• Mais si, on peut rencontrer les commanditaires des cartes "Achète véhicule, même accidenté" !!!

     Photo : Jean-Pierre Debin

    Mais si, on peut rencontrer les acheteurs qui déposent les cartes "Achète véhicule, même accidenté" !!!Alors que les fins limiers de notre commune se disent impuissants à enrayer la déferlante des acheteurs/commanditaires de véhicules d'occasion qui font déposer, par des "petites mains", les envahissantes cartes "Achète véhicule, même accidenté" sur nos pare-brises, une journaliste de "La Capitale" prend rendez-vous, sans problème, avec l'un de ceux-ci. Elle téléphone à 11h00 à "Auto Aila" pour signaler qu'elle désire vendre son véhicule. A 17h00, deux hommes se présentent, lui font une proposition mais la journaliste refuse. Pas de problème non plus pour contacter "Joe Motors", "Auto Idéale", "Infinity Cars" dont le garage, qui a pignon sur rue, se trouve à Gilly (qui n'est pas en Europe de l'Est).....

    Michel, de Nivelles, raconte qu'en trente minutes l'affaire était faite avec paiement cash.

    Selon Chantal Depauw, porte-parole du SPF Economie, aucune enquête n'est menée  sur de possibles arnaques car, depuis quelques mois, une réglementation impose sur la carte de visite un minimum d'indications sur le candidat au rachat. Même son de cloche à la police fédérale où aucune enquête n'est menée sur de possibles arnaques.                                                                  "Une carte de visite n'est, cependant, pas un gage de sécurité", souligne néanmoins Daniel Labours, secrétaire général du Groupement des négociants en véhicule d'occasion.

    Comment se fait-il qu'une journaliste de "La Capitale", prend rendez-vous, sans difficulté, avec ces acheteurs et que notre échevin des Finances, Monsieur Veldekens, signale dans un commentaire publié sur ce blog...... 

    1
    Benoît Veldekens
    Mardi 13 Août à 13:17   Supprimer le commentaire
    Comme Echevin des Finances de WSL, je connais bien le problème de ces cartes. Comme à Uccle, nous les taxons mais les résultats ne sont pas au rendez-vous. Pourquoi ? Parce que les distributeurs sont souvent des illégaux ne connaissant pas le français et qui, lorsqu'on les aborde, disent ne pas connaître les coordonnées de ceux qui les mandatent. Nos services ont effectué plusieurs tentatives pour atteindre ces personnes et les identifier, via les numéros de GSM renseignés sur ces cartes, mais les destinataires se méfient et ils ne renseignent jamais leurs noms et adresses. Il semble qu'ils ne soient même pas établis en Belgique, mais dans des pays de l'Est. Et travaillent par personnes interposées qui disent ne pas les connaître mais avoir été contactés par un ami, etc. Nous ne relâchons cependant pas nos efforts ! Nous recommandons aussi à tout habitant qui constate qu'une distribution est en cours d'immédiatement avertir la police locale. A suivre donc ...

    Benoît Veldekens
    Echevin des Finances
    Woluwe-Saint-Lambert

     

    Gregory Matgen

    Si cela vous intéresse, voici ce que l'échevin des finances avait expliqué au sujet de cette taxe lors du conseil communal de mai. "Il explique qu’il y a un réel problème d’identification. En effet, on taxe d’abord l‘éditeur et, à défaut, le distributeur ou le bénéficiaire. Les personnes qui déposent ces cartes sur les véhicules agissent souvent discrètement et sont souvent
    en situation illégale et il est difficile de remonter la filière de l’employeur. Lorsqu’on essaie de téléphoner au n° de GSM figurant sur la carte, ces personnes ne décrochent jamais et ne rappellent pas si on laisse un message, sauf si on se présente comme client éventuel mais, même dans ce cas, ils ne laissent jamais leur adresse. La commune d’Uccle,qui a est dotée du même règlement, a pu identifier deux distributeurs illégaux.
    Ceux-ci sont venus payer cash à la commune et ont disparu aussitôt pour qu’on ne les repère pas comme clandestins. A Uccle, ce sont des agents de la propreté publique qui ont repéré ces personnes mais ces agents sont facilement reconnaissables. Quant aux agents de police, ils ne sont pas les auxiliaires du service des taxes de la commune mais ils peuvent par contre se déplacer pour des clandestins. Ce sont les habitants qui sont témoins des distributions et qui peuvent appeler la police".
    Le Bourgmestre a également précisé que "ces clandestins sont exploités et que, quand la police les interroge, les réponses sont toujours vagues et imprécises. Il précise que les gardiens de la paix ont reçu l’instruction d’observer les allées et venues de ces personnes et d’informer la police en temps réel mais, dès que ces individus se sentent observés, ils quittent le territoire de la commune".

    Pour lire l'article concernant "Achète véhicule, même d'occasion", procurez-vous "La Capitale" de ce mercredi 25 septembre.

    Ou : http://num.sudinfo.be/cache/data/pdf/sudpresse/20130925/SUDP_TOUR_20130925_022_022.PDF

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lothaire
    Mercredi 25 Septembre 2013 à 17:45
    Lothaire

    Encore un règlement-taxe inutile à WSL, décalé de la réalité du terrain!

    2
    EricD
    Vendredi 27 Septembre 2013 à 21:13

    Un distributeur se trouvait ce vendredi 27 septembre à 17h au Tomberg, à côté de la maison communale. Je l'ai interpellé, il parle français sans problème

    3
    De Coster, Jacques
    Samedi 28 Septembre 2013 à 14:54

    Il me paraît évident que si, ces garagistes distribuent leurs cartes de visite (un véritable fléau), c'est pour qu'on puisse les contacter, sinon, à quoi servent-elles? Il me semble que les autorités communales pourraient se bouger un peu plus!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :