• Il meurt du covid à Woluwe. Taxe funéraire de 213 euros

    C’est une triste mésaventure qui est arrivée à Philippe (prénom d’emprunt). Son père, domicilié à Braine L’Alleud, est hospitalisé aux cliniques universitaires Saint-Luc, à Woluwé Saint-Lambert. Mais, après six semaines dans le coma, il meurt, une des victimes du COVID. Quand Philippe reçoit le décompte des différents frais entraînés par les funérailles, une ligne attire son attention : " taxe funéraire : 213 euros ".

    La taxe funéraire n’existe que dans les communes de la Région bruxelloise. Et encore, pas dans toutes !

    Cette taxe doit être payée afin d’obtenir l’acte de décès, nécessaire au départ du corps vers le cimetière ou le crématorium. D’ailleurs, certaines communes ne l’appellent pas " taxe funéraire " mais " taxe départ de corps ".

    Woluwe contre Woluwe

    C’est une survivance d’une procédure administrative qui a disparu à peu près partout, explique un professionnel du secteur : jusqu’à il y a quelques années, lors d’un décès, un fonctionnaire communal, l’ordonnateur, devait venir apposer un scellé en cire sur le cercueil. Et ce service donnait lieu à la perception d’une taxe.

    Aujourd’hui, il est extrêmement rare qu’un ordonnateur se déplace encore. Mais la taxe est restée. Et, avec le COVID, plus personne ne se déplace…

    Il s’agit d’une taxe communale. C’est-à-dire que, au nom de l’autonomie communale, chaque commune peut librement déterminer le montant qu’elle veut faire payer. Voire supprimer cette taxe. C’est ce qu’a décidé, par exemple, Woluwé Saint-Pierre. Mais Woluwe-Saint-Lambert, juste à côté, applique la politique inverse et impose un montant parmi les plus élevés : certes, les proches des personnes domiciliées dans la commune ne payent que 83 euros. Mais malheur à vous si vous êtes un " étranger " à cette commune. Dans ce cas, vos héritiers devront débourser 213 euros.

    Pourquoi une telle différence entre deux communes si proches ? Peut-être parce que, sur le territoire de Woluwé Saint-Pierre, il n’y a pas de grand hôpital. Tandis que, à Woluwe-Saint-Lambert, on trouve la plus grande institution hospitalière de la Région, les cliniques universitaires Saint-Luc. Des cliniques d’une importance nationale, fréquentées donc par un grand nombre de patients qui ne sont pas domiciliés dans la commune.

    Source et photo : 

    https://www.rtbf.be/info/societe/onpdp/argent/detail_taxe-sur-la-mort-mourir-a-bruxelles-un-luxe?id=10515239


    votre commentaire
  • Lancement de la phase 3 du plan de déconfinement à partir du 8 juin

    Communiqué de la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Lancement de la phase 3 du plan de déconfinement à partir du 8 juin

    Ce mercredi 3 juin, le Conseil national de sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est réuni et a validé le passage en phase 3 du plan de déconfinement, à partir du 8 juin prochain. En effet, comme en témoigne le rapport quotidien des autorités sanitaires, les indicateurs qui reflètent notre situation sanitaire sont encourageants. Les experts ont donc donné leur feu vert au lancement de cette nouvelle phase

    Celle-ci marque un changement radical d’approche par rapport aux règles en vigueur jusqu’à aujourd’hui. En effet, désormais, la liberté est la règle et les interdictions constituent l’exception. 

    Les activités qui resteront interdites le seront car elles impliquent soit des contacts trop rapprochés entre les individus, soit des rassemblements de masse ou encore parce que des protocoles – c’est-à-dire les règles spécifiques pour un secteur – n’ont pas encore pu être définis. 

    Cette nouvelle approche s’appréhende sur deux niveaux. D’abord, le comportement individuel (quel comportement dois-je adopter face aux libertés retrouvées ?) et d’autre part, le cadre réglementaire qui s’applique à une activité organisée (quels protocoles sont mis en oeuvre par les professionnels pour organiser une activité ?).

    Plus d’informations sur: https://centredecrise.be/fr/news/lancement-de-la-phase-3-du-plan-de-deconfinement-partir-du-8-juin-0


    votre commentaire
  • La difficulté du confinement au Samusocial de notre commune

    La crise du coronavirus a mis en lumière les inégalités sociales au sein de notre société. En effet, impossible de vivre le confinement de la même façon lorsque l’on possède un jardin et que l’on peut télétravailler que lorsqu’on se retrouve dans un appartement exigu et au chômage technique ou encore lorsqu’on est sans domicile. Des disparités criantes que les soignants et les aidants en premières lignes ont appréhendé au quotidien.

    L’accès à la santé inégalitaire

    C’est d’ailleurs le constat que fait Alexis Andries, directeur des opérations pour Médecins du Monde : "Cette crise révèle de grosses lacunes en termes d’accès à la santé, d’accès à du logement digne. Ce sont des moments qui devraient nous inspirer pour l’avenir."

    D’ailleurs, en termes de gestion de la crise du coronavirus, c’est aussi ce que pointait du doigt Emmanuel André, ancien porte-parole du centre interfédéral de crise de lutte contre le Covid-19. Selon lui, "la capacité de l’Europe à contenir l’épidémie du coronavirus en cette période de déconfinement sera largement déterminée par sa capacité à fournir un accès universel et inclusif aux systèmes de soins de santé aux populations les plus vulnérables, comme les migrants et les autres personnes exclues "disait-il dans un tweet.

    Un confinement impossible ?

    Pour certaines personnes, les conditions de vie, la taille des logements ou pire l’absence de logement ont fait de ces deux mois de confinement un enfer. Petit appartement, impossibilité de sortir, plusieurs personnes vivant ensemble dans de petits espaces. Les psychologues tirent d’ailleurs la sonnette d’alarme quant aux conséquences psychologiques du confinement sur les personnes précarisées.

    Conditions que Khadija qui vit dans une chambre du Samu social de Woluwe Saint Lambert décrit. Elle est séparée de son conjoint et vit avec ses trois enfants dans une seule pièce du Samu Social depuis trois ans : "on est obligé de rester dans notre chambre. Pour la nourriture, on sort faire les courses et on revient le plus rapidement possible dans la chambre. On est obligé de rester confinés"explique la mère de famille.

    123 sans-abri répartis en 38 familles vivent dans ce Samu social de Woluwe Saint Lambert. Difficile alors de faire respecter les mesures de distanciation sociale.

    De la difficulté de tester et de tracer le virus

    Au centre du Samu Social de Woluwe Saint Lambert, une campagne de test a été lancée il y a un mois. Peu de temps après le chiffre est tombé. 20% des personnes étaient positives au coronavirus la première semaine.

    Aujourd’hui les chiffres ont diminué. Toutefois, constate Alexis Andries, "le virus continue de circuler"Et d’ajouter, "notre capacité à gérer la crise passera par notre capacité à gérer la crise auprès des personnes des personnes vulnérables".

    Mais c’est toute la difficulté. Pouvoir entrer en contact avec ces personnes exclues. Il faut de la confiance, une prise de contact. Et avec les mesures de confinement, il n’était pas nécessairement facile d’avoir accès à ces personnes. Qui de fait n’avaient donc pas accès aux soins de santé. Une situation qui pourrait créer des situations de cluster de contamination.

    Au sein des personnes prises en charge par le Samu social, celles qui sont testées positives sont ensuite redirigées vers les centres de la Croix-Rouge et de Médecins Sans Frontières. A la fin de cette campagne au Samu Social de Woluwe Saint Lambert, Médecins du Monde aura testé 2500 personnes en situation de précarité ou en rupture de logement.

    Source et photo : 

    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_coronavirus-en-belgique-soigner-dans-les-milieux-precarises-ce-que-la-crise-a-revele?id=10512801


    votre commentaire
  • L'étrange ballet se poursuit : le Boeing 767 de Guinée équatoriale de retour sous nos cieux

    Sa présence à Brussels Airport avait suscité de nombreuses questions la semaine dernière, entraînant d’ailleurs un échange de courriels pas franchement cordiaux entre le ministre de la Mobilité, François Bellot, et le médiateur de l’aéroport, Philippe Touwaide. Après avoir survolé, à moins de mille mètres d’altitude, Braine-l’Alleud, Waterloo, Hoeilaart, Watermael-Boitsfort, Auderghem et Woluwe-Saint-Lambert, le Boeing 767 aux couleurs de Ceiba Intercontinental, compagnie blacklistée par l’Union européenne, s’est posé ce vendredi après-midi sur la piste 01 de l’aéroport bruxellois.

    S’agissait-il, comme la semaine dernière, d’un "vol d’Etat " ? Ce statut est en principe accordé aux avions transportant un chef d’Etat, mais les Affaires étrangères, qui traitent la demande et délivrent l’autorisation, font preuve d’une certaine " souplesse pour des vols avec à bord des membres du gouvernement et même des hauts fonctionnaires, donc en fait toute délégation officielle".

    Précision importante, la demande d’autorisation doit être assortie d’informations détaillées via un formulaire dans lequel il faut notamment préciser de quelles personnalités le vol assure le transport. Tout semblait l’indiquer… sauf que ce vendredi, une heure après l’atterrissage de l’avion, un porte-parole des Affaires étrangères nous communique que " à leur connaissance, il n’y a pas de vol étatique équato-guinéen prévu aujourd’hui". C’est pourtant bien la mention "head of state" qui figure sur le plan de vol de l’avion parti de Malabo quelques heures plus tôt. Voilà un élément de plus à ajouter à la liste des "curiosités" des allées et venues de cet avion en Belgique.

    Que transportait réellement l'avion?

    Difficile en tout cas d’imaginer que le chef de l’Etat de Guinée équatoriale puisse se trouver à bord de cet avion sans que les Affaires étrangères belges soient au courant. Par ailleurs, selon nos informations, il n’y avait pas non plus de personnalité politique à bord de l’avion la semaine dernière. L’un des pilotes de l’avion nous avait expliqué que le but de ce vol était de "récupérer du fret" et aussi des "cadres de la présidence et des équipages qui travaillent à Malabo (la capitale de Guinée équatoriale) pour l’Etat".

    Aux Affaires étrangères, on nous avait précisé qu’il s’agissait d’une "cargaison à visée officielle pour l’Etat de Guinée équatoriale ". Que transportait réellement cet avion ? Le mystère reste entier.


    ►►► À lire aussi: La présence à Bruxelles d'un avion aux couleurs d'une compagnie africaine blacklistée en Europe soulève quelques questions


    Pour rappel, toutes les compagnies aériennes de Guinée équatoriale figurent sur la liste noire de l’Union européenne. Ce qui n’empêche pas Ceiba Intercontinental d’assurer une liaison régulière avec l’Europe (Madrid), grâce à ce que l’on pourrait appeler un subterfuge : le vol est fait par un avion immatriculé au Portugal et l’opérateur officiel est la compagnie portugaise White. Mais l’avion, un Boeing 777, est bel et bien aux couleurs de Ceiba Intercontinental.

    Tout comme ce Boeing 767 qui s’est donc posé pour la troisième fois en un peu plus d’un mois à Bruxelles, même s’il n’est pas officiellement opéré par Ceiba. Officiellement, la maintenance et le contrôle opérationnel de cet avion ont été confiés au groupe Ethiopian Airlines. Mais l’appareil reste propriété de l’Etat équato-guinéen, qui s’en sert donc à sa guise et traverse quand il le souhaite le ciel européen. Et il a tout à fait raison, puisque, officiellement, tout est parfaitement en règle.

    Source et photo : https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_l-etrange-ballet-se-poursuit-le-boeing-767-de-guinee-equatoriale-de-retour-a-bruxelles?id=10511920


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Gare à l'affluence dans les plaines de jeux de la commune

    "Maman, pousse-moi plus fort ! Aïe, j’ai du sable dans les yeux". Des petits cris d’excitation retentissent derrière les palissades du parc George-Henri à Woluwe-Saint-Lambert. La plaine de jeux vient de rouvrir ce mercredi et dès le début de la matinée, les balançoires sont prises d’assaut. Oriane, quatre ans, est heureuse de retrouver des copains. Il faut dire que son école est toute proche et qu’elle vient de croiser un copain qu’elle n’avait plus vu depuis près de trois mois. Sa maman nous avoue son soulagement de voir le bac à sable à nouveau accessible. "Nous vivons en appartement, sans jardin et sans terrasse, ce confinement n’a pas été facile". Mais elle reste prudente : "Par sécurité on est venues tôt pour éviter la cohue". Un peu plus loin Kylie arrive avec son grand-père. La petite fille hésite avant de franchir le portique d’accès. "J’ai peur, est-ce qu’on a des masques", s’inquiète-t-elle. Son grand-père s’interroge. Est-ce normal qu’une petite fille soit à ce point tracassé par des mesures sanitaires ? Finalement Kylie s’élance sur la balançoire. La vie reprend doucement son cours dans les espaces verts bruxellois.

    Wolu1200 : Gare à l'affluence dans les plaines de jeux de la commune

    Aux abords de la plaine de jeux, quatre gardiens de parc se dépêchent d’accrocher des affiches. Celles-ci rappellent les consignes qui s’appliquent pour la fréquentation des plaines de jeux. Vingt enfants maximum sont autorisés en même temps. Les autres doivent patienter derrière le portique d’accès. La distance sociale d’un mètre cinquante doit être respectée. Deux dispositions qu’il ne sera pas simple de faire respecter cet après-midi, lorsque l’affluence sera plus grande, nous prédit ce papa. Gérer des dizaines de bambins en manque d’air frais, c’est aussi ce à quoi s’attendent les gardiens de parcs. Leur responsable, Guy Van Malleghem, nous explique qu’au cours des prochains jours, en fonction des comptages réalisés, il sera possible d’identifier les heures creuses. "Nous devrons peut-être définir un temps maximum, voire parfois demander aux familles de quitter la plaine de jeux pour laisser de la place aux autres".

    Les plaines de jeux intérieures, elles, restent fermées

    Si le principe de la réouverture des plaines de jeux extérieures est acquis pour les enfants jusqu’à 12 ans inclus. Les autorités communales peuvent en décider autrement. Il est donc conseillé de se renseigner avant de rejoindre le coin de bac à sable préféré de votre petit dernier. Ce mercredi, en région bruxelloise, la cinquantaine d’espaces de jeux, gérés par Bruxelles Environnement, était bien ouverte. Quant aux plaines de jeux intérieures, elles restent fermées jusqu’à nouvel ordre.

    Source et photos : 

    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_gare-a-l-affluence-dans-les-plaines-de-jeux-bruxelloises?id=10509996


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Port du masque obligatoire dans la commune... suite

    Pour garantir au maximum la sécurité des citoyens lors des différentes phases de déconfinement décidées par le gouvernement fédéral, le bourgmestre Olivier Maingain a pris, ce 13 mai 2020, une ordonnance de police imposant le port du masque dans les commerces et dans certaines artères où se situe un nombre important de commerces et lieux accessibles au public.

    Le port du masque est obligatoire pour toute personne âgée de plus de 12 ans : 

    Dans l’espace public, du lundi au samedi de 8h à 19h , à savoir:  

    • avenue Georges Henri, entre le 193/166 et le 519/508,
    • place Verheyleweghen et avenue Georges Henri, 1,
    • chaussée de Roodebeek, entre le 236 et le 264,
    • Tomberg, entre le 229/232 et le 52/49,
    • chaussée de Stockel, entre le 270 et le 308.
    • avenue du Roi Chevalier, entre le 41 et le 67,
    • rue Saint-Lambert, entre le 120 et le 200, ce qui comprend le Woluwe-Shopping Center dans les commerces, durant les heures d’ouverture, tant pour le public que pour le personnel.

    Il ne dispense pas de garder une distance physique de minimum 1,5 m avec les autres personnes et de procéder aux gestes barrières tels qu’ils sont conseillés depuis le début de la crise sanitaire (se laver régulièrement les mains, tousser dans son coude ou dans un mouchoir, rester chez soi si l’on est malade).

    Wolu1200 : Port du masque obligatoire dans la commune... suite

    Info complète sur ce lien : 

    https://fr.woluwe1200.be/2020/05/13/port-du-masque-obligatoire-dans-les-commerces-et-certaines-arteres-commerciales-a-woluwe-saint-lamber.html?fbclid=IwAR2KL5jWUNGM7pLkKjIyeVa9Qxv2cyKWuCEtvb_0EtLiY8SNL94q5z5-bRI

    ------------------------------------------------------------------------------

    https://fr.woluwe1200.be/wp-content/uploads/2020/05/2020.05.13-ordonnance-masques-1.pdf

     

    Mais aussi

    Le Shopping de Woluwe vous souhaite la bienvenu en vous offrant un masque... de bonne qualité, uniquement ce mercredi 13/5 si vous n'êtes pas en possession de votre propre masque 

    Wolu1200 : Port du masque obligatoire dans la commune... suite

     

    A votre bon coeur

     

    Wolu1200 : Port du masque obligatoire dans la commune... suite

     

    2 commentaires
  • Port du masque obligatoire au shopping de Woluwe et dans les artères commerciales

    Les communes de la zone de police Montgomery (Etterbeek, Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert) ont décidé de rendre obligatoire le port du masque dans certaines artères ou zones commerçantes. Les trois bourgmestres ont pris cette décision compte tenu du fait que la distance de sécurité d’un mètre et demi-risque d’être difficile à maintenir dans les endroits où plusieurs commerces sont concentrés.

    La commune d’Etterbeek confirme sa décision, par arrêté de police du 2 mai dernier, d’imposer le masque buccal dans certaines rues où les commerces sont nombreux. Il s’agit de la rue des Tongres, du quartier de la Chasse, de la rue de Pervyse, d’une partie de la rue Gray ainsi que de la rue de l’Escadron.

    A Woluwe-Saint-Pierre, l’arrêté de police a été pris ce lundi 11 mai. Il impose le port du masque, ou de tout dispositif couvrant le nez et la bouche, dans les noyaux commerçants de Stockel et de Sainte-Alix.

    Port du masque obligatoire au shopping de Woluwe et dans les artères commerciales

    Shopping Center

    Concernant Woluwe-Saint-Lambert, l’arrêté sera pris ce mardi 12 mai. La commune a décidé, là, d’imposer ce port du masque en fonction de superficies commerciales plutôt qu’en fonction de localisations des commerces. "L’obligation prévaudra probablement pour les surfaces commerciales de 100 m² et plus", a indiqué le bourgmestre Olivier Maingain. "Ce sont dans les commerces où il y a une forte concentration de clients que le problème du non-respect de la distance sociale peut se poser, car l’exploitant ne peut pas veiller à tout moment au respect de la distance par chacun de ses clients", a-t-il expliqué, citant notamment comme exemple le Woluwe Shopping Center.

    Port du masque obligatoire au shopping de Woluwe et dans les artères commerciales


    votre commentaire
  • Suicide station Tomberg : À la requête du Parquet de Bruxelles, la police demande de diffuser l’avis suivant

    Le samedi 11 avril 2020 vers 09h40 à la station de métro " TOMBERG ", un homme attendait sur le début du quai. A l’arrivée du métro, il s’est jeté sur les voies.

    A ce moment, un témoin se trouvait à quelques mètres de la victime et a été témoin des faits. Il est ensuite monté dans le métro sans prévenir le chauffeur et est descendu à la station " MERODE ".

    Cet homme portait des lunettes. Il était vêtu d’un jean gris, d’une veste beige avec quatre grandes poches sur le devant, une casquette et des baskets noires et blanches de marque " Nike ". Il portait un gant en latex blanc à la main gauche et était en possession d’un sac noir porté en bandoulière.

    Dans le cadre de ce dossier, les enquêteurs demandent à ce témoin de se manifester. Il est aussi demandé aux personnes qui le reconnaissent de prendre contact avec les services de police.

    Si vous reconnaissez cet homme, veuillez prendre contact avec les enquêteurs via le numéro de téléphone gratuit 0800 /30 300.

    Les témoignages peuvent aussi parvenir via avisderecherche@police.belgium.eu.
    Cet avis est disponible sur www.police.be.

      

    votre commentaire
  • Communiqué de la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Ce mercredi 6 mai 2020, le Conseil national de sécurité élargi aux Ministres-présidents s’est réuni afin de valider, de compléter et de préciser la nouvelle phase de la stratégie de déconfinement, à savoir la phase 1b qui commencera le 11 mai prochain. Les experts ont donné le feu vert au lancement de cette nouvelle phase au regard de plusieurs critères favorables pour le moment, à savoir le nombre d’hospitalisations par jour, la tendance moyenne de ces hospitalisations qui est à la baisse par rapport aux semaines précédentes, le nombre de lits occupés dans les unités de soins intensifs, le testing et le tracing. Ces critères continueront à jouer un rôle dans le déconfinement graduel.

    Lisez la suite : https://centredecrise.be/fr/news/deconfinement-phase-1b-partir-du-11-mai-elargissement-des-contacts-sociaux-et-ouverture-des-0


    votre commentaire
  • 4.000 clients à la fois, ce sera la moyenne imposée dans les shopping center dès le lundi 11 mai. Voici comment ils vont vous accueillir...

    Ouverture des shoppings : maximum 4000 clients ou visiteurs par jourRouvrir les magasins est une chose, rouvrir les shoppings center en est une autre. Comment organiser le retour des clients dans des lieux qui comptent une centaine de magasins sous le même toit et qui peuvent accueillir plus de 100.000 visiteurs sur la même journée ?

    Différents scénarios ont été évoqués même les plus fous : faire entrer les personnes par ordre alphabétique (un certain jour pour les noms de A à M, un autre jour pour les noms de N à Z) ou selon le numéro de registre national (pair vous entrez un jour, impair, c’est un autre jour), par exemple.

    Finalement, c’est avec une capacité limitée que les centres commerciaux pourront vous accueillir. En moyenne, il sera question de 4.000 clients en même temps.

    Source : 

    https://www.sudinfo.be/id184980/article/2020-05-05/un-maximum-de-4000-clients-la-fois-distribution-de-masques-voici-le-plan-prevu


    votre commentaire
  • Muguet "spécial covid"


    votre commentaire
  •  

    À la demande d’amis, je publie mon expérience Covid afin que cela puisse, je l’espère, alerter certains avant qu’il ne soit trop tard...

    Le jeudi 19 mars, j’ai installé des plexis à la pharmacie pr nous protéger... trop tard  (pr 3 sur 5 de mon équipe dont moi)...Je suis rentrée j’avais 38,5!!
    Je me suis confinée, j’ai été faire le frottis et il était positif.

    les premiers jours, j’ai eu un peu mal au ventre mais pas fort, je toussais un peu mais ça se calmait avec un sirop aux plantes donc rien de bien costaud, je n’ai pas eu de courbatures juste cette fièvre qui me donnait fort mal à la tête et qui oscillait entre 37,5 et 39 avec la prise de paracetamol!
    Le mardi j’ai perdu le goût et l’odorat mais ils sont revenus après environ 24h.. là par contre j’ai attrapé des nausée (chose que je n’ai jamais) et tout me dégoûtait, et sans m’en rendre compte je me suis déshydratée petit a petit et j’ai commencé à avoir du mal à respirer... une amie infirmière m’a prêté un oxymètre, le jeudi ma sat était de 92,le vendredi je ne détectais plus rien à cause de ma déshydratation... c’est là que la pneumonie s’est installée, faisant d’un coup remonter ma fièvre à 40 sans arriver à la faire baisser! Cette fièvre m’a rendu déraisonnable et comateuse, en tt cas incapable de prendre une bonne décision. 

    Mais de nature optimiste, je pensais tjs que ça irait mieux le lendemain!!
    Le samedi matin un ami inquiet de mon était de la veille est venu me réveiller d’un semi coma ds lequel j’avais vraiment du mal à respirer et a donné l’alerte pr l’ambulance!
    Je suis restée 5 jours sous oxygène puis 1 jours sans, puis on m’a éjecté pr faire de la place mais je n’étais pas encore très fière en sortant de l’hôpital, je n’arrivais pas à monter une volée d’escalier...

    Bref pourquoi je vous raconte tout ça..? Pr vous mettre en garde, pcq tôt ou tard tt le monde peut l’attraper, surtout si le déconfinement est annoncé...

    Je constate à la pharmacie que certaines personnes le font de manière presque asymptomatique, juste une perte de goût ou d’odorat, juste une conjonctivite, juste un peu de toux, juste un peu de fièvre, juste qques courbatures..certains sont même testés positif sans n’avoir rien eu!

    D’autres le font un peu plus fort avec un ensemble de symptômes mais commencent à aller mieux au bout de 7 jours, leur système immunitaire prend le dessus..

    Si par contre au bout de 7 jours vous constatez une dégradation, type gène respiratoire autre que juste de la toux, vous filez illico à l’hôpital pcq c’est ce qu’on appelle le choc cytokinique des 7 jours qui fait que le système immunitaire s’emballe et s’effondre et que la pneumonie s’installe... et si ça se dégrade trop vite ou qu’on attend trop longtemps, le manque d’oxygène ds le sang entraine la dégradation d’organes vitaux et le passage par les soins intensifs et là le pronostic n’est vraiment pas top!!

    Voilà je ne veux pas faire peur, juste vous mettre en garde pr être clairvoyant et VIGILANT au JOUR 7 après le début des symptômes!!
    Si j’avais eu cette info au début de mes symptômes, je n’aurais pas attendu 9 jours pr accepter l’hospitalisation et j’aurais pu bénéficier de l’oxygénation salvatrice plus tôt...

    Soyez vigilants..
    Et masquez vous

    Source : Pharmacie Hoetten 

    À la demande d’amis, je publie mon expérience Covid


    votre commentaire
  •  

    A l’initiative du bourgmestre Olivier Maingain, de Gregory Matgen échevin du développement durable et de Philippe Jaquemyns, échevin de la gestion de l’espace public et des espaces verts, le Collège a marqué son accord pour la création d’une mini-forêt urbaine sur le terrain situé à côté de la plaine de jeux Marcel Thiry.

    Ce type de forêt s’inspire de la méthode développée par M. Miyawaki, botaniste japonais expert en écologie végétale, spécialiste de l’étude de la naturalité des forêts. En plantant en un même espace, 15 à 30 arbres et arbustes d’espèces différentes mais qui se combinent bien et sont adaptés aux conditions locales, on obtient une croissance des végétaux 10 fois plus rapide (1 m par an) et une densité 30 fois supérieure.

    Répondre aux souhaits des habitants

    Il s’agira d’un projet participatif puisque les habitants et les enfants des écoles seront invités à participer à la plantation des nouveaux arbres. L’occasion de les sensibiliser aux enjeux climatiques auxquels il faut faire face à l’échelon local.

    La Liste du Bourgmestre s’est engagée à poursuivre le programme de renforcement du maillage vert, par la plantation d’arbres ou la création de nouveaux espaces verts. Cette initiative répond aussi aux demandes exprimées par les habitants lors de la consultation citoyenne organisée dans le cadre de la Charte du développement durable.

    Tout bénéfice pour l’environnement et les habitants

    Comme cela a été démontré, planter davantage d’arbres, surtout en milieu urbain, favorise le stockage du carbone, rafraichît l’atmosphère et réduit la concentration de particules fines présentes dans l’air. Cela favorise aussi la biodiversité par la reconstitution de couloirs écologiques et améliore esthétique des quartiers.

    Près de la plaine de jeux Marcel Thiry

    Plusieurs sites ont été étudiés, mais le plus adapté est le terrain communal situé avenue Marcel Thiry, à côté de la plaine de jeux. Environ 300m2 (potentiellement un millier d’arbres) seront plantés, le long de la plaine de jeux et sur la butte du terrain pour en renforcer l’aspect paysager. Cela permettra d’ombrager la plaine de jeux, répondant ainsi à une demande des usagers. Une partie engazonnée sera maintenue afin de conserver d’autres fonctions très appréciées, comme la pratique d’activités sportives.

    Les plantations devraient avoir lieu cet automne (sauf impossibilité liées à la crise sanitaire). Si le projet s’avère concluant, d’autres mini-forêts pourraient être aménagées dans la commune.

    Continuer à développer les espaces verts

    Même si la commune Woluwe-Saint-Lambert est l’une des plus arborées de la Région bruxelloise, environ 8,5% de son territoire sont constitués d’espaces verts publics, soit 13,9 m2 par habitant, pour une moyenne régionale de 12 m2, le Collège veille néanmoins à  étudier toutes les possibilités d’améliorer les zones vertes existantes ou d’en développer de nouvelles, comme ce sera le cas avec la création de nouveaux parcs dans le quartier des Iles d’Or et dans l’éco quartier Schuman-Charmille.

    Source et photo : https://defiwoluwesaintlambert.eu/projet-participatif-de-creation-dune-mini-foret-urbaine/?fbclid=IwAR2kz-LJsHHlULG30qScSSzjv2iH53_szSQSWMssIlNqaJgU2h0uYs8CkSI

    Info utile : 

    Projet participatif de création d’une mini-forêt urbaine avenue Marcel Thiry

    https://www.rtbf.be/info/dossier/chroniques/detail_un-japonais-a-replante-40-millions-d-arbres-de-foret-vierge-felice-gasperoni?id=9951883&fbclid=IwAR3YlRk8GZ3yzac1qx-TTL8djDUPR2NOfT-ZD851_MuRUaUYPo8J2qRTsEI


    votre commentaire
  • la distanciation sociale reste toujours d'application... même à moto


    votre commentaire
  • Message de la Première Ministre, Sophie Wilmès

    BE-Alert: Coronavirus : la Belgique a fixé sa stratégie de « sortie de crise »

    Sur la base d’un avis du Groupe d’Experts en charge de l’Exit Strategy (GEES), le Conseil National de Sécurité s’est réuni ce vendredi 24 mars au Palais d’Egmont pour définir la stratégie de déconfinement de la Belgique par rapport à la crise du Coronavirus. Pour rappel, le gouvernement fédéral et les entités fédérées ont pris ensemble une série de mesures depuis le 12 mars dernier afin de freiner la propagation du COVID-19 dans notre pays. 

    Les indicateurs encourageants – tels que la diminution du nombre d’hospitalisations journalières ou l’aplatissement de la courbe des décès liés au virus – permettent aujourd’hui d’envisager un déconfinement graduel. Les autorités insistent néanmoins sur le fait que le virus est toujours présent sur notre territoire et reste dangereux pour la population. 

    Les mesures strictes de confinement sont maintenues, au plus tôt, jusqu’au 3 mai inclus. 

    Ensuite, la Belgique pourrait entamer son processus de déconfinement, si les conditions le permettent.

    Il est important de souligner que certaines règles resteront en vigueur, peu importe la phase de déconfinement dans laquelle nous nous trouvons. 

    Il s’agit : 

    • De la limitation des contacts entre personnes ; 
    • Du respect des distances de sécurité ; 
    • Des bons réflexes en matière d’hygiène, appelés aussi « gestes-barrières ». 

     

    Lisez la déclaration complète sur https://www.info-coronavirus.be/fr/news/cns-24-04/

     


    votre commentaire
  • Encore une soignante décédée du Covid-19 aux Cliniques Universitaires Saint Luc

    Encore une soignante décédée du Covid-19... 

    Nous avons appris le décès d'une infirmière aux Cliniques Universitaires Saint Luc à Bruxelles.

    Elle s'appelait Carmen, toutes nos sincères condoléances à sa famille et son entourage.

    PS: Une nouvelle fois nous nous étonnons de l'absence d'information, tant dans la presse qu'au niveau des statistiques nationales, à propos des décès par Covid-19 du personnel de santé.

    Nous ne mourrons pas dans le silence.

    Source : La santé en lutte 


    votre commentaire
  • Soutien au service de secours WSL

    Bonjour à toutes et à tous,

    Vous avez sûrement vu passer dans les médias, l’événement affligeant qui a eu lieu ce samedi 11 Avril dans le quartier Andromède, à Woluwe Saint-Lambert.

    En effet, un camion de la Croix-Rouge y a été intentionnellement incendié.

    Ce camion avait pour but premier d'acheminer du matériel logistique sur la Région de Bruxelles-Capitale en cas de déclenchement de plan catastrophe (comme durant le 22 Mars) mais également du matériel médical ( réserves d'oxygène, valises médicales,etc..).

    Ce service de secours apporte son aide à la population tout au long de l'année et tout particulièrement durant la crise du COVID-19 qui nous touche tous, de près ou de loin.

    C’est pour cette raison que nous pensons qu'il est désormais de notre devoir de les soutenir à notre tour.

    Cette perte matérielle est en effet un coup dur pour cette section, surtout en cette période de crise, et une cagnotte avait déjà été lancée par le passé pour les aider à substituer ce matériel mais n'est aujourd’hui plus disponible.

    Nous avons donc pris l'initiative "citoyenne" d'en relancer une afin de venir en aide et de soutenir nos héros du quotidient.

    Le montant visé sera revu à la hausse au fil du temps. Aidez-nous à atteindre ces montants!

    Il est important de préciser que l'ensemble des dons récoltés seront reversés au service de secours de la Croix-Rouge, section locale de Woluwe Saint-Lambert afin de soutenir leurs actions. Une preuve de versement sera évidemment publiée une fois la cagnotte cloturée.

    L'ensemble des paiements est entièremment sécurisé et le simple partage de cette cagnotte sera déjà d’une grande aide si vous n’êtes pas en mesure d’apporter votre soutient financier.

    Un groupe de citoyens... reconnu par la section woluwéenne de la Croix-Rouge de Belgique 

    Lien utile pour participer à la cagnotte

    https://www.cotizup.com/slwsl?fbclid=IwAR3kJmB33quAavvDOF9nAskCFYn_wATTWhrwB4YlkPlc7nQblX6jMHbWLmQ

     

    Soutien au service de secours WSL

    Petit rappel 

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/croix-rouge-de-wsl-en-colere-ouverture-d-une-cagnotte-pour-le-vehicule-a184878360


    votre commentaire
  •                                        BE-Alert : Coronavirus : prolongation des mesures jusqu’au 3 mai

    Covid-19 Message de la Première Ministre, Sophie Wilmès

    Lors du Conseil National de Sécurité (CNS) de ce mercredi 15 avril, plusieurs décisions ont été prises. Comme à chaque fois, ces décisions reposent sur les avis des experts scientifiques.

    Il a été décidé lors de cette réunion du CNS, en concertation avec les Ministres-présidents, de prolonger les mesures de confinement actuellement en vigueur jusqu’au 3 mai inclus.

    Afin de rendre cette prolongation de confinement plus soutenable, nous avons également décidé que :

    • Les magasins de bricolage et les jardineries pourront rouvrir leurs portes, aux mêmes conditions que les magasins d’alimentation. Les distances de sécurité devront donc être d’application ;
    • Nous autorisons également les résidents des structures d’hébergement – c’est-à-dire les maisons de repos et de soins ou les centres pour personnes avec un handicap par exemple – à recevoir la visite d’un proche désigné. Cela, à condition que le résident en question ne présente aucun symptôme de la maladie depuis deux semaines. Cette personne devra toujours être la même. Les maisons de repos se chargeront de l’organisation de ces visites. Ces règles seront aussi d’application pour les personnes qui vivent seules et qui ne peuvent pas se déplacer.

    Les consignes de base restent inchangées jusqu’au 3 mai et doivent impérativement être respectées. Les forces de l’ordre continueront à s’en assurer.

    Un nouveau Conseil National de Sécurité sera organisé la semaine prochaine et aura pour objectif d’élaborer de manière plus précise la prochaine étape du déconfinement. Notre objectif est de pouvoir organiser le déconfinement progressif pour le début du mois de mai. A noter qu’il s’agira d’un processus évolutif et basé, comme toujours, sur les travaux des scientifiques.

    Cette stratégie reposera sur plusieurs piliers, à savoir les distances de sécurité, le dépistage à grande échelle mais aussi le tracing, et le développement de nouvelles règles à appliquer dans le monde du travail. 

    Il est clair que le port du masque – même dit de confort – jouera aussi un rôle important dans la stratégie de déconfinement. Un premier rapport nous a été remis par les scientifiques et les représentants fédéraux et régionaux de la santé. Il nous indique que, lorsque les mesures de confinement seront levées progressivement, les masques en tissu seront conseillés pour toute situation où les distances de sécurité ne peuvent être respectées. Cela passera notamment par une production nationale. Néanmoins, les masques ne remplaceront pas les mesures d’hygiène et les distances de sécurité. 

    A court-terme, le Conseil National de Sécurité se prononcera sur les analyses et propositions du groupe en charge de l’Exit Strategy, notamment sur le timing adéquat et les conditions de réouverture progressive d’une part, des commerces et d’autre part, à terme, des cafés, restaurants et bars mais aussi sur la situation des écoles, des stages et des mouvements de jeunesse et les voyages. Il est déjà acquis qu’aucun événement de masse tels que les festivals ne pourront être organisés avant le 31 août inclus.

    Concernant le monde du travail, les règles actuelles resteront d’application jusqu’à ce que des protocoles d’accord puissent être scellés, secteur par secteur. L’objectif de ces protocoles sera de permettre aux entreprises de reprendre le plus rapidement possible une activité normale, tout en garantissant les conditions adéquates de travail de leurs employés et qui devront être adaptées aux circonstances. Le télétravail devra, quant à lui, continuer à être privilégié pendant un certain temps encore.


    votre commentaire
  • GRANDE OPERATION DE SOLIDARITE CITOYENNE

    Afin qu’un maximum de gens puissent disposer de masques, la commune coordonne l’organisation d’une initiative solidaire visant à la confection de masques par les habitants.

    MASQUES : GRANDE OPERATION DE SOLIDARITE CITOYENNE


    Vous avez du tissu propre que vous n’utilisez pas : faites-en don à la commune. Les tissus seront lavés par souci de sécurité et confiés aux personnes qui confectionnent bénévolement des masques.

    Vous avez la possibilité de confectionner des masques : si vous disposez d’une machine à coudre et de quelques notions de couture, la commune met gratuitement à votre disposition du tissu permettant de réaliser des masques selon un modèle validé par le Service public fédéral Santé publique.

    DES MASQUES AU BENEFICE DES HABITANTS

    Les habitants de Woluwe-Saint-Lambert pourront se procurer ces masques avec un maximum de deux par personne. Ils pourront être réservés à partir du 20 avril. Il vous sera demandé de faire un don de minimum 1€ par set de deux masques. Les sommes récoltées seront versées aux fondations des hôpitaux universitaires en Région bruxelloise.

    Toutes les infos sur le site : masque.woluwe1200.be

    Mais aussi : 

    Le Collège de Woluwe-Saint-Lambert  recommande vivement le port du masque dans le cadre de la pandémie de coronavirus

    https://wbsrv.woluwe1200.be/masque?lng=F&fbclid=IwAR0Dp06R0UJZy7El6QrR4vY4wij8t2bowQ0dPzRw9mv8L1tu9c2waDOzRzo


    1 commentaire
  • Croix-rouge de WSL en colère : ouverture d'une cagnotte pour le véhicule incendié

    EN COLÈRE

    J'ai un sérieux sentiment de dégoût ce soir, voilà comment en ces temps de mobilisation intense, sans compter et sans failles de tous nos bénévoles, jour comme de nuit, certains peu scrupuleux n'ont aucuns jeux plus malin que mettre le feu à des véhicules ...

    Ce soir nous avons passé une étape, monté une marche, en effet au delà du véhicule auquel on à mis le feu, c'est l'image de notre institution que l'on attaque.

    On se veut présent jour et nuit tout au long de l'année et encore plus en ces moments difficiles, et ce sont les remerciements que l'on reçoit en retour!

    Merci de rendre nos actions plus compliquées, de nous mettre des bâtons dans les roues...

    Malgré tout vous savez très bien, que quoi qu'il arrive nous, nous seront présents! Comme toujours.

    Un responsable dégoûté

    Nous avons ouvert une cagnotte en ligne afin d'essayer de pouvoir remplacer ce véhicule. 

    https://www.cotizup.com/vehiculekta

    Source et photos : Croix-Rouge de Woluwe Saint Lambert

    https://www.facebook.com/CroixRougeWSL/?__tn__=%2Cd%2CP-R&eid=ARDBk1LoQaEu_ydb2VuMm_sYsAL7UDLm0MA-MBCZOhTSc8TAxGfCVgKlPfvNDI7IuLzv-NA9N3kcAXT8

     

    Croix-Rouge de WSL en colère : ouverture d'une cagnotte pour le véhicule incendié

    Croix-Rouge de WSL en colère : ouverture d'une cagnotte pour le véhicule incendié

     

    Croix-Rouge de WSL en colère : ouverture d'une cagnotte pour le véhicule incendié


    votre commentaire
  • Une proportion importante de personnes atteintes de coronavirus ne présente pas de symptômes (« asymptomatiques ») et celles qui finissent par développer des symptômes (« pré-symptomatiques ») transmettent le virus à d'autres avant de présenter ces symptômes. Le virus se propage entre des personnes à proximité par l’émission de gouttelettes minuscules porteuses du virus lors de conversations, toux, ou éternuements. Il reste infectieux pendant plusieurs heures dans ces aérosols. Il est essentiel de souligner que le maintien d'une distance sociale de 1,5 mètre reste important pour ralentir la propagation du virus. La carence actuelle en masques FFP2 doit inciter à la fabrication de plus de masques sans dénier une protection à la population. Le masque est une barrière physique protectrice qui, en fonction des circonstances et de l’environnement, pourra assurer un niveau de protection plus ou moins absolu.

    On peut distinguer 3 situations : En milieu hospitalier et dans les maisons de repos, le personnel de soins au contact des malades infectés et porteurs d’inoculum important de particules virales émises par gouttelettes ou aérosol. Le port d’un masque type FFP2 et FFP3 est une nécessité absolue. Il protège à 99%. En milieu hospitalier et dans les maisons de repos le personnel de soins en contact avec des personnes dont on ignore si elles sont porteuses ou non du COVID-19, il est impératif de porter un masque type chirurgical qui protégera le porteur du masque et la personne en face de lui. La protection est de 89% et il est essentiel qu’il soit bien porté car il y a un risque de fuite.

    Dans le public, et dans des circonstances de relation sociales extérieures à risque de contamination faible (transport en commun, activités récréatives, fréquentation de magasins, etc …), le port du masque dit « alternatif » est recommandé. Les couvre-visages artisanaux en coton filtrent 70% des particules virales, une efficacité proche de celle des masques chirurgicaux (89%). Jusqu'à ce que des masques chirurgicaux soient disponibles en nombre suffisant, les masques en tissu (lavés une fois/j à 60°) sont un substitut efficace.

    En conclusion, face à cette pandémie, la recherche d’évidences scientifiques absolues peut être l'ennemi d'une bonne politique. Les masques alternatifs sont simples, bon marché et relativement efficaces.

    L’Académie royale de Médecine de Belgique considère que leur port par les malades isolés et par la population lors des contacts potentiellement contagieux (travail, shopping, transports en commun) pourrait avoir un impact substantiel sur la transmission, sans trop altérer la vie sociale et économique, particulièrement dans le contexte du déconfinement à venir. 

    Source : Académie royale de Médecine de Belgique

     http://www.armb.be/index.php?id=covid19&fbclid=IwAR1VtbvXXnY37PQ66AGZRoZ4E9OC45IJkZcsd_W6zDq14YZQZlJzpnKwVYw

    Quels sont les meilleurs matériaux pour fabriquer des masques de bricolage?

    https://smartairfilters.com/en/blog/best-materials-make-diy-face-mask-virus/?fbclid=IwAR3MaqIKNRqcZmzEYpY-cO_TWHE6wu4MsH5qnydc96GrCd5_0rnYu_-5Tss

     Mais aussi 

    https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/prevent-getting-sick/diy-cloth-face-coverings.html?fbclid=IwAR0bBWgEQrsniMSdTtdU2OUFAi90pwiWmz7hDhZ82o78bAhmji5J8WKpF20


    votre commentaire
  • Quelle est la réelle utilité de ces masques pendant le Covid-19 ?

    Le masque en tissu "maison" n'arrête pas les virus (qui sont trop petits). Par contre, le masque arrête les gouttelettes de salive, éventuellement contaminées, ce qui protègerait les autres.

    Quelle est la réelle utilité de ces masques pendant le Covid-19 ?

     


    votre commentaire
  • Si vous êtes en quarantaine à cause du Covid-19, ne laissez pas votre chien ou votre chat vous lécher le visage et lavez-vous les mains avant et après chaque caresse.

    « Bien que les animaux ne fassent pas partie de la chaîne de transmission directe à l'homme, ils peuvent se transformer en transmetteur du virus à d'autres si le propriétaire dépose ses propres virus sur les poils de son animal, car il est possible que le virus survive quelques minutes ou heures sur l'animal, comme sur les surfaces plastiques ou métalliques d'ailleurs ».
     
    Dans cette situation, la personne qui sort l'animal à la place du propriétaire doit déposer laisse et collier à l'entrée, sans que le propriétaire contaminé ne les touche. Attention, il n'est en revanche pas recommandé d'utiliser de produits désinfectants sur les pattes de son chien, qui occasionneraient des brûlures. 

    Si vous êtes en quarantaine avec votre animal de compagnie à cause du Covid-19

                                                                                                                      Photo : Carlos Barria

    Des gens ont eu la mauvaise idée d'utiliser du gel hydroalcoolique sur les pattes de leur animal domestique. 

    Pas de détergent, ni de gel hydroalcoolique pour désinfecter les chiens et les chats : l'Ordre des vétérinaires alerte les propriétaires contre les dangers de l'utilisation de ces produits sur un animal domestique.

    En pleine épidémie de coronavirus, la peur de la contagion entraîne des comportements dangereux de certains maîtres.
    Depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, des internautes postent des images de chiens dont les pattes ont été brûlées par du gel hydroalcoolique ou encore de l'eau de javel.

    "C'est curieux de penser de désinfecter son animal avec des détergents ou du gel hydroalcoolique alors que l'on sait que l'eau savonneuse ou un shampoing pour chien marche très bien".

    Si vous êtes en quarantaine avec votre animal de compagnie à cause du Covid-19

    Enfin, beaucoup s'interrogent sur la possibilité de soigner leur animal et de l'emmener à la clinique vétérinaire. « Pour les cas d'urgence vitale, cela reste possible. Il faut téléphoner pour obtenir son rendez-vous, se présenter bien à l'heure et venir seul avec son animal afin de respecter les consignes mises en place au sein des cliniques vétérinaires qui continuent leurs activités ».

    Source : https://www.senioractu.com/Confine-avec-son-chien-Les-conseils-des-veterinaires_a22617.html

     

    Lien utile : https://www.sudinfo.be/id177130/article/2020-04-01/coronavirus-un-deuxieme-chat-contamine-par-le-covid-19


    votre commentaire
  • Les animaux pourraient être des victimes collatérales de la crise du coronavirus. Qui pour garder l’animal d’une personne hospitalisée ?

    Des initiatives citoyennes qui proposent d’accueillir temporairement les animaux de compagnie

    La solidarité s’installe sur les réseaux sociaux où l’on voit fleurir des initiatives citoyennes qui proposent d’accueillir temporairement et gratuitement les animaux de compagnie des personnes hospitalisées. Afin de protéger les propriétaires et les accueillants et les soutenir, une convention type est disponible.

    Lorsqu’une personne est hospitalisée, c’est généralement un membre de la famille qui prend en charge son animal de compagnie. Si ces personnes sont seules et isolées, les animaux peuvent alors pris en charge par les pensions pour animaux et les refuges.
    Cependant, dans le cadre de la crise sanitaire du coronavirus, plusieurs refuges craignent de devoir faire face à un afflux important d’animaux et ne pourraient donc pas prendre en charge les animaux des personnes hospitalisées.

    La solidarité s’installe donc sur les réseaux sociaux. Plusieurs initiatives permettent de mettre en contact propriétaire et accueillant afin de fournir à l’animal un logement et des soins appropriés le temps de l’hospitalisation.

    Afin de protéger tant le propriétaire de l’animal que la personne qui va l’accueillir, une convention type d’accueil temporaire est mise à disposition. Celle-ci détaille l’identité de l’animal, son comportement en différentes situations, les engagements des deux parties.

    Des initiatives citoyennes qui proposent d’accueillir temporairement les animaux de compagnie

    « Lorsqu’une personne est hospitalisée, il est important de s’assurer que l’animal de compagnie puisse bénéficier de tous les soins nécessaires. Et je me réjouis de voir que la solidarité s’installe sur les réseaux sociaux, où les Bruxellois offrent leur aide et leur accueil pour aider des personnes isolées et leurs animaux. Grâce à cette convention, nous allons pouvoir encadrer l’accueil des animaux au bénéfice de tous : propriétaire, accueillant et animal», conclut Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois du Bien-être animal.

    Certaines initiatives citoyennes s’adressent également aux personnes sans-abris à la recherche d’un accueil temporaire pour leurs animaux.

    Cliquez sur le lien pour avoir accès à la "convention type d'accueil temporaire"

    https://fr.woluwe1200.be/wp-content/uploads/2020/03/Convention-Accueil-Temporaire.pdf

    Des initiatives citoyennes proposent d’accueillir temporairement les animaux de compagnie... oui mais!


    votre commentaire
  •  La station de métro TOMBERG change de dénomination dès aujourd'hui

    Soucieuse de marquer l’actualité avec un clin d’œil attentif, et au regard de la prise de conscience de tous les belges qui ensemble s’efforcent d’arriver à une maîtrise de la pollution pour un meilleur environnement, la STIB a décidé de changer le nom de la station de métro « TOMBERG » de la ligne 1 dès maintenant.

    Après avoir réussi les coups de marketing lors de l’EURO 2018 avec les « HANKAR DE FINALE », « DEMEY FINALE », la STIB récidive et continue sur sa lancée humoristique dans la lutte contre le réchauffement climatique en mettant une jeune personnalité à l’honneur.

    La station de métro « TOMBERG » devient ainsi « GRETA TOMBERG », coup de pouce du plus important employeur de la Région de Bruxelles-Capitale pour cette jeune aventurière suédoise, symbole des temps nouveaux et de la lutte de la jeunesse pour la préservation d’une économie sociale et durable de préservation du climat par la conviction de l’utilisation d’énergies renouvelables et non polluantes. La Suède est historiquement liée à la STIB, dont le bleu et le jaune ont été très longtemps la visualisation identitaire de notre société.

    Les photos annexées sont libres de tout droit de reproduction et vous permettent de visualiser ce changement de dénomination.

    Longue vie à la nouvelle station de métro « GRETA TOMBERG » qui, heureusement, n’est pas un terminus.

    Source : STIP 

     La station de métro TOMBERG change de dénomination dès aujourd'hui

     

    DERNIERE MINUTE

    Greta Thumberg serait invitée par les autorités locales (après le corona virus) à baptiser une nouvelle rame de métro écologique qui démarrerait à WSL ou Auderghem (lieu non précisé car tenu secret), et qui aurait pour particularité de fonctionner avec de l'électricité de betterave wallonne. Tirlemont serait en pourparler mais la Flandre n'étant pas en odeur de sainteté avec les bourgmestres Défi et Greta, serait très probablement écartée. Auderghem serait associé à ce projet novateur à raison de 40%. Watermael-Boitsfort serait également très intéressé à s'associer à ce qui serait une exclusivité mondiale et qui mettrait Bruxelles au-devant de l'actualité mondiale.


    votre commentaire
  • Be alert : Communiqué de Madame la Première Ministre, Sophie WilmèsLors du Conseil National de Sécurité (CNS) élargi aux Ministres-présidents de ce vendredi 27 mars, il a été décidé que les mesures prises préalablement seront prolongées de deux semaines, jusqu’au 19 avril. Cette décision pourrait être renouvelée de deux semaines, jusqu’au 3 mai. La situation est en tout état de cause évaluée en continu. Des CNS seront convoqués régulièrement pour faire le point sur la situation.
    Pour rappel, le détail des mesures est disponible sur le site Internet www.info-coronavirus.be.
    Néanmoins, quelques précisions :
    • Concernant l’activité physique en plein air, l’activité physique et les promenades restent encouragées, toujours dans le respect de la distance sociale pour le temps de l’activité. Les citoyens sont donc en dehors de leur domicile le temps de l’activité uniquement. Il est demandé de rester en mouvement pendant l’activité (pas d’installation dans les parcs, par exemple).
    • Les « lockdown parties » organisées par quelques citoyens mettent en danger nos grands efforts et sont un problème récurrent qui a des conséquences sanitaires importantes, comme l’actualité nous l’a démontré. Ces fêtes restent bien entendu interdites.
    • En ce qui concerne les écoles, et particulièrement leur fonctionnement pendant les vacances de Pâques
    - La règle reste la même. La garderie des enfants dans les écoles doit pouvoir être assurée pendant cette période aussi ;
    - Si cela s’avère vraiment impossible, une autre forme de garderie peut être organisée, qui respecte les conditions suivantes :
    • Les enfants gardés ensemble jusqu’à présent devront continuer d’être pris en charge ensemble et ne pas être mélangés à d’autres enfants ;
    • Les enfants seront de préférence pris en charge par des personnes avec qui ils ont déjà eu des contacts dernièrement.
    Comme à chaque fois, les décisions reposent sur les recommandations des experts scientifiques fournies un peu plus tôt dans la journée.
    Les infractions sont et seront sanctionnées. De plus, nous mettrons en place à court-terme un système de perception immédiate des amendes.
    Chacun dispose d’une responsabilité individuelle et collective dans le respect de ces décisions qui, on le sait, sont difficiles. L’engagement, l’esprit de solidarité et de responsabilité de chaque Belge doivent être salués. Chacun le sait, ces mesures sont indispensables pour préserver notre santé. Le travail du personnel soignant doit aussi être mis en avant. Leur engagement au quotidien est remarquable et l’ensemble des autorités du pays met tout en œuvre pour assurer leur protection. Enfin, l’engagement de toutes les personnes qui continuent de faire fonctionner le paysau quotidien est également fondamental. Nous les remercions aussi.
    Continuez à prendre soin de vous ; continuez à prendre soin des autres.

    votre commentaire
  • MARS 2020 : Les allergiques aux pollens vont vivre des semaines bien difficiles d'autant qu'il est important de rappeler que les symptômes d'allergie ne doivent pas être confondus avec ceux du rhume, de la grippe ou du Covid-19. Contrairement à la grippe et au Covid-19, une allergie ne provoque ni fièvre, ni douleurs musculaires. En outre, il n'y a pas de période d'incubation pour une allergie. Enfin, la saison du pollen de bouleau dure en moyenne cinq semaines. En cas de grippe ou de rhume, les symptômes sont plus courts. Il est néanmoins recommandé d'appeler son médecin généraliste en cas de doute.

    C'est le retour des allergies aux pollens. Bienvenue à l'allergie au bouleau

                                                           Un conseil : promenez-vous avec une pancarte

                                                            "Je suis allergique au bouleau, n'ayez crainte".

    C'est le retour des allergies aux pollens. Bienvenue à l'allergie au bouleau

    Liens utiles : http://environnement.wallonie.be/Fiche-pollen-bouleau.pdf?fbclid=IwAR30nlW18IFCUedWRrL3K-Nbsx_xuoe1LQ6O8zrmaDit-S8YGuXScmc4Mko

    https://airallergy.sciensano.be/fr?fbclid=IwAR0yf6Lel9O0PaPQIY3sf4MaWrhvN4zyx-DAMqsONlgXOkXUR051dxQJiBw

     


    1 commentaire
  •            Olivier Maingain : "Si ça continue dans les parcs, il faudra des mesures plus fermes"

    Wolu1200 : On fermera ou on fermera pas les parcs à WSL ?

    Photo : Roger Milutin. (bois de la cambre)

    Wolu1200 : On fermera ou on fermera pas les parcs à WSL ?

    Photo : Delwart M. (parc georges henri)

    Ce week-end, il faisait encore très beau. Et il y avait du monde dehors, notamment dans les parcs, parfois sans respecter les règles de distanciation sociale et du confinement, suite à l'épidémie de coronavirus.

    Olivier Maingain, bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, grande commune bruxelloise avec pas mal d’espaces verts, commente cette réalité : "Alors, certes, il y a beaucoup d’habitants qui respectent la règle du confinement et qui ne sortent que vraiment par nécessité, mais nous devons encore constater une certaine concentration d’habitants dans les espaces verts. Il faut continuer à convaincre les habitants qu’il ne faut pas se rendre dans les espaces verts aux heures de concentration de début d’après-midi".

    Convaincre ou sanctionner ? 

    Olivier Maingain le reconnait : "Oui, il y a eu des procès-verbaux qui ont été établis par les services de police. Nous avons une réflexion commune aux trois bourgmestres concernés par la Promenade Verte, qui est une promenade régionale sur le territoire d’Auderghem, de Woluwe-Saint-Lambert et de Saint-Pierre. Les services de police nous ont dit qu'ils avaient un problème pour faire respecter la distance barrière . 

    La sortie autorisée n’est pas pour faire une longue promenade de plusieurs heures

    Donc, est-ce que nous allons devoir prendre un arrêté de police ? Ce n’est pas impossible, notamment pour les périodes de week-end. C’est une réflexion que nous allons mener très rapidement parce que je crois qu’on doit répéter inlassablement que malheureusement la sortie autorisée n’est pas une sortie de promenade pour faire une longue promenade de plusieurs heures".

    Fermer les parcs? 

    Pour le bourgmestre, c'est clair : "Je ne dis pas qu’il faut aller jusqu’à la fermeture des parcs — la forêt de Soignes est plus grande que le parc Georges Henri à Woluwe-Saint-Lambert — mais il faut faire admettre par les habitants qu’on ne pique-nique pas dans les parcs, qu’on ne s’assied pas pour éventuellement jouer.

    Même si on a le sentiment qu’on est éloigné d’autres groupes, en réalité on les rencontre inévitablement et on les croise, donc des contacts viraux peuvent se faire.

    Donc, inéluctablement, nous allons devoir passer par des mesures, à mon avis, un peu plus fermes parce que c’est nécessaire pour la santé publique. Il ne faut pas hésiter à le dire. Je sais bien que c’est difficile à faire admettre, mais il faut entendre l’appel des médecins qui nous disent d’absolument faire respecter le confinement comme principe général, la sortie est l’exception".

    Est-ce qu’on n’a pas pris la mesure de la menace en Belgique ?

    Olivier Maingain le concède : "Il faudra en effet faire à un moment donné la chronologie des décisions politiques au regard des alertes données par les spécialistes. Aujourd’hui, on concentre nos forces. Comme bourgmestres, nous sommes tous appelés à appliquer les décisions du fédéral, qui ont peut-être un peu tardé, c’est le moins qu’on puisse dire. Je rappelle que nous ne sommes en régime de crise fédérale que depuis le 13 mars. Ce n’est que depuis le 13 mars que les instructions sont devenues plus contraignantes au niveau fédéral".

    Source : https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_olivier-maingain-defi-si-ca-continue-il-faudra-des-mesures-plus-fermes?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=Info&id=10464923&fbclid=IwAR37WrwPmWBB5ZpxM0uhRULUR0ike7rGi9wPl5dgYovlxjqYkMlpZOt2d6k


    votre commentaire
  • Quand les résidents d'une maison de repos prend l'avion en plein Covid-19Quand les résidents d'une maison de repos prend l'avion en plein Covid-19

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quand les résidents d'une maison de repos prend l'avion en plein Covid-19Quand les résidents d'une maison de repos prend l'avion en plein Covid-19

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quand les résidents d'une maison de repos prend l'avion en plein Covid-19Quand les résidents d'une maison de repos prend l'avion en plein Covid-19

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quand les résidents d'une maison de repos prend l'avion en plein Covid-19Quand les résidents d'une maison de repos prend l'avion en plein Covid-19

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quand les résidents d'une maison de repos prend l'avion en plein Covid-19

    Maison de Repos et de Soins Les Pléiades

    Photos publiées sur le groupe FB


    votre commentaire
  • Mesures de confinement à partir de ce mercredi 18 mars 12h00


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires