• Les pavés chinois sont en réalité des pavés portugais qui viennent de.... Chine !

    Les pavés chinois sont en réalité de pavés portugais qui viennent de.... Chine !

    Le président de DéFi a-t-il le temps de gérer correctement sa commune ? Un couac parmi d'autres : les pavés soi-disant "portugais" de la place Saint-Lambert sont importés à bas coût de Chine. Ecolo met en cause les services techniques de Woluwe-Saint-Lambert.

    Un pavé dans la mare d'Olivier Maingain : ce 28 août, Ecolo, dans l'opposition à Woluwe-Saint-Lambert, dépose une motion demandant la suspension des travaux de réaménagement de la place Saint-Lambert... Au risque de fâcher commerçants et riverains, qui attendent avec impatience la fin du chantier. En cause ? De "graves erreurs" dans la gestion du projet par les services techniques de la commune, estime le parti vert.

    Questionné l'an dernier sur l'origine des pavés de granite prévus pour la principale place de la commune, le bourgmestre a assuré qu'ils viendraient "du Portugal et les pierre bleues d'Irlande." On sait que Maingain tient beaucoup à ce que sa commune achète "européen" : il en est ainsi pour les véhicules communaux. Or, Ecolo révèle que les pavés utilisés pour la place sont des matériaux à bas coût importés de Chine.

    Ouvriers chinois en tongs

    "Pourquoi faire venir des pierres de l'autre bout du monde ?", demande le conseiller communal Ecolo Jean-Claude Van der Auwera, qui pointe l'impact environnemental des carrières d'extraction chinoises. En remontant le fil à partir des mentions sur les palettes, le conseiller investigateur a mis la main sur des photos d'ouvriers qui témoignent des mauvaises conditions de travail sur les lieux de production : ils travaillent pieds nus ou en tongs, en shorts, assis à même le sol, avec une absence quasi totale d'équipements de protection individuelle.

    "Qui osera nier les conséquences en termes d'accidents du travail pour ces ouvriers chinois exploités ? Tout cela alors qu'en Belgique, il reste encore des carrières, un savoir-faire unique et des pierres réputées pour leur solidité. Pouvons-nous ignorer l'amertume des ouvriers belges et européens dont les emplois sont sacrifiés lors de marchés publics bâclés ouverts à tous vents ?"

    Un prix anormalement bas

    La qualité des pavés chinois de la place Saint-Lambert, dont plus de la moitié ont déjà été placés, laisserait-elle à désirer ? Le cahier des charges est muet sur les caractéristiques et les performances exigées : des "pavés de granit de teinte grise". "Il est donc impossible de vérifier quoi que ce soit et même de se plaindre si la qualité fait défaut, déplore Van der Auwera. Responsable de ce cahier des charges indigent, le service technique a fait une grosse boulette : il n'a pas jugé utile d'inclure des spécifications techniques minimales en usage pour ce type de fournitures afin d'assurer la livraison de matériaux de qualité. Le Collège n'y a vu que du feu. Du coup, l'entrepreneur peut fournir à peu près n'importe quoi qui ait l'apparence du granite et soit de couleur grise."

    Pour ce projet de réaménagement, la commune a prévu un budget 3,2 millions d'euros. Elle a donc été surprise du prix offert par le soumissionnaire : 1,689 millions d'euros. La Région a suspendu le marché pour cause de "prix anormalement bas". "Mais cette objection n'a pas tenu longtemps, faute de volonté d'en exposer les véritables causes, constate le conseiller communal. Nous pouvons même démontrer une tromperie de l'entrepreneur dans la justification de ses prix pour les pavés ! Que se passera-t-il si demain les 5 400 mètres carrés de pavés se révèlent défectueux ? Les finances communales auront-elles fait une bonne affaire, malgré un prix, pour les pavés, de 539 000 euros, défiant toute concurrence ? A ce risque de surcoût s'ajoute le coût environnemental et social. Nous demandons une suspension du chantier le temps d'examiner les pièces du dossier. Bourgmestre à temps partiel, Maingain n'est pas en mesure de gérer la commune  correctement et les cahiers des charges sont bâclés par ses services."

    Sous les pavés asiatiques, les ennuis...

    Woluwe-Saint-Lambert connaît d'autres déboires liés aux pierres asiatiques à bon marché : rue de la Chapelle, des pavés d'origine indienne ont explosé au premier gel. Au centre culturel Wolubilis, les pierres de parement fondent. Plus récemment, des palettes de pierres bleues chinoises ont été aperçues au château Malou, lieu communal où sont célébrés les mariages civils.

    Source et photo : 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :