• Mon copain est parti au paradis des chien

                                                                       Hommage à mon pote "Junior"

    Ceux qui me connaissent savent combien le bien-être animal est primordial à mes yeux. L'amour que je porte depuis ma plus tendre enfance à ces compagnons d'une vie est une réalité qui me suit, me porte jour après jour, et m'accompagnera jusqu'à la fin de ma vie. 

                                                          J’ai été particulièrement gâté par l’un de ceux-ci

                                                     Voici l’histoire d'un chien d'exception appelé Junior

    Le début de son existence est une énigme, mais qu'importe ce passé probablement en demi-teinte, c'est la suite qui compte. La vie officielle de celui qui s’appellera désormais Junior a commencé dans un refuge (SPA) à Marseille où il est resté près de deux longues années avant de trouver une âme bienveillante. Faut dire aussi qu’une grande bête aussi imposante que celle-là, n’était pas facile à adopter, d’autant que ce beau chien était quand même assez vif, exubérant et peu discipliné.

    Une jeune femme, bénévole pendant ses heures de loisir dans ce refuge, le promenait de temps en temps. Elle se sentait particulièrement en harmonie avec ce grand chien qui, sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte, l’entourait petit à petit de ses pattes tentaculaires. 

    Un jour, il est entré dans sa voiture pour ne jamais plus quitter celle qui deviendrait sa plus grande complice, son plus grand amour.

    Mon copain est parti au paradis des chien

    De par sa profession, sa maîtresse était une grande voyageuse. Junior l’accompagnait partout : en France, en Espagne, en Allemagne. Elle a finalement posé ses valises… et, lui son panier, chez nous, en Belgique.

    Les nouveaux horaires de travail de sa maîtresse ne lui permettant plus de le promener régulièrement entre l’heure du midi, elle a cherché une personne de confiance prête à partager un peu de son temps avec Junior. C’est là que j’arrive et que je tombe, moi aussi, sous le charme de cet animal tellement attachant. J’étais pris au piège, tout comme sa maîtresse quelques années plus tôt…. mais ça, je ne le savais pas encore ! 

    Lorsque j’ai rencontré Junior pour la première fois, j’ai vu devant moi un grand chien espiègle au regard doux, vif et séducteur. J’ai directement succombé à cette masse de tendresse et de force.

                            Je ne savais pas encore que nous passerions ensemble près de 5 années de bonheur total.

    Mon copain est parti au paradis des chien 

    Lors de nos premières escapades, nous avons appris à nous connaître, à nous jauger, puis à nous adopter, pour, en fin de compte, devenir les meilleurs camarades du monde.

    Mon copain est parti au paradis des chien

    Et puis, jour après jour, les promenades se sont multipliées pour se compter, mois après mois, et année après année. Nos lieux de prédilection se situaient en forêt de Soignes dans les environs du Rouge-Cloître et, lorsqu'il était en pension chez moi, au parc de Roodebeek à Woluwe-Saint-Lambert.

    Combien de fois, lors de ces promenades, n'avons-nous pas bravé la pluie, la neige, les bourrasques de vent mais aussi le soleil caressant d’hiver, comme les rayons plus ardents de l’été. L'automne était la saison que je préférais avec sa farandole de décors d'arbres magiques où les feuilles se parent de fantastiques couleurs rouge et or. 

    Junior aimait la liberté et c'est en forêt qu'il exprimait le mieux cette soif d'espace. Ce chien, parfois un peu délirant, m’obéissait au doigt et à l’œil... sauf quand ses narines humaient une bonne odeur de cuisine ou de repas jeté dans la nature. Là, il fallait montrer qui était le patron... et le patron, c'était toujours lui (MDR). Chaque moment que nous passions ensemble était un enchantement. Lorsque je le voyais courir avec d'autres chiens en forêt, je me disais, en le regardant ainsi gambader et jouer, que là était mon bonheur et que je vivais des moments exceptionnels avec ce grand chien devenu le partenaire d'une partie de ma vie. Ah, j'allais oublier le plan drague imparable de Junior! Quand il voyait une jolie petite femelle, il avançait en sautillant et, étonnement, malgré ses 45 kg, semblait aussi aérien qu'une ballerine sur la pointe des pieds. Cela le rendait irrésistible et surtout très rigolo. L'affaire était dans le sac.

                                                        Il est devenu mon pote, mon copain, mon ami

    Il nous arrivait de faire partager nos escapades à mon fils lorsque, quand son emploi du temps le lui permettait, il nous accompagnait en forêt. Les concernant, je me rappelle une anecdote pas très plaisante. Junior et mon fils ont connu une première dont ils se seraient bien passés : être bloqué dans un ascenseur pendant beaucoup trop longtemps. Lorsque le dépanneur les a sortis de là, ils étaient bien heureux de quitter cet espace exigu et anxiogène où l'oxygène commençait à manquer.

    Ma femme était folle de Junior. Je la taquinais souvent lorsqu’elle nous accompagnait en forêt. Je la surnommais, avec un grand sourire moqueur, « l’épicerie sociale » car ses poches étaient pleines de pommes et de friandises où Junior n’avait plus qu’à se servir en fouillant dans ses poches qui débordaient de partout.

     

    J’ai promené Junior à une période de ma vie où… mes cheveux ont commencé à blanchir comme, tout doucement, les poils de son museau et de ses sourcils. Mon crâne s’est peu à peu dégarni alors que lui perdait ses poils… mais c’était saisonnier ! Mes cernes et mes rides se sont prononcées comme ses babines se sont allongées, affaissées. Mes genoux se sont mis lentement à "grimacer" tandis que ses pattes arrière se sont ankylosées. On vieillissait bien ensemble, comme de vieux potes! On vieillissait bien ensemble mais pas au même rythme! 

    Au début, on courrait ensemble, et lui était plus souvent devant moi que moi devant lui. Ces dernières semaines, la course s’est changée en "train de sénateur" et moi je marchais plus souvent devant lui que lui devant moi. Et puis, en avril 2019, il y a eu la course contre la maladie. Des examens médicaux ont révélé un foutu virus, celui que l’on ne cite jamais, mais qui effraie tout le monde. Quelques semaines plus tard, Junior nous laissait avec nos larmes et ce vide immense que ressentent tous ceux qui ont perdu un être cher. 

    Je pense beaucoup à sa maîtresse qui vit cette séparation de manière plus intense et plus douloureuse que moi car, pour elle, Junior était un soleil permanent, soleil qui, aujourd'hui, se perd lentement dans la lointaine galaxie.

    Cet hommage à Junior est aussi un vibrant hommage à sa maîtresse qui, malgré ses nombreuses contraintes professionnelles, aura été, pendant toutes ces années, une maîtresse prévenante comme jamais je n'en ai vu dans ma déjà longue vie auprès de ces merveilleux compagnons à 4 pattes. Jusqu'à la dernière minute, elle aura été une maîtresse dévouée et aimante au-delà de ce qui était possible. Miriam, vous êtes une "belle personne" et, à ce titre, je ne vous oublierai jamais.

                                                   On vieillissait bien ensemble mais pas au même rythme 

                                 Aujourd'hui, je suis bien seul et l'herbe sur laquelle nous nous reposions est bien triste !

     


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Kenza
    Mardi 6 Août à 13:29

    C'est un très beau texte et très touchant. Quand on perd un chien c'est tellement dur, une partie de nous même s'est envolée et il faut y faire face. Après un peu de temps, il vien se nicher dans votre coeur et vous pourrez en parler sans peine, il restera toujours près de vous

    Monique et Kenza

      • Mercredi 7 Août à 11:41

        Merci pour votre réponse qui me va droit au coeur

    2
    annie31
    Mardi 6 Août à 17:20

    Je suis en train de perdre le mien (il a 17 ans) je comprends votre peine.

    Bonne soirée.

      • Mardi 6 Août à 17:31

        Courage à vous. Pensez à tous ces bons moments et vivez au maximum le temps qui vous reste. Tendresse à vous deux.

    3
    Elza
    Mardi 6 Août à 20:19
    J'ai perdu ma petite Elza fin février d'une sale maladie aussi. Je pleure encore tous les jours . Courage
      • Mercredi 7 Août à 11:41

        Oui, c'est dur mais il parait que l'on s'en remet avec le temps. 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Jean-Jacques
    Mardi 6 Août à 21:09

    Ils nous manquent tellement ces compagnons au quotidien quand ils s'en vont.

    Courage pour surmonter ce moment difficile

      • Mercredi 7 Août à 11:42

        Merci à vous.

    5
    Agnès M.
    Mercredi 7 Août à 13:40
    Bravo pour ce très beau texte si bien rédigé ! Quelle belle et émouvante histoire que celle de Junior et vous ! Toujours une vraie épreuve de perdre un animal de compagnie que l on a tant affectionné ! PCourage à vous et gardez tous ces beaux souvenirs au fond de votre coeur...allez vous en adopter un autre ??un peu plus tard peut être ? Bien à vous.
      • Mercredi 7 Août à 17:51

        Merci pour vos encouragements. Dans l'état actuel des choses, il m'est impossible de penser à un autre chien que celui-ci qui était exceptionnel. L'avenir me dira ce que je dois faire ou pas.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :