• Licencié à 59 ans, il est taxé sur sa prépension à... 63%

    Licencié à 59 ans, il est taxé sur sa prépension à... 63%Claude (prénom d'emprunt), "tout jeune" prépensionné de 59 ans mais senior dans toute sa splendeur, a reçu son C4 dans le cadre d'un licenciement collectif pour fermeture d'entreprise. Son ex employeur ayant l'obligation de lui proposer un service de reclassement professionnel appelé "outplacement", l'a inscrit à cette formation étalée sur plusieurs mois. Grâce à cette formation, il a entamé des démarches (envoi de dizaines de CV, contacts téléphoniques...) auprès de très nombreuses entreprises qui, pour la plupart, ne se sont pas données la peine de répondre à ses courriels. Les réponses qui lui sont parvenues étaient soit des réponses automatiques négatives ou neutres soit des réponses polies mais explicites comme "trop vieux, trop cher, plus assez performant". 

    Il s'est, malgré tout, accroché à ses recherches d'emploi pour, quelques mois plus tard, se désespérer et faire face à la fatalité, à savoir que le marché de l'emploi se désintéresse de ces seniors ayant travaillé toute leur vie comme ouvrier - mais pas que - et n'étant pas porteurs d'un diplôme mettant leur expérience en valeur.

    Claude reçoit tous les mois sa fiche de salaire de prépensionné (chômage avec complément d'entreprise).

    Le complément de son ancien employeur se monte à 384,94 euros brut duquel il faut déduire la retenue sociale rcc et rcic (384,94 - 110,48 = 274,46 euros). De ce montant, il faut encore déduire le précompte sur le chômage qui est de 143,35 euros (274,46 - 143,35 = 131,11 euros). Il lui reste donc de ce complément de 384,94 euros... 131,11 euros.               

    Son complément salarial aura donc été ponctionné jusqu'à près de.... 66% alors que, me rappelle-t-il dans son courrier, il n'a pas demandé à se retrouver au chômage puisque cette situation lui a été imposée par la fermeture de son entreprise et qu'il n'est pas parvenu à retrouver un nouvel emploi pour les raisons invoquées ci-dessus. 

    Voilà donc Claude doublement puni. D'abord pour avoir été licencié dans le cadre d'une fermeture d'entreprise et ensuite pour avoir été "ponctionné" plus que de raisonnable sur un complément patronal qui lui aurait permis de garder la tête au-dessus de l'eau. Ah, pour info, chaque fois que les salaires sont indexés le complément d'entreprise est diminué d'autant.

    Aujourd'hui, Claude est un homme cassé psychologiquement et physiquement car, depuis ce licenciement collectif, son corps l'a lâché à plusieurs reprises et il a déjà du subir trois opérations sérieuses. Il va de soi que, depuis sa perte d'emploi, la vie au sein de son couple n'est pas des plus harmonieuses d'autant que les fins de mois sont difficiles surtout avec un fils à l'université. Ce témoignage, qu'il a voulu partager avec les lecteurs de ce blog, est pour lui une manière de libérer son esprit de ses rancoeurs à l'égard de ce gouvernement (et des gouvernements précédents) pour ses prélèvements vexatoires tous azimuts dans un royaume où, selon l'expression bien connue et de plus en plus d'actualité, "les pauvres deviennent plus pauvres et les riches plus riches".  

    Il termine son témoignage par cette question : A quand une VRAIE taxe équitable ?

     

    Lien utile : 

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/article-extrait-du-journal-la-capitale-un-citoyen-pousse-un-coup-de-gu-a47504908


  • Commentaires

    1
    Charles S.
    Dimanche 5 Novembre à 11:40

    Courage, Claude. 

    2
    Frédo le marin
    Dimanche 5 Novembre à 23:01

    Bonsoir, je compatis envers lui et je le comprends. 

    Mais vous faite une erreur en déclarant " De ce montant, il faut encore déduire le précompte sur le chômage qui est de 143,35 " cette somme est retiré de la partie chômage et pas du complément d'entreprise. Vous allez dire que cela reviens au même, oui et non car le précompte est une avance sur impôt qui sera régularisé lors de l'enrôlement et pas un taxe ou un impôt prélevé sur le complément d'entreprise. Le taux d’imposition est différent suivant la source de revenu.

    Mais cela reste j'en conviens totalement injuste

    Courage  

    3
    Lundi 6 Novembre à 15:31

    Merci pour votre éclairage contradictoire mais utile.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :