un peu moins d’un an après avoir été remercié par Roland Duchâtelet, au Standard, il est de retour dans le «circuit», avec un projet en construction. «Impatient d’être le 4 août, pour voir ce que va donner le premier match officiel (contre Geel)», l’administrateur-délégué, installé par le fonds dubaïote Gulf Dynamic Challenge fait le point, alors que l’équipe en termine avec son deuxième stage de la préparation, au Domaine des Hautes-Fagnes à Ovifat, sous les ordres de Jean-Guy Wallemme.

    M. François, passer du Standard de Liège au White Star Bruxelles doit être un fameux changement, dans l’approche du travail…

    Ça l’est, et cela me permet de faire des choses que je ne faisais pas nécessairement au Standard. Pour la licence, par exemple, j’ai assuré le suivi de A à Z alors qu’au Standard les différents départements (ressources humaines, financier, infrastructures et sécurité) préparaient le terrain. Dans la précédente structure, il y avait 25 employés, en dehors du département sportif. À Woluwe, on est 4, ce qui est bien pour un club de D2.

    Une petite structure, mais le projet est là. Vous êtes-vous fixé un calendrier pour rejoindre la D1 ?

    C’est un projet de construction, dans tous les sens du terme, à tel point qu’il a fallu acheter du mobilier, des imprimantes… Parce que l’ancien président (Michel Farin) voulait gérer le club au départ de sa société, dans ses bureaux, et je ne veux pas l’en blâmer d’ailleurs. Accéder à la D1 le plus vite sera le mieux. On se rend compte de l’importance de la tâche, mais on est convaincu qu’il y a la place pour deux équipes de D1 à Bruxelles.

    L’équipe est assez jeune, ne sera-ce pas un frein, pour cette saison du moins ?

    Elle est jeune, mais elle a un potentiel de développement. Et puis nous avons des anciens joueurs du club, et d’autres qui ont un certain bagage (NDLR  : le club a accueilli hier l’arrivée d’un attaquant franco-sénégalais, Basile de Carvalho, 30 ans, transféré du Levski Sofia, où il a marqué 20 buts la saison passée). Avec des joueurs de cette qualité, l’espoir est de faire bonne figure cette saison, et de bâtir les bases d’une réelle prétention pour la saison suivante.

    Le nom du club a aussi changé, comment cela a-t-il été perçu ?

    Tout ce qui change pourrait être perçu comme décourageant pour les anciens, mais j’espère que ce n’est pas le cas. Il n’empêche que le nombre de contrats de sponsoring était faible à notre arrivée, et on avait à peine 17 supporters à Westerlo pour le premier match du tour final… Ce qu’on risque de perdre n’est pas énorme.

    En revanche, on voulait donner une image internationalement plus perceptible du club. Sans être piquant, on ne veut pas commettre la même erreur qu’Anderlecht, que tout le monde connaît évidemment en Belgique. Mais lors de mes déplacements à l’étranger, j’ai croisé des gens qui connaissaient Anderlecht, mais ne savaient pas que c’était à Bruxelles… Quand l’investisseur vient de l’étranger, ne pas utiliser le nom de la capitale européenne est peut-être une erreur. Pour autant, les relations avec la commune de Woluwe sont très bonnes. On a d’ailleurs repris ses couleurs pour nos maillots  : noir et blanc.

    Faire une interview de Pierre François sans parler du Standard…

    C’est possible mais compliqué (sourire).

    Quel est votre avis sur la situation de votre ancien club ?

    On m’en parle beaucoup, je reçois encore des coups de fil de supporters. Et je n’en reçois pas moins depuis l’annonce de M. Duchâtelet (NDLR  : de vendre le club).

    Vous comprenez les craintes des supporters ?

    Celui qui a été dirigeant de club doit s’abstenir de faire des commentaires sur la façon de gérer le club. Une chose est certaine  : le Standard n’est pas un club comme les autres, et donc la gestion ne passe pas bien par rapport aux différents acteurs qui entourent le club que si on tient compte de cette spécificité… Les gens, je crois, aimaient que le club soit défendu par quelqu’un qui y tient.

    Imaginons que le White Star joue contre le Standard, en Coupe de Belgique. Y aurait-il un esprit de revanche ?

    Non. Quand je vois Mpoku frapper au but, j’espère qu’il la mette au fond. Je pourrais dire que je souhaite voir le Standard perdre ou louper les play-off, mais je n’y parviens vraiment pas…¦

    Source : lavenir.net


    votre commentaire
  • Publié le Lundi 15 Juillet 2013 à 14h31

    Régions > Bruxelles > Actualité

    Woluwe-Saint-Lambert: une place de parking qui pose question

    Deborah Van Boterdael

    François est un citoyen qui se dit choqué. Et pour cause, le 9 juillet, il parque son véhicule dans la rue des Floralies à Woluwe-Saint-Lambert. Il se place alors juste derrière une Renault Twingo

    
La place problématique

    Q. Bruno

    La place problématique

    À son retour, il découvre avoir reçu une amende mais à sa grande surprise, la Twingo, elle, n’en a pas. Outré, il envoie alors des mails à la Division Stationnement réglementé de la commune afin de comprendre cette différence. On lui expliquera alors que la rue dans laquelle il se trouvait était une zone orange et qu’il était donc dans l’obligation de payer l’amende. Mais rien n’est dit sur le deuxième véhicule.

    Pourquoi donc une telle différence de traitement ? S’agit-il d’un arrangement ? D’un véhicule prioritaire ? Il n’en est rien de tout ça.

    «  Nos agents n’ont pas pu mettre d’amende à ce véhicule parce que celui-ci était stationné devant un garage », nous explique José Fernandez, le supérieur de la Division Stationnement réglementé. «  Et malheureusement, la législation nous interdit de contrôler ce genre de voiture  ».

    Dans un tel cas, ce serait donc au propriétaire du garage d’appeler la police et c’est à cette dernière alors de s’occuper de la situation. Mais les agents chargés de mettre des contraventions aux véhicules mal garés n’ont aucune influence là dessus. «  Et c’est tout à fait déplorable  », nous confie notre interlocuteur. «  Une telle différence de traitement n’est pas juste. Dans les deux cas, les personnes sont en infraction mais il n’y en a qu’une qui doit payer. Je peux donc comprendre la colère de cet homme mais nous ne pouvons rien y faire. C’est aux régions de prendre des décisions et de légaliser tout cela de la même manière  »

    Source : lacapitale.be - La capitale (SudPresse)

    Suite à la diffusion dans la presse de sa déconvenue rue des Floralies, Monsieur François nous a contactés et cela afin de nous faire partager sa petite mésaventure dont il ne croyait d'ailleurs pas qu'elle intéresserait le quotidien "La Capitale". Avec beaucoup d'ironie, il nous signale que, dorénavant, lorsqu'il aura un soucis avec l'administration communale de Woluwe-Saint-Lambert, il aura plus de chance d'avoir une réponse de la dite administration en... se plaignant via les médias car, dit-il, les informations qui ont été transmises à la journaliste, il les attend toujours de la part de la "Division Stationnement réglementé" de Woluwe-Saint-Lambert qui n'a pas répondu à son deuxième mail. Mais, rajoute-t-il, stoïque, ce n'est pas grave, la réponse à la question de son deuxième mail se trouve dans "La Capitale" qu'il remercie très, très chaleureusement.                

    1 commentaire
  • Ces Woluwéens-là ont la main verte

    Ces Woluwéens-là ont la main verte

    Rue Dries

     

    Ces Woluwéens-là ont la main verte

     Rue du Zéphir

    Ces Woluwéens-là ont la main verte

    Rue Dries - Rue Abbé J. Heymans

    Ces Woluwéens-là ont la main verte

     

     


    1 commentaire
  • Tout près du Shopping de Woluwe-Saint-Lambert se trouve un passage sous-terrain, plus proche du coupe-gorge que de son utilité première qui est celle de permettre le passage des piétons vers le parc Malou en passant en-dessous du Boulevard de la Woluwe. Des graffeurs avaient, il y a quelques mois, investi l'endroit et leur talent avait "explosé" ces murs lugubres de visages représentatifs d'une partie de notre population bruxelloise. J'avais, à l'époque, écrit un petit article sur ces graffeurs dont je vantais le message pictural.

    Pour redécouvrir cet article, cliquez sur le lien ci-dessous.

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/woluwe-saint-lambert-ces-graffeurs-la-ont-du-talent-a49330556

    Depuis, les visages ont été revisités par les taggeurs qui, fidèles à eux-mêmes, ont laissé une empreinte au talent... contestable et trop considérable. Les alentours immédiats reflètent d'ailleurs ces fresques "rebelles" puisque le mobilier urbain a été "signé" par des personnes peu soucieuses de ces biens mis à leur disposition par notre administration communale qui s'efforce de combattre, tant bien que mal, les actes délictueux de cette population en décrochage pour qui le mot respect semble avoir été banni du dictionnaire de la vie.

     

    Quand les taggeurs ne respectent pas les graffeurs + mobilier urbain famélique et désossé

    Quand les taggeurs ne respectent pas les graffeurs + mobilier urbain famélique et désossé

    Quand les taggeurs ne respectent pas les graffeurs + mobilier urbain famélique et désossé

                                                Vous ne rêvez pas. Il y a bien un banc dans cet espace "aquatique". 

     

                                                                              Quand les tagueurs ne respectent pas les graffeurs + mobilier urbain famélique et désossé

     


    votre commentaire
  • NO COMMENT


    votre commentaire
  • Si vous ne connaissez pas encore cet excellent blog woluwéen, je vous invite à le visiter et à tomber sous le charme des recettes gourmandes de Cook'n'Roll qui raviront les plus difficiles d'entre vous.

    06 JUILLET 2013

    Gaspacho concombre fraise

    GaspachoFraisesConcombre-1-2

    Pour surmonter la canicule (!), voilà un gaspacho rafraichissant et original à base de concombre et de fraises! Surprenant, on goute bien le fruit contrebalancé par l’acidité du vinaigre; on s’est régalés!

    Ingrédients (pour 6 personnes, ou 10-12 verrines): 
    500g de fraises 
    2,5 concombres 
    2 càs de crème fraîche 
    2 càs de vinaigre de vin rouge 
    1 càc de sel 
    3 goutes de Tabasco rouge 
    15cl d’eau 
    1 tranche de pain blanc (rassis si possible) 
    Poivre, une pincée de piment d’Espelette.

    Préparation: 
    Peler le concombre (complètement, ou une bande sur deux si il est bio). Couper en quatre dans la longueur et enlever les pépins. 
    Equeuter les fraises. En réserver une ou deux pour la déco. 
    Faire tremper la mie de pain émiettée dans le vinaigre et l’eau. 
    Mixer tous les ingrédients finement. 
    Mettre au frais pour une ou deux heures au moins. 
    Rectifier l’assaisonnement. 
    Déguster froid, décoré de tranches de fraises et/ou basilic finement haché.

    GaspachoFraisesConcombre-2

    Retrouvez Cook’n’Roll sur… Cook'n'Roll sur Google+Cook'n'Roll sur Google+Hellocoton52cuisicook52Blog-Appétit.com

     

     


    votre commentaire
  • La web-radio « Radio TAMTAM » inaugure son nouveau studio. 

    Les jeunes de la Maison de la jeunesse de Woluwe-Saint-Lambert ont mis sur pied en 2010 une web-radio. Une radio pour les jeunes et par les jeunes. Aujourd’hui, ils inaugurent leur nouveaustudio.

     

    Les jeunes écoutant de moins en moins la radio, mais étant souvent sur leur ordinateur, l’idée de créer une web-radio était toute naturelle. C’est après une rénovation complète de la Maison de la jeunesse de Woluwe-Saint-Lambert, que l’équipe a lancé « Radio TAMTAM » le 19 juin 2010. La programmation de « Radio TAMTAM » est composée par des jeunes qui participent aux activités de « Wolu-Jeunes » et par l’équipe d’animation. La radio tient à défendre la chanson française et propose des émissions sous la forme de musique en continu avec des infos de proximité. Pour les habitants de Woluwe et ses environs, la séquence « Woluwe tout à loisirs », propose des bon plans resto, des nouvelles en bref, mais aussi des trucs et astuces pour bien vivre dans la ville. Un programme est dédié aux musiciens de Woluwe-Saint-Lambert et de la capitale qui ont envie de se faire connaître. Lors d’émissions en directs dans les festivals, l’équipe propose également des interviews d’artistes belges et internationaux. Elle est aussi souvent présente lors de manifestations dans la commune, dans la région et même en province.

    Grâce à une popularité croissante, la web-radio s’est équipée d’un nouveau studio. Le premier studio est plus adapté au live et le second aux enregistrements. Un studio de production permet également aux animateurs un travail de pré-production plus important. « Radio TAMTAM » propose tout un panel d’émissions dont : « Les matinales Tamtam » du lundi au vendredi de 7h à 11h, « L’agenda de Bruxelles », « L’agenda des soirées », « Woluwe tout à loisir », « Un MaXx de hits en français » tous les jours de 11h à 12h, « Le 15-17 », « BD en bulles » qui aborde toutes les sorties BD, « Radio Libre » du lundi au jeudi de 17h à 18h. Cette dernière émission laisse la possibilité aux jeunes de venir s’exprimer en direct et de discuter de tout et n’importe quoi. Il y a également « Ça part en Live ! » le vendredi de 17h à 18h, qui propose des interviews de jeunes talents ou encore des lives acoustiques. Finalement, le vendredi de 20h à 23h, on retrouve « DJ St Festival » avec 3 Dj’s aux commandes de la radio. Le weekend réserve aussi son lot de surprises car on retrouve d’autres émissions telles que « Le 30 + », un hit parade, le samedi de 14h à 15h. Ensuite de 18h à 20h, le « Go Buzz » débarque et relate toute l’actu média, people, séries TV… bref tout ce qui touche aux médias. De 20h à 22h, «The Electronic Music Show » laisse deux heures libres aux Dj’s pour montrer leur talent. « Flashback », le dimanche de 18h à 20h, permet aux plus nostalgiques de se replonger dans les vieux disques de l’époque. Enfin « Baléaric on Air » diffuse en direct de la plage des Baléares, les sets de DJ Rafaël le dimanche de 20h à 22h.

    « Radio TAMTAM » propose également toutes sortes de formations pour s’initier à la radio. D’abord, la « Tamtam Academie » destinée aux 12-15 ans. Les jeunes seront plongés dans le monde radiophonique et devront, avec l’équipe, réaliser des reportages, animer et réaliser. Ensuite, le « Club radio Tamtam » est réservé aux plus de 15 ans et propose une formation plus poussée en 3 trimestres. Enfin, le samedi 31 août 2013, Wolu Jeunes, le département du Service communal de la Jeunesse, remettra le couvert et proposera une deuxième édition du festival « Jeunes Talents Rock Radio Tamtam ». A la vue des artistes, souvent très doués, l’équipe de « Ca part en Live » a eu l’idée de créer ce projet qui est à la fois un concours et un rendez-vous musical. A la clé, l’enregistrement d’un « EP » et la réalisation d’un clip-vidéo.

    Radio TAMTAM : http://www.radio-tamtam.be/

    Amélie Zucca

    Amelie@tuner.be

    Photo © YM

    Source : Tuner.be


    votre commentaire
  •  En cette période de vacances, trop de chiens (et de chats) se retrouvent abandonnés sur le bord des autoroutes, dans des parcs, attachés à des arbres, enfermés dans des boîtes en carton ou tout simplement largués au milieu de nulle part...                                                                                  

    Ces compagnons de vie, qui nous donnent tant d'amour tout le long de leur existence, deviennent, trop souvent, des compagnons encombrants lors des transhumances estivales.                                                            

    Lorsque vous désirez adopter un animal, n'oubliez pas que celui-ci partagera votre vie tout le temps de SA vie.

     Quant à cette belle petite peluche toute mignonne que vous offrez à votre petite fille ou à votre garçon, n'oubliez pas qu'elle peut atteindre le poids de... cinquante kilos, être malade, avoir des puces, provoquer des allergies, avoir besoin d'être promenée plusieurs fois par jour par beau ou mauvais temps. En contre partie, elle vous donnera de l'amour comme peu d'êtres humains peuvent en donner. Elle vous aimera pour ce que vous êtes. Elle vous sera fidèle toute sa vie. Elle sentira vos peines, partagera vos larmes et elle sera votre compagnon de jeu et de promenade. Certains de vos compagnons fidèles absorberont comme un buvard (surtout vos chats) votre grave maladie et mourront à votre place, heureux d'avoir accompli leur plus beau geste d'amour.   

    Un chien est votre compagnon de vie pour plus de 15 ans. Ne l'oubliez pas !!!!

    Entre la première et la deuxième photo, quinze ans sont passés. Le maître a grandi et le chien a vieilli. N'oubliez pas qu'à 15 ans, votre fidèle compagnon est un vieillard et vous un ado.

    Regardez bien l'expression du chien et de son maître.

    Qu'y voyez-vous ?

    De l'amour, tout simplement.  

    Soyez reconnaissant !


    votre commentaire
  • Petit Woluwe a partagé un lien.
    petitwoluwe.blogspot.be

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires