• Police zone Montgomery : Un policier menacé par ses pairs ?

    C’est un policier, actif dans la zone Montgomery – qui couvre Etterbeek, Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert – qui se sent bien seul. Et qui estime avoir agi comme il devait le faire lorsqu’il a contribué à identifier trois policiers de sa zone renvoyés, depuis, en correctionnelle pour violences policières. Depuis lors, dénonce-t-il, il est l’objet de menaces et ni sa hiérarchie, ni l’autorité administrative, ni les juridictions ne font en sorte que les menaces cessent.

     Police zone Montgomery : Un policier menacé par ses pairs ?Tout commence le 21 août 2012. La police est appelée pour un différend d’ordre familial à Etterbeek. Un homme, en état d’ébriété, malmène sa compagne en rue. La police intervient en nombre. L’homme ne se laisse pas faire. L’intervention se fait musclée. L’homme est malmené. Il reçoit des coups alors qu’il est menotté. Il est embarqué sans ménagement dans un véhicule de police.

    La scène a été filmée par un riverain à partir de son appartement. Il poste les images sur le site de partage de vidéos YouTube. Immédiatement, c’est un tollé. La vidéo fait un carton sur Internet. Elle est reprise dans les journaux télévisés. Une enquête est ouverte. Elle est confiée, comme c’est l’usage, à l’inspection générale de la police. En janvier 2013, celle-ci entendra notamment comme témoin un responsable de la formation continue à la gestion de la violence.

    C’est cet homme qui aujourd’hui se plaint. Il décortique les images et formule ses observations, indiquant ce qui ne va pas dans l’intervention, permettant aussi d’identifier ses collègues. Cela a provoqué des tensions dans la zone de police et des crispations entre collègues.

    C’est notamment sur la base de cet examen minutieux que trois policiers de la zone seront renvoyés devant le tribunal correctionnel de Bruxelles du chef de coups et blessures dans le cadre de leurs fonctions et de traitements dégradants.

    Une première audience s’est tenue en novembre 2013 devant le tribunal correctionnel. L’examen proprement dit de l’affaire est prévu dans les prochaines semaines. Les policiers n’ont pas été suspendus, une mesure habituellement prise à la police fédérale.

    L’inspecteur principal qui a examiné les images se sent depuis en danger. Un de ses collègues, affirme-t-il, l’a menacé à deux reprises de mort. On lui a rapporté “qu’on l’aura”.

    Il a demandé à pouvoir porter son arme de service en dehors des heures de travail. Cela lui a été refusé.

    Il a porté plainte le 6 mars auprès du service “enquête interne” de la zone, dénonçant un risque potentiel de confrontation avec ce collègue qui est armé.

    Il a saisi son chef de corps quelques jours plus tard. Il a porté plainte en justice. Le collègue qui, selon ses dires, le menacerait a été convoqué.

    Il a été décidé que le collège de police, présidé par le bourgmestre d’Etterbeek, Vincent De Wolf (MR), se pencherait sur le dossier. Cela a été fait. Le collège a estimé que, vu qu’il y avait un dossier judiciaire et qu’il n’y avait pas accès, l’intéressé devait s’adresser à la justice. Le policier a introduit un recours en urgence au Conseil d’Etat contre cette décision. Il a été débouté et n’est toujours pas rassuré.

    Source : http://www.lalibre.be/regions/bruxelles/un-policier-menace-par-ses-pairs-534a8a6e3570aae038b639ac


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :