• Wolu1200 : Notre commune va prêter des vélos électriques à ses habitantsDu 22 septembre au 22 décembre, 5 modèles de vélos électriques pourront être mis gratuitement à votre disposition : pliable,  type familial permettant de transporter deux enfants (appelé vélo cargo), avec assistance sur la roue avant ou sur la roue arrière et avec assistance au niveau du pédalier

    La commune veut encourager les habitants à réfléchir à un mode de déplacement alternatif à la voiture sur des trajets de courtes et moyennes distances, et à tester le vélo électrique qui permet de ‘’gommer’’ le relief, un des principaux freins à l’utilisation du vélo.

    C’est le prolongement d’une action débutée l’an dernier (durant trois semaines 12 vélos électriques avaient été proposés aux habitants), et qui avait connu un franc succès. Cette action se fera, cette année encore, avec le concours de Bruxelles Mobilité.

    Le prêt se fait après une inscription : en ligne sur le site des Ateliers de la rue Voot (http://www.voot.be) ou sur place 91 rue Voot

    Les participants rempliront un questionnaire (disponible en ligne également ou lors des ateliers) permettant de définir leur profil et participeront à une enquête de satisfaction à l’issue de la mise à disposition. Les vélos seront mis à disposition avec casque et sacoche. Une caution de 200€ (intégralement remboursée à l’issue de la mise à disposition) sera demandée.

    Les ateliers de la rue Voot ouvrent également un nouvel atelier dédié au vélo électrique afin de répondre à toutes les questions sur son fonctionnement, les différents types d’assistance, leurs avantages et leurs inconvénients. Les participants pourront également apprendre à  optimiser l’autonomie d’un vélo électrique et faire le choix le mieux adapté à leur profil d’utilisateur, tant du point de vue de la fonctionnalité que de celui du budget.

    Infos : services de Gregory Matgen, échevin de l’environnement et Philippe Jaquemyns, échevin de la mobilité

    02 761 27 93 – 02 761 27 52 – s.coste@woluwe1200.be – p.demuelenaere@woluwe1200.be


    2 commentaires
  • Wolu1200 : Les chantiers à Woluwe.... Réaction de Monsieur Maingain

    Les chantiers à Woluwe-Saint-Lambert

    Suite aux nombreux commentaires d'incompréhension sur les groupes FB woluwéens, Monsieur Maingain et Monsieur Jaquemyns ont décidé de clarifier la situation sur le groupe https://www.facebook.com/groups/337747606310352/ où certains intervenants avaient la plume acerbe et revendicative.

    Voici leur réponse :

    "Bonjour,

    Avec l'échevin des travaux publics, Philippe Jaquemyns et les services, c'est quotidiennement que je suis l'évolution des travaux sur le territoire de la commune. Il n'est pas un jour sans que nous apprenions des difficultés nouvelles sur l'un ou l'autre chantier. Très souvent la cause des retards s'explique par la découverte en cours de chantier de problèmes qui ne pouvaient être connus avant leur entame. Ainsi , par exemple à l'avenue Vervloesem, Vivaqua a constaté que le branchement de l'égout dans l'avenue de Toutes les couleurs était encore en plus mauvais état que ce qui avait été constaté par le relevé de la caméra. Le périmètre du chantier a donc été étendu et les travaux au carrefour Vervloesem/ Toutes les couleurs devraient être terminés pour fin septembre alors que ce carrefour aurait dû être achevé pour la rentrée des classe comme prévu initialement . Autre exemple, à la place Saint-Lambert, Belgacom a constaté avec l'ouverture des trottoirs du côté des commerces qu'un de ses câbles importants ( tout le Shopping en dépend) avait cédé . Sans doute n'était-il déjà plus en très bon état. Et je pourrais multiplier les exemples. A chaque fois nous devons prendre des décisions en urgence et j'autorise souvent des travaux en dehors des heures prévues afin de diligenter les réparations ou interventions. Nous sommes confrontés à tellement de situations imprévues que nous n'avons plus le temps de tout expliquer aux citoyens, même si l'équipe de M.Jaquemyns multiplie les avis en toutes-boîtes dans les quartiers concernés et que nous programmons des réunions d'information avec les habitants. Je crois que jusqu'au début octobre, j'ai quasiment chaque soir de la semaine une réunion d'information avec les habitants de différents quartiers. C'est dire que nous nous employons à expliquer la situation. Je tiens également à souligner le travail et la disponibilité des fonctionnaires communaux qui répondent quotidiennement à de nombreuses demandes pour améliorer la gestion des chantiers, notamment en ce qui concerne la mobilité des usagers les plus faibles. Même pour les chantiers régionaux dont la commune n'a pas la responsabilité, ils sont les relais des citoyens auprès des gestionnaires de ces chantiers. Je comprends l'impatience des habitants qui sont cernés par tous ces travaux. Je puis affirmer que dans un proche avenir, les plus gros chantiers qui incombent à la commune ( ou en partie) seront terminés ( place Saint-Lambert, rue Vervloesem- partie basse- ou encore avenue de Woluwe-Saint-Lambert) . Evidemment sous réserve des conditions météos. Par contre, nous n'avons pas la maîtrise des chantiers régionaux mais nous constatons aussi beaucoup de bonne volonté de leurs gestionnaires pour tenir compte des suggestions que nous leur formulons.

    Merci de votre compréhension.

    Olivier Maingain"

    Wolu1200 : Les chantiers à Woluwe.... Réaction de Monsieur Maingain

     

    Réaction de Monsieur Philippe Jaquemyns, échevin des travaux publics

    "Les travaux sur le Cours Paul-Henri Spaak et le Boulevard de la Woluwe sont des travaux menés par la région et par la STIB. La commune est tributaire des aléas de ce chantier qu’elle ne gère pas. Vu les problèmes actuels de mobilité dans les avenues Paul Hymans et Vandervelde, la commune a enjoint la région à trouver une solution, à brève échéance, permettant de rendre deux bandes disponibles dans chaque sens de circulation sur ces voiries. Nous attendons un retour de la région à ce propos. Quant aux travaux de la Place Saint-Lambert et de la rue Voot, la réfection du coffre (fondation + asphalte) de la voirie devrait être terminée dans la rue Voot pour la fin du mois de septembre, sauf conditions climatiques défavorables, permettant ainsi de rouvrir la rue Voot à la circulation automobile, ce qui facilitera la mobilité dans ce quartier. Il restera alors les travaux de finition (bornes rétractables, fontaine,…) à réaliser sur l’agora de la place, hors impact sur la mobilité. Je peux vous assurer que chaque jours les collaborateurs des services techniques communaux passent sur les différents chantiers en cours sur notre territoire (qu’ils soient gérés ou non par notre commune) et trouvent des solutions à de nombreux problèmes qui peuvent se poser.

    La commune est compétente en matière de travaux publics pour ce qui concerne les voiries communales. Elle peut, par exemple, décider de réaménager les trottoirs, sécuriser ses voiries en plaçant par exemple des coussins, etc. Elle ne peut cependant le faire que sur les voiries dont elle est gestionnaire. A titre d'exemple, on citera les récents travaux dans l'avenue du Val d'Or ou J.R. Colon ou Echevins Van Muylders où les trottoirs ont été réaménagés. Pour les voiries régionales, c'est la région qui en est le gestionnaire. C'est le cas du Boulevard de la Woluwe. Ce qui explique que le chantier d'extension du Tram 94 et de réfection du Boulevard de la Woluwe soit géré par l'administration régionale"

    Wolu1200 : Les chantiers à Woluwe.... Réaction de Monsieur Maingain et de Monsieur Jaquemyns

     Rue Vervloesem 

    Wolu1200 : Les chantiers à Woluwe.... Réaction de Monsieur Maingain et de Monsieur Jaquemyns


    votre commentaire
  • Trouver un logement adapté à une personne porteuse de handicap relève du défi. A Bruxelles, depuis 2014, 250 nouvelles places ont été créées.

    Wolu1200 : Handicap... une coloc presque comme les autres

    Au menu ce soir : pennes au saumon et champignons. Clément, 27 ans, a de la chance. Selon le grand tableau affiché dans la cuisine, il est chargé du repas. Pourtant, aujourd’hui, tout le monde met la main à la pâte. Le jour est particulier : il s’agit de la soirée de départ de Raphaël. On a sorti l’apéro pour l’occasion. « Allez, moi, je mets la table, lance Mathilde, 22 ans. Combien d’assiettes ? »« Qu’est-ce que je mets comme musique ? », enchaîne Clément, la tablette à la main.

    Bref, une vie de coloc normale, dans une maison cosy de Woluwe-Saint-Lambert. Enfin presque. Aurélie Claeys, psychologue, et Lauranne Demets, éducatrice, n’ont pas leur chambre dans cette colocation. Elles travaillent chacune à temps partiel pour l’ASBL My Wish, et sont présentes à tour de rôle, en soirée, pour encadrer les jeunes habitants. My Wish est une maison communautaire qui propose six chambres à de jeunes adultes atteints d’un handicap léger ou d’un trouble du développement, de l’apprentissage et/ou du langage (tous les « dys » : dysphasie, dyslexie, dyspraxie). Une alternative novatrice à la vie en famille ou en institution.

    Le 23 août dernier, Le Soir publiait le coup de gueule du Conseil supérieur national des personnes handicapées qui pointait la trop lente mise en œuvre des recommandations émises par l’ONU en 2014 pour les personnes handicapées. Parmi ces recommandations, le logement constituait une question centrale. Le Conseil plaidait pour des lieux de vie de plus petites tailles pour répondre au manque de places en institutions.

    C’est bien l’objectif que s’est donné l’ASBL My Wish, créée il y a deux ans par Martine Caeymaex (maman d’une jeune à présent membre de la colocation) et soutenue par la Cocom et la Fondation Roi Baudouin.

    « Cette maison a vocation à être un lieu de passage, explique Lauranne, éducatrice chez My Wish depuis six mois. Les jeunes ont un bail d’un an, renouvelable deux fois, pour maximum 3 ans. Le but est d’accompagner leur entrée dans la vie active : entamer les démarches auprès des services liés à l’emploi, trouver un travail, identifier ce qui coince dans leur autonomie et travailler cela avec eux. Bref, leur donner les outils pour qu’ensuite ils sachent où s’adresser quand ils ont un problème dans tel ou tel domaine. »

    Mathilde est l’une des plus jeunes de la colocation qui accueille des résidents de 18 à 26 ans. Elle a 21 ans : « Ici, on est assez autonomes, même si les éducatrices nous aident un peu. Moi, j’ai des problèmes de prononciation et de motricité fine : à présent, j’arrive presque à faire la cuisine toute seule. Mais j’ai besoin d’aide pour les papiers. » Le 1er septembre, Mathilde a commencé un emploi dans l’aide aux personnes via un contrat d’adaptation professionnelle (CAP). Melvin et Clément, eux, travaillent dans des entreprises de jardinage. « Aujourd’hui, cela a été une mauvaise journée, raconte Mathilde à Lauranne, qui accueille les colocataires quand ils rentrent du travail et débriefe leur journée. J’ai eu des moqueries. C’est un manque de respect. Mais j’ai pris sur moi, je dois m’imposer… »

    Les profils des jeunes sont très variés, tout comme leur degré d’autonomie : « Ils ont chacun des compétences et on les laisse faire tout ce qu’ils savent faire seuls, développe Lauranne. Il y en a certains que je dois tout le temps surveiller, que j’accompagne dans tout : même pour choisir entre deux légumes au supermarché. On a aussi un rôle important dans la gestion de conflits. Ce sont des jeunes qui ont beaucoup de mal à mettre des mots sur leurs émotions et les colères sont plus vives. » La vie en communauté n’est donc pas toujours un long fleuve tranquille. D’où l’importance des réunions hebdomadaires, mais aussi des activités plus récréatives un samedi par mois. Reste que, malgré les subsides, cette petite structure a un coût. La présence de deux éducatrices fait monter le « loyer » à 1.000 euros par chambre (repas compris). La ministre en charge du handicap, Céline Frémault, n’en est pas moins convaincue par le projet. Le financement d’une seconde maison est prévu d’ici la fin de la législature.

    Source :  Elodie Blogie - RENE BRENY (photo)        

    http://www.lesoir.be/114503/article/2017-09-16/handicap-une-coloc-presque-comme-les-autres


    votre commentaire
  • Wolu1200 : La rue Vervloesem s(a)ens dessus dessous

    La rue Vervloesem est un chantier à n'en plus finir depuis plusieurs semaines et ce au grand désarroi de ses habitants mais aussi des parents qui doivent conduire leurs enfants à l'école Vervloesem ou à la crèche toute proche.

    Wolu1200 : La rue Vervloesem s(a)ens dessus dessous

    La raison : 

    Les canalisations d'eau de la capitale sont vétustes et d'une fragilité extrême et donc, celles de Woluwe aussi !

    Vivaqua a ouvert, il y a plusieurs semaines déjà, la chaussée pour remplacer les égouts mais le chantier a pris du retard. Pourquoi ? Les canalisations vétustes à changer sont plus nombreuses que prévu. La voirie devait être rouverte avant la rentrée scolaire mais, en cours de réparation, les ouvriers se sont rendu compte qu'un égout, tout à côté de l'école Vervloesem, était proche de l'effondrement, d'où ces retards conséquents qui empoisonnent l'existence des riverains.... pour de nombreuses semaines encore.

    Reportage complet (vidéo RTL Info) en cliquant sur le lien ci-dessous à la huitième minute.

    http://www.rtl.be/tv/rtltvi/replay/08-09-2017-rtl-info-19h-08-septembre-2017 

    Wolu1200 : La rue Vervloesem s(a)ens dessus dessous

     

     


     Wolu1200 : La rue Vervloesem s(a)ens dessus dessousEt pour ceux qui, nombreux, en douteraient encore, on écrit "sens dessus dessous" et non pas "sans dessus dessous" :

    Erreur couramment commise

     Croyant que c’est la préposition « sans » que l’on trouve dans cette expression, certains écrivent « sans dessus dessous » au lieu de « sens dessus dessous ».

    Règle (comment ne plus commettre cette erreur)

    Qu’insinuez-vous ? qu’une personne est nue, sans dessus ni dessous ? Certes non ! Écrivez donc « sens dessus dessous » (qui signifie « dans un profond désordre »).

    Voir lien ci-dessous (vidéo) :

    https://www.projet-voltaire.fr/regles-orthographe/sans-dessus-dessous-ou-sens-dessus-dessous/

     


    2 commentaires
  • La Woluwéenne Valérie n’ira pas en finale des «Rois du Gâteau» La Woluwéenne Valérie n’ira pas en finale des «Rois du Gâteau» mais Cyril Lignac la qualifie de «reine des biscuits»

    La Bruxelloise Valérie Coppens passait le test des papilles expertes du chef pâtissier Cyril Lignac ce 6 septembre sur M6. Mais la Belge a manqué de temps dans la seconde étape du jeu «Les Rois du Gâteau»: sa «perle acidulée» ne lui a pas permis d’accéder à la finale.

    C’est ce mercredi 6 septembre que Valérie Coppens prenait son tour dans « Les Rois du Gâteau », la quotidienne pâtissière d’M6 produite par le chef Cyril Lignac. Malheureusement, la sympathique Bruxelloise n’a pas convaincu le plus célèbre des pâtissiers du petit écran.

    Rappelons le principe du jeu: Valérie était mise en compétition avec deux autres pâtissiers amateurs. La première étape la plaçait en face-à-face avec Lignac: elle devait lui présenter son gâteau, préparé en amont dans son appartement de Woluwe-Saint-Lambert. Visiblement, la «perle acidulée», l’entremet citron-menthe-pomme de notre Bruxelloise, a réussi à convaincre le chef. Même si celui-ci aurait aimé avoir davantage la surprise des fruits, qui décoraient le glaçage «perlé» et n’étaient donc pas cachés, et a noté un surplus de gélatine. Quoi qu’il en soit, Valérie a accédé à la 2e étape du jeu.

    La Woluwéenne Valérie n’ira pas en finale des «Rois du Gâteau» Il fallait alors répéter la recette du «gros» gâteau mais en la déclinant en 6 petites portions individuelles, idéales à placer dans une vitrine de magasin. C’est d’ailleurs le prix qui attend le grand vainqueur du jeu, dont la finale est prévue ce vendredi 8 septembre. Et là, Valérie a manqué de temps. Son dessert devait en effet passer en chambre réfrigérée pour solidifier ses moules sphériques. Las: le temps a manqué à Valérie. «Il m’a manqué 5 malheureuses minutes», glisse la Belge sur sa page Facebook, «Les Douceurs de Valérie».

    Cyril Lignac, qu’on sait sympathique, a cependant «salué le courage» de la concurrente belge, qui n’a pas baissé les bras. Et il a même dit avoir apprécié le goût des différentes couches du montage de Valérie. «Tu es la reine des biscuits, hein, toi!», a-t-il lâché. Notre candidate bruxelloise, «déçue d’elle-même» n’aura pas pu masquer sa déception: elle a laissé échapper quelques larmes à l’écran.

    Mais l’expérience restera sans doute inoubliable pour elle.

    Source : http://www.lavenir.net/cnt/dmf20170907_01051230/la-woluweenne-valerie-n-ira-pas-en-finale-des-rois-du-gateau-mais-cyril-lignac-la-qualifie-de-reine-des-biscuits?utm_source=lavenir&utm_medium=newsletter&utm_campaign=regions_bruxelles&utm_content=regionnews&&M_BT=52724303895

    Lien utile : 

    https://www.facebook.com/lesdouceursdevalerie/?hc_ref=ARTbtDOgIaq0R2qtQZYlSFxze6gjCeB4im0zxpgFHPsedOh3lwK5dv-duDA3mpwQh-U&fref=nf


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Des riverains en colère place Saint-Lambert

    Lancé il y a près d’un an, le chantier n’est toujours pas terminé, regrettent commerçants et habitants.

    Les travaux autour du centre historique de Woluwe-Saint-Lambert ont commencé en octobre 2016 et ils ne sont toujours pas terminés. Avec la polémique des pavés chinois sur la place Saint-Lambert et les problèmes de mobilité dans la commune, les habitants et les commerçants n’en peuvent plus.

    La terrasse du restaurant, La Piazza, est déserte. Et pourtant, il est midi passé. « C’est une catastrophe. Ces travaux devaient être finis au mois de juin et ça n’avance pas. Il n’y a même pas de panneaux indiquant que les commerces sont accessibles », déplore Miguel Menacho, le patron. « Notre chiffre d’affaires a baissé de plus de 50 % par rapport à l’année dernière », précise-t-il.

    Priorité à la mobilité

    Même son de cloche à 20 mètres de là, dans le commerce de Brigitte Lemaire, la Manufacture des étoffes. « Heureusement que j’ai quelques clientes régulières, sinon je ne m’en sortirais pas. C’est une honte ! Il ne se passe plus rien depuis le 1er août. On nous avait certifiés que ça serait fini au début de l’été », explique la commerçante en montrant une lettre de la commune : les travaux de la partie inférieure de la place Saint-Lambert ont commencé, eux, le 20 mars et devaient se terminer 90 jours ouvrables plus tard, soit en juillet.

    Du côté de la commune, on prône l’apaisement : « Les travaux sont presque terminés. Nous nous occupons, pour l’instant, de la réfection de coffre et des trottoirs de la rue Voot, pour permettre aux riverains de circuler », affirme Philippe Jaquemyns, échevin des Travaux publics. « On aurait pu aller plus vite en bloquant tout le quartier d’un coup mais ça n’aurait vraiment pas rendu service à la population », ajoute-t-il.

    Les travaux sur la place avaient été interrompus à cause de la polémique des pavés chinois… Un conseiller Écolo avait introduit un recours contre l’utilisation de ces pavés qui n’étaient, selon lui, pas très éthiques. « Ce sujet a été débattu en conseil communal et ces pavés respectent le cahier des charges. Les travaux vont se poursuivre », assure Philippe Jaquemyns.

    François habite rue Voot depuis presque 25 ans et elle n’y comprend rien : « Les ouvriers mettent les pavés puis les enlèvent… Internet est régulièrement coupé et, surtout, les travaux prennent des semaines alors qu’ils devraient être finis ».

    L’échevin des Travaux publics affirme qu’ils seront terminés d’ici deux semaines, « si les conditions météos sont favorables », précise-t-il toutefois.

    Source et photo : http://www.lesoir.be/112838/article/2017-09-07/des-riverains-en-colere-place-saint-lambert


    Suite aux nombreuses critiques sur les réseaux sociaux après cet article du Soir, Monsieur Olivier Maingain, bourgmestre de WSL, tient à préciser ceci :

    "Toutes les phases des travaux ont été bien expliquées lors des très nombreuses réunions d'information qui ont été organisées par la commune. Conformément à la demande des commerçants et des nombreux participants, nous avons toujours veillé à ce que la place soit accessible et que des places de parking y soient maintenues. Ce choix a évité une fermeture complète de la place pendant plusieurs mois, mais a comme conséquence inéluctable d'allonger la durée des travaux. C'est ce qui a permis de maintenir l'activité économique aux abords de la place. Il est vrai que nous sommes dans la phase la plus critique, celle de la rénovation complète de la rue Voot. Sauf circonstances météo particulièrement défavorables, cette rue sera rouverte fin septembre, conformément au planning prévu et communiqué. J'ai fait récemment le tour des commerçants de la place et les ai presque tous rencontrés. Je leur ai annoncé que le collège a prévu un fonds de soutien à l'activité commerciale de la place. Le règlement sera présenté au conseil communal d'octobre et les primes seront liquidées avant la fin de l'année. A ma connaissance, aucune commune n'a jamais prévu pareil mécanisme de soutien financier à la suite de travaux d'une certaine ampleur. Selon les renseignements que j'ai reçus, la fermeture d'un commerce très apprécié et très fréquenté jusqu'à sa fermeture, s'expliquait par d'autres motifs que les travaux. Par ailleurs, chacun conviendra que la place Saint-Lambert avait grand besoin d'une rénovation en profondeur pour être plus attractive.

    Olivier Maingain "


    6 commentaires
  •  les para-commandos encore en exergue à Woluwe-St-LambertUne fois encore, l’histoire va à la rencontre des citoyens dans la rue.

    Vendredi prochain 8 septembre dans la matinée, les autorités communales rendront hommage aux "anciens" avec l’Amicale Nationale Para-commando Vriendenkring au monument dédié aux unités Para-commandos "Me&My Pal" sis avenue de l’Assomption au croisement avec l’avenue Vandervelde. S’il existe dans notre pays de nombreux monuments honorant les soldats qui ont défendu nos couleurs nationales, il n’y en avait pas encore dédié aux unités Para-commandos.

    Une lacune comblée depuis 2014 par une œuvre du sculpteur Thierry Lauwers, lui-même ancien commando. La sculpture rappelle l’indéfectible solidarité entre frères d’armes Para-commandos. Une œuvre empreinte de symbolique : elle est porteuse d’espoir car loin de la notion de combat ou d’affrontement, elle évoque l’entraide et la fraternité.

    Hommage aux victimes tombées ailleurs

    Toutefois, comme c’est une heureuse habitude à Woluwe-Saint-Lambert qui n’est pas pour rien une commune universitaire et d’enseignement où le devoir de mémoire se pratique tous les jours de l’année, les autorités communales ont voulu ici aussi adjoindre des panneaux didactiques permettant aux passants et singulièrement aux jeunes de découvrir l’histoire de ces fameuses unités combattantes.

    Ce 8 septembre un nouveau panneau sera donc ajouté rappelant le sacrifice des hommes qui ont perdu la vie en opération en Europe, en Afrique, en Asie ou au Moyen Orient, sous la bannière des Para-commandos.

    Source : Christian Laporte
    http://www.lalibre.be/regions/bruxelles/woluwe-st-lambert-les-para-commandos-encore-en-exergue-a-woluwe-st-lambert-59a9cfdacd70d65d25bb3158

    votre commentaire
  • Wolu1200 : Après trois interventions, le petit Sacha est toujours aux soins intensifsNathalie, la maman du petit Sacha, 9 ans, atteint d'une maladie génétique rare qui affecte ses poumons (au travers du développement anarchique de vaisseaux lymphatiques) et entraîne de graves difficultés respiratoires, a donné des nouvelles de son garçon soigné aux Etats-Unis depuis plusieurs semaines. Pour rappel, un bel élan de solidarité, relayé par RTL info, avait permis de rassembler des centaines de milliers d'euros afin de permettre à l'enfant de subir une intervention chirurgicale dans un hôpital spécialisé de Philadelphie aux Etats-Unis.

    Alors qu'il était initialement et idéalement prévu une intervention extrêmement compliquée, qui consistait à retirer certains vaisseaux lymphatiques et à en maintenir d'autres, suivie d'une convalescence de trois semaines avant de reprendre l'école, le petit Bruxellois est toujours aux soins intensifs à Philadelphie après déjà trois interventions. "Ses poumons étaient plus malades que prévus, les opérations ont donc été plus lourdes que prévu et la récupération plus longue et difficile" a informé la maman sur la page Facebook Ensemble pour Sacha.


    "Un courage et une volonté à toute épreuve"

     Mais le garçon est connu pour sa détermination. "Il remonte petit à petit la pente avec un courage une volonté à toute épreuve", écrit sa maman qui loue aussi Noah, le frère de Sacha, présent à ses côtés et soutien moral essentiel. "Je voudrais souligner le courage et la force de Noah aussi qui est présent chaque jour près de son frère, même dans les pires moments. Etre un enfant malade c'est difficile mais être le frère ou la sœur d'un enfant malade c'est tout aussi difficile, je suis très fière de la façon dont il gère cela", s'enorgueillit la maman qui n'oublie pas aussi l'ensemble des médecins et infirmières qui oeuvrent à la réussite d'un immense défi car la maladie de Sacha est complexe. "Enfin je voudrais remercier tous les médecins et infirmières qui donnent le meilleur d'eux mêmes pour soigner Sacha (ici à Philadelphie mais aussi aux cliniques St Luc à Bruxelles où on continue à nous aider malgré la distance). Beaucoup de gens se sont attachés à Sacha et font bien plus que ce qu'ils devraient, même en dehors de leurs heures de travail. Cela nous touche beaucoup", insiste Nathalie. 

    Une maladie rare et complexe. Et donc affreusement coûteuse. Le prolongement de l'hospitalisation a un coût élevé. 
    "Certains d'entre vous m'ont demandé s'il était nécessaire de continuer les actions et les dons et la réponse est oui (les dons peuvent se faire sur le compte de l'asbl Nos Petits Sourires dont le numéro de compte est mentionné sur la page Facebook et le site web). Je tiens à remercier les nombreuses personnes qui continuent à nous aider et nous encourager chaque jour avec des messages, des cartes pour Sacha et Noah, des vidéos, des cadeaux... C'est un soutien très précieux dans cette terrible épreuve", a remercié la maman.

    Wolu1200 : Après trois interventions, le petit Sacha est toujours aux soins intensifsLA MALADIE de Sacha 

    La maladie congénitale (présente dès la naissance) dont souffre ce petit garçon s'appelle lymphangiomatose kaposiforme. Le système lymphatique (réseaux de vaisseaux à travers tout notre corps dans quel circule la lymphe et qui joue un rôle essentiel dans notre immunité) est touché, et plus spécifiquement au niveau des poumons dans le cas de Sacha. "La lymphe arrive dans ses poumons, ce qui engendre des troubles respiratoires sévères", nous décrit sa maman. Les symptômes de l'affection sont notamment la dyspnée (difficulté à respirer), la toux, des douleurs dans la poitrine.

    La maladie se manifeste à 15 mois et entraîne une année complète d'hospitalisation

    C'est à l'âge de 15 mois que cette maladie rare a été diagnostiquée, raconte Nathalie. Sacha a passé une année entière à l'hôpital, dont 10 mois aux soins intensifs. Plusieurs opérations chirurgicales ont été réalisées aux Cliniques Universitaires Saint-Luc à Bruxelles. Alors sous assistance respiratoire, le petit patient devait être alimenté par voie intraveineuse.

    Après cette année très éprouvante, le garçonnet a entamé une rééducation. "Il a appris à vivre plus ou moins normalement. Il avait juste des rendez-vous à l'hôpital et une assistance respiratoire la nuit", explique Nathalie.

    Sa santé se dégrade, il nécessite une assistance respiratoire permanente

    Jusqu'en mai, Sacha a pu poursuivre une scolarité quasiment normale au Collège du Sacré-Cœur de Lindthout, dans la commune de Woluwe-Saint-Lambert, malgré son lourd suivi médical et des hospitalisations fréquentes, écrit sa maman sur un site internet qu'elle a créé. Elle pointe du doigt l'importance du soutien de son "exceptionnel petit frère Noah" et du personnel de l'école.

    Sacha terminait sa 4e année primaire lorsque son état s'est subitement dégradé. "Il se trouve sous oxygène en continu, explique sa maman, le traitement ne suffit plus". Une opération permettant d’améliorer sa condition respiratoire serait possible mais pas en Belgique. Selon la maman, un seul établissement assure l'intervention salutaire: l’hôpital des enfants à Philadelphie, de l'autre côté de l'Atlantique.

    Source : http://www.rtl.be/info/vous/temoignages/apres-trois-interventions-le-petit-sacha-toujours-aux-soins-intensifs-sa-maman-donne-des-nouvelles-948773.aspx


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Myriam Janssens dans l’embarras à cause de Myriam JanssenUne Myriam n’est pas l’autre… Et pourtant Myriam Janssens souffre du comportement de celle qui porte exactement les mêmes prénoms et noms (à une lettre près) qu’elle.

    Deux habitantes de Woluwe-Saint-Lambert portent exactement les mêmes prénoms et noms, à une lettre près: Myriam Janssens et Myriam Janssen. La première citée souffre des agissements de sa presque homonyme, et comme elles vivent donc dans la même commune, il y a confusion…

    À tel point que Myriam JanssenS s’est retrouvée dans une situation pour le moins inconfortable: radiée de la commune ainsi que du registre national, privée de mutuelle et insultée sur les réseaux sociaux, si l’on en croit Bel RTL. «Suite à un rapport d’agent de quartier et à cette confusion, j’ai eu beaucoup d’ennuis administratifs», témoigne la victime dans le lien ci-dessous.

    Myriam JanssenS se retrouve donc avec des notes à payer «laissées» par sa presque homonyme qui semble être une spécialiste de l’arnaque. Selon Bel RTL, «la grand-mère» tendance à oublier régulièrement son portefeuille et elle «est particulièrement active à Bruxelles, dans le Brabant wallon ainsi qu’a la Côte belge». Elle est actuellement poursuivie dans… une trentaine de dossiers!

     Source et vidéo RTL : http://www.lavenir.net/cnt/dmf20170829_01046955/audio-woluwe-saint-lambert-myriam-janssens-dans-l-embarras-a-cause-de-myriam-janssen

     

     

    votre commentaire
  • Les pavés chinois sont en réalité de pavés portugais qui viennent de.... Chine !

    Le président de DéFi a-t-il le temps de gérer correctement sa commune ? Un couac parmi d'autres : les pavés soi-disant "portugais" de la place Saint-Lambert sont importés à bas coût de Chine. Ecolo met en cause les services techniques de Woluwe-Saint-Lambert.

    Un pavé dans la mare d'Olivier Maingain : ce 28 août, Ecolo, dans l'opposition à Woluwe-Saint-Lambert, dépose une motion demandant la suspension des travaux de réaménagement de la place Saint-Lambert... Au risque de fâcher commerçants et riverains, qui attendent avec impatience la fin du chantier. En cause ? De "graves erreurs" dans la gestion du projet par les services techniques de la commune, estime le parti vert.

    Questionné l'an dernier sur l'origine des pavés de granite prévus pour la principale place de la commune, le bourgmestre a assuré qu'ils viendraient "du Portugal et les pierre bleues d'Irlande." On sait que Maingain tient beaucoup à ce que sa commune achète "européen" : il en est ainsi pour les véhicules communaux. Or, Ecolo révèle que les pavés utilisés pour la place sont des matériaux à bas coût importés de Chine.

    Ouvriers chinois en tongs

    "Pourquoi faire venir des pierres de l'autre bout du monde ?", demande le conseiller communal Ecolo Jean-Claude Van der Auwera, qui pointe l'impact environnemental des carrières d'extraction chinoises. En remontant le fil à partir des mentions sur les palettes, le conseiller investigateur a mis la main sur des photos d'ouvriers qui témoignent des mauvaises conditions de travail sur les lieux de production : ils travaillent pieds nus ou en tongs, en shorts, assis à même le sol, avec une absence quasi totale d'équipements de protection individuelle.

    "Qui osera nier les conséquences en termes d'accidents du travail pour ces ouvriers chinois exploités ? Tout cela alors qu'en Belgique, il reste encore des carrières, un savoir-faire unique et des pierres réputées pour leur solidité. Pouvons-nous ignorer l'amertume des ouvriers belges et européens dont les emplois sont sacrifiés lors de marchés publics bâclés ouverts à tous vents ?"

    Un prix anormalement bas

    La qualité des pavés chinois de la place Saint-Lambert, dont plus de la moitié ont déjà été placés, laisserait-elle à désirer ? Le cahier des charges est muet sur les caractéristiques et les performances exigées : des "pavés de granit de teinte grise". "Il est donc impossible de vérifier quoi que ce soit et même de se plaindre si la qualité fait défaut, déplore Van der Auwera. Responsable de ce cahier des charges indigent, le service technique a fait une grosse boulette : il n'a pas jugé utile d'inclure des spécifications techniques minimales en usage pour ce type de fournitures afin d'assurer la livraison de matériaux de qualité. Le Collège n'y a vu que du feu. Du coup, l'entrepreneur peut fournir à peu près n'importe quoi qui ait l'apparence du granite et soit de couleur grise."

    Pour ce projet de réaménagement, la commune a prévu un budget 3,2 millions d'euros. Elle a donc été surprise du prix offert par le soumissionnaire : 1,689 millions d'euros. La Région a suspendu le marché pour cause de "prix anormalement bas". "Mais cette objection n'a pas tenu longtemps, faute de volonté d'en exposer les véritables causes, constate le conseiller communal. Nous pouvons même démontrer une tromperie de l'entrepreneur dans la justification de ses prix pour les pavés ! Que se passera-t-il si demain les 5 400 mètres carrés de pavés se révèlent défectueux ? Les finances communales auront-elles fait une bonne affaire, malgré un prix, pour les pavés, de 539 000 euros, défiant toute concurrence ? A ce risque de surcoût s'ajoute le coût environnemental et social. Nous demandons une suspension du chantier le temps d'examiner les pièces du dossier. Bourgmestre à temps partiel, Maingain n'est pas en mesure de gérer la commune  correctement et les cahiers des charges sont bâclés par ses services."

    Sous les pavés asiatiques, les ennuis...

    Woluwe-Saint-Lambert connaît d'autres déboires liés aux pierres asiatiques à bon marché : rue de la Chapelle, des pavés d'origine indienne ont explosé au premier gel. Au centre culturel Wolubilis, les pierres de parement fondent. Plus récemment, des palettes de pierres bleues chinoises ont été aperçues au château Malou, lieu communal où sont célébrés les mariages civils.

    Source et photo : 

     


    votre commentaire
  • La commune de Woluwe-Saint-Lambert rénove la place du même nom depuis plusieurs semaines. Un conseiller Écolo a découvert l'origine - cachée selon lui - des pavés qui garniront la place. Ils viennent de Chine et posent des questions d'ordre éthique. La commune se défend et justifie ses choix.

    Wolu1200 : Suspension des travaux à cause des pavés chinois sur la place Saint-Lambert ?!C'est en fin de chantier que le conseiller communal Écolo Jean-Claude Van der Auwera tombe sur des indications d'origine des pavés de granite installés sur la place Saint-Lambert. Elles lui semblent suspectes alors il se renseigne. Les pavés viennent de Chine. La faute, selon lui, à un cahier des charges imprécis. "Le cahier des charges demande des pierres de granit gris clair, d’une certaine dimension. L’entrepreneur pouvait légitimement livre à peu près n’importe quoi. Et il ne s’en est pas privé ! En remontant le fil, j’ai découvert des problèmes, des scandales provoqués par ces pierres qui sont livrées à travers toute l’Europe. Et j’ai aussi découvert dans quelles conditions ces pierres étaient produites…"

    Le bourgmestre Olivier Maingain s'étonne. Jean-Claude Van der Auwera a approuvé ce cahier des charges. Quant aux pavés de la place, "on considère que ce matériau-là, à la différence sans doute de la pierre bleue de Chine qui pose souvent problème, est un matériau de qualité et de bonne résistance, et qui était précis sur le plan technique. Nous avons respecté les normes européennes pour la fourniture de ce type de matériau."

    Olivier Maingain est bien conscient des problèmes éthiques soulevés par l'origine des pavés. Mais la loi ne permet pas d'exclure un pays dans le cadre d'un appel d'offres.

    Jean-Claude Van der Auwera demandera ce lundi soir la suspension des travaux, le temps de réfléchir à une alternative pour le prochain chantier.

    Source : Philippe Carlot 

    https://www.rtbf.be/info/regions/bruxelles/detail_woluwe-les-paves-de-la-place-saint-lambert-viennent-de-chine-et-l-ethique-reagit-ecolo?id=9693637


    votre commentaire
  • Méfiez-vous de l’arnaque "à l’amiable" qui vise à gruger les seniorsClaire, 78 ans, a évité de peu une arnaque dite "du rétroviseur" et met en garde la population contre les abus de confiance.

    Claire a évité le pire, lundi 14 août dernier ! Il est environ 12h lorsque cette dame, âgée de 78 ans, circule sur la chaussée de Louvain en direction de Woluwe-Saint-Lambert. Tout d’un coup, elle entend un bruit sur la carrosserie de son véhicule. "J’ai été assez surprise par l’impact. Comme j’ai des problèmes d’audition, j’ai pensé que le coup était peut-être plus important que ce que je ne pensais", explique-t-elle.

    Ni une ni deux, Claire stationne son véhicule sur le parking du Media Markt situé juste à côté, et sort de sa voiture pour constater les dégâts. "À ce moment-là, un individu, la soixantaine, vient dans ma direction à pied et m’explique que j’ai accroché son rétroviseur avec mon véhicule. Il me montre alors une griffe qui correspond au soi-disant impact", poursuit Claire.

    La dame, impressionnée et sous le choc, ne réalise pas qu’il s’agit d’une fausse griffe et qu’elle est en fait victime d’une escroquerie. "Il m’a pris au dépourvu. J’ai vraiment cru que j’étais en tort. Il m’a alors emmené vers son véhicule stationné un peu plus loin et m’a montré son rétroviseur, brisé en mille morceaux", ajoute Claire.

    Le malfrat s’est ensuite installé sur le siège passager du véhicule de Claire dans le but de trouver un arrangement à l’amiable. "Nous avons commencé à discuter mais il me mettait la pression, en disant qu’il était pressé et qu’il n’avait que peu de temps à me consacrer", poursuit Claire.

    Le malfrat a ensuite demandé à Claire de payer directement un montant d’environ 800 € afin d’éviter les tracasseries administratives. N’ayant pas ce montant en liquide sur elle, il lui a indiqué un distributeur d’argent qui se trouvait à proximité immédiate. "Je me suis alors mise à douter de la véracité de ses propos. Il a ensuite simulé une conversation téléphonique avec la police en disant que je refusais de reconnaître mon tort, et m’a dit qu’une patrouille de police était en chemin", poursuit Claire.

    C’est à ce moment-là que la victime a eu la présence d’esprit de penser à mesurer la hauteur de la griffe sur sa carrosserie, et de la comparer avec celle du rétroviseur, grâce à un mètre qu’elle avait dans son véhicule. "Il a alors commencé à m’insulter, avant de subitement rentrer dans son véhicule et de partir à toute allure", conclut Claire, soulagée de ne pas s’être fait avoir.

    La Bruxelloise avait déjà vécu une situation similaire il y a quelque temps, et souhaite aujourd’hui mettre en garde la population contre ce genre de pratique scandaleuse.

    La zone de police Montgomery (Etterbeek, Woluwe-Saint-Pierre, Woluwe-Saint-Lambert) connaît ce genre de modus operandi (voir ci-contre). "C’est un phénomène pour lequel la vigilance du citoyen est primordiale car aucun élément extérieur ne peut laisser présager des pratiques de telle sorte", explique Michaël Jonniaux, le chef de corps de la zone Montgomery.

    Des escroqueries récurrentes

    La zone de police Marlow (Uccle, Watermael-Boitsfort, Auderghem) connaît bien la mésaventure vécue par Claire, puisque des citoyens ont déjà porté plainte pour des arnaques similaires. Mais la zone de police met régulièrement en garde la population contre une autre technique bien connue : celle des faux cornicheurs. "Un ou plusieurs individus se présentent au domicile d’une personne âgée en se faisant passer pour des spécialistes de réparations de toiture. Ils prétextent avoir repéré un problème sur le toit, comme un bout de corniche manquant, et proposent de directement procéder aux travaux. La personne âgée va alors chercher l’argent, sous les yeux des malfrats, avant que ces derniers ne se volatilisent en exigeant parfois des montants astronomiques", conclut Laurent Masset, porte-parole de la zone de police Marlow.

    Source et photo : Arnaud Farr - http://www.dhnet.be
     
    Lien utile :   http://m.rtl.be/info/828607

    votre commentaire
  • Wolu1200 : L'avenue du Site avant et aujourd'hui.... impressionnant

     Collection Delcampe. net

    https://www.delcampe.be/fr/collections/

     

    Wolu1200 : L'avenue du Site avant et aujourd'hui.... impressionnant

    Photos google street 

    Wolu1200 : L'avenue du Site avant et aujourd'hui.... impressionnant

     


    1 commentaire
  • Wolu1200 : Le moulin de Lindekemale en... 1926


    3 commentaires
  • Wolu120 : Une Woluwéenne dans les Rois du gâteau sur M6La Bruxelloise Valérie Coppens fait partie du casting de la nouvelle émission de Cyril Lignac sur M6.

    "Je suis maman au foyer", confie cette habitante de Woluwe-Saint-Lambert, à Bruxelles. "J’attends de trouver le job en or." Depuis plus d’un an, cette mère de trois enfants s’est intéressée à la pâtisserie et a ouvert sa propre page Facebook, Les Douceurs de Valérie"Je m’étais inscrite aux saisons 4 et 6 du Meilleur pâtissier (aussi avec Cyril Lignac et diffusé sur RTL-TVi, NdlR), mais on ne m’avait plus donné signe de vie. Je me suis dit que je ne devais pas rentrer dans le moule… J’étais alors un peu restée sur ma faim. Puis un casteur m’a recontactée sur ma page Facebook pour cette nouvelle émission."

    Ce nouveau programme s’intitule Les Rois du gâteau, produit et présenté par Cyril Lignac via sa société de production Kitchen Factory. Il sera diffusé sur M6 à partir de ce lundi 21 août. Et selon nos informations, il n’est pas exclu que l’émission soit au programme de la rentrée de RTL-TVi également. Au menu ? "Ils ont sélectionné 42 candidats, répartis sur 14 quotidiennes avec 3 candidats qui s’affrontent chaque jour", explique la candidate belge de 32 ans dont le passage dans l’émission est prévu le 6 septembre prochain. "M6 est venu réaliser un portrait à la maison quand je faisais mon gâteau et que j’ai ensuite dû apporter à Paris, chez Cyril Lignac. On lui présente notre travail. Il le regarde, critique le design et le goûte. Il fait son petit show. Puis, des 3 candidats, il en garde 2 pour la prochaine épreuve." À savoir deux heures top chrono pour réaliser le même gâteau mais avec le matériel imposé par le célèbre chef pâtissier.

    Si Valérie se garde bien de nous dire jusqu’où elle a été dans l’aventure et encore moins le nom du gagnant final de l’émission, elle nous dévoile toutefois la recette de son entremets au citron vert. "Un insert gelé de pommes vertes, avec un disque de meringue à l’intérieur puis son biscuit. Le tout recouvert d’un glaçage miroir." Un entremets rebaptisé La perle acidulée. "C’est ma fille qui m’a donné l’idée. Vu son blanc éclatant, elle m’avait dit : ‘Maman, ça brille, on dirait une perle !’ Et acidulé pour son goût sucré en bouche."

    Ce qui était donc juste un essai au départ est finalement devenu une passion, voire une vocation sur le tard pour la Bruxelloise dont la cerise sur le gâteau serait de devenir la reine du gâteau. Le programme permet en effet au gagnant de mettre sa pâtisserie dans des vitrines de grandes enseignes comme celle de Pierre Hermé.

    Source et photo : http://www.dhnet.be/medias/television/une-belge-dans-les-rois-du-gateau-sur-m6-5997401dcd70d65d2574eb65

    Adresse Facebook de la page "Les douceurs de Valérie" :

    https://www.facebook.com/lesdouceursdevalerie/?hc_ref=ARTbtDOgIaq0R2qtQZYlSFxze6gjCeB4im0zxpgFHPsedOh3lwK5dv-duDA3mpwQh-U&fref=nf

     

     

     


    3 commentaires
  • Les changements climatiques dus aux activités humaines ne peuvent plus être niés. Récemment, un immense iceberg de 5000 kilomètres carrés s'est détaché de l'Antarctique. Si celui-ci ne devrait pas faire monter le niveau des eaux marines, il servait de "bouchon" à plusieurs glaciers qui eux sont susceptibles de causer une montée du niveau des mers.

    Que deviendrait Woluwe en cas de montée des eaux? Voici une simulation qui vous en donne une idée.

    En cas de montée des eaux de 7 mètres, le Danemark, les Pays-Bas et la Flandre seraient déjà pratiquement rayés de la carte. Pas étonnant qu'un riche ostendais investisse massivement à Durbuy. Mais en dehors de la vallée de la Senne, Bruxelles et ses environs serait toujours épargné.

    Wolu1200 : Si la glace de l'Antarctique fondait, que deviendrait Woluwe ?

    En cas de montée de 13 mètres, les deux Woluwe ne barboteraient pas encore les pieds dans l'eau.

    Wolu1200 : Si la glace de l'Antarctique fondait, que deviendraient les deux Woluwe ?

    A 20 mètres, manneken-pis fait pipi dans la mer, les deux Woluwe restent toujours au sec ... et Brussels Airport commence à évacuer son personnel.

    Wolu1200 : Si la glace de l'Antarctique fondait, que deviendraient les deux Woluwe ?

    A 50 mètres, une grosse partie de Woluwe-Saint-Lambert serait sous eau, Bruxelles et manneken pis seraient noyés, l'Atomium barboterait au trois quart et Woluwe-Saint-Pierre recueillerait les réfugiés bruxellois et une partie de leurs voisins d'à coté et au-delà.

    Bonne nouvelle, cependant. Les avions ne pourraient plus décoller de Brussels Airport qui serait sous eau et donc, nous pourrons nager tranquillement sans être importunés par ces oiseaux rugissants et pollueurs.
     

    Wolu1200 : Si la glace de l'Antarctique fondait, que deviendraient les deux Woluwe ?

    Certes les plus pessimistes ne prévoient pas ce scénario avant 2500, il faudrait en effet que l'ensemble des glaciers de l'Antarctique fondent pour arriver à cette situation. Mais il serait peut-être temps de s'en préoccuper et de prendre des mesures tant au niveau politique que de simple citoyen.

    Source : D'après un article de http://haren.blogs.sudinfo.be

     


    votre commentaire
  • Quand les médias de Montréal parlent des nuisances aériennes de notre commune !

    Certains résidents de Saint-Lambert (Canada) pourront peut-être se consoler en apprenant qu'ils ne sont pas les seuls à connaitre des problèmes de nuisance sonore.

    La ville belge de Saint-Lambert également aux prises avec des problèmes de bruit

     
    En effet, la commune de Woluwe-Saint-Lambert, situé dans la région de Bruxelles, en Belgique, est aussi aux prises avec des problèmes de bruit. Toutefois, contrairement à la municipalité de la Rive-Sud, les ennuis sonores de la municipalité belge sont liés à l'aéroport voisin.

    Plusieurs citoyens de la commune réclament depuis de nombreuses années l’installation d’un sonomètre afin de mesurer le niveau de décibels des avions décollant de Bruxelles-National.

    Selon ce que rapporte un média local, le tribunal de première instance de Bruxelles a rejeté la demande de la municipalité le 20 juillet. Le tribunal a précisé que  les instances régionales ne disposent pas de données suffisantes pour démontrer l’existence des nuisances sonores provoquées par les avions qui empruntent cette route aérienne.

    Source et photo : 

    http://www.lecourrierdusud.ca/actualites/2017/8/11/la-ville-belge-de-saint-lambert-egalement-aux-prises-avec-des-pr.html


     La ville belge de Saint-Lambert également aux prises avec des problèmes de bruitSaint-Lambert

    Ville au Canada
    Saint-Lambert est une ville du Québec située sur la rive-sud de l'île de Montréal. En 2016, sa population était de 21 861 habitants. Sa devise, « Maximus in minimis », signifie « se montrer grand jusque dans les détails infimes ».
     
     
     
    Population : 21 555 (2011)
    Maire Mandat : Alain Dépatie; 2013-2017
    Statut municipal : Ville
     
     

    Bruit des avions : des Montréalais intentent un recours en justice

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/804384/bruit-avions-montreal-aeroport-trudeau-recours


    Liens utiles :
     
     

    votre commentaire
  • Wolu1200 : Survol de notre commune... demande de placement rapide d’un sonomètre

    A l’initiative du bourgmestre Olivier Maingain et de Gregory Matgen, échevin de l’Environnement, le Collège a adressé un courrier à la ministre régionale de l’Environnement pour insister sur la nécessité de placer, dans les plus brefs délais, un sonomètre mobile supplémentaire sur la route du  virage à gauche. 

    Éviter l’intensification du survol par la route du virage à gauche

    Les autorités communales de Woluwe-Saint-Lambert s’inquiètent d’ailleurs de recevoir un nombre croissant de plaintes de la part des habitants en cette période de vacances. Il semble que la fréquence de survol s’est intensifiée au NORD-EST de la commune (50% à 60% des décollages par la route du virage à gauche, un décollage observé toutes les 2 à 3 minutes). Selon certains comités de quartiers, les compagnies optimisent à présent la trajectoire de leurs avions à égale distance entre les sonomètres de l’avenue de Roodebeek (SCH_Rood) et de l’avenue de l’Idéal (WSL_Idea) pour limiter les conséquences de l’application de la tolérance zéro. Cette nouvelle trajectoire de survol provoque un renforcement des nuisances sonores sur les communes de Woluwe-Saint-Lambert, Woluwe-Saint-Pierre et Schaerbeek.

    Le Collège demande le placement rapide d’un sonomètre supplémentaire

    Le Collège de Woluwe-Saint-Lambert réitère donc ses demandes du 25/08/2014, du 30/04/2015, du 22/09/2015 et du 22/01/2016 par lesquelles il demandait déjà à la Région le placement d’un sonomètre mobile supplémentaire sur le territoire de Woluwe-Saint-Lambert. Un sonomètre mobile doit, par définition, pouvoir être déplacé sur le territoire de la Région bruxelloise en fonction de l’évolution des différentes trajectoires d’avions. Actuellement, il semble urgent de placer ce sonomètre au niveau de l’avenue de la Croix du Sud à Woluwe-Saint-Lambert pour optimiser la perception des infractions à l’arrêté du 27/05/1999. Cet ajout inciterait les compagnies aériennes à adapter la trajectoire de leurs avions pour contourner la région bruxelloise et éviter ainsi les constats d’infractions.

    Le Collège de Woluwe-Saint-Lambert se met à la disposition des services régionaux pour définir le choix de l’emplacement de ce sonomètre, et ceci dans les plus brefs délais. Et espère que la ministre régionale de l’Environnement continuera à prendre toutes les mesures nécessaires afin de préserver la sécurité, la qualité de vie et la santé de tous les Bruxellois, y compris celles des habitants de l’est de Bruxelles.

    Source : Services de Gregory MATGEN
    Échevin de l’Environnement et du développement durable

    Lien utile : 

    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_survol-de-bruxelles-woluwe-saint-lambert-demande-le-placement-rapide-d-un-sonometre-mobile?id=9679767

    ".... Dans le potager communautaire de Woluwe-Saint-Lambert, au croisement de la rue de la Charrette et de la chaussée de Roodebeek, un sujet anime toutes les lèvres: le survol de la commune. Ce ne sont pas moins de 45.000 avions qui passent par là chaque année et pour les habitants, s'en est trop. "Ca fait des années que je ne dors plus au-delà de 6h du matin. Ca commence à 6h01 ou 6h02 et parfois, il y en a un à la suite de l'autre. Un moment d’accalmie, puis ça recommence de nouveau", explique Thérèse, habitante de la commune. Et elle n'est pas la seule à témoigner dans ce sens, précise Grégory Matgen, échevin communal de l'environnement: "Sur les réseaux sociaux, on lit des témoignages de riverains qui se plaignent du bruit et du fait qu'ils sont tous les jours réveillés à 6h. Il peut parfois y avoir des centaines de commentaires qui vont tous dans ce sens"....... "  Suite à lire sur le lien


    votre commentaire
  • Le lundi 7 août 2017 vers 11h10, Nicole Quintard, une femme âgée de 78 ans, a quitté à pied la résidence "l'Eden", située à Tomberg, à Woluwe-Saint-Lambert. Depuis, elle ne s'est plus manifestée. Madame Quintard mesure approximativement 1m50 et est de corpulence mince. Elle a les cheveux blancs et porte des lunettes. Au moment de sa disparition elle portait un T-shirt bleu, un pantalon brun et des baskets noirs avec un logo vert fluo.

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, la police vous invite à prendre contact avec elle via le numéro gratuit 0800 30 300. Vous pouvez également réagir via email: avisderecherche@police.belgium.eu.

    Cette dame a disparu à Woluwe-Saint-Lambert: l'avez-vous vue?

     

    Nicole Quintard, 78 ans, a été retrouvée. 

    La septuagénaire atteinte d’Alzheimer avait quitté sa résidence de Woluwe-Saint-Lambert à pied et sans prévenir lundi dernier. Elle a finalement été retrouvée 24h plus tard saine et sauve. La vieille dame voulait apparemment aller se balader dans son ancien quartier et revoir son ancienne maison.

    Sa fille a remercié les internautes pour leur soutien et leur mobilisation via un message Facebook : « Maman regrette juste que les nouvelles constructions soient si moches alors que les gens et les chats sont si gentils ». Grâce aux messages partagés sur les réseaux sociaux, une famille a repéré Nicole et a prévenu la police, ce qui a permis de la retrouver.


    votre commentaire
  • CatRescue.... un refuge gourmand pour chats oubliés

    Mon petit doigt me dit que cette dame partage un moment jubilatoire avec l'un des petits protégés du refuge 

    https://www.facebook.com/CatRescueASBL/

    Il va de soi que ce chat n'a pas croqué le chocolat... dont tout le monde sait qu'il est toxique pour les chats et les chiens.

    Cette craquante photo pouvant prêter à confusion, il me semblait utile de le signaler. 


     Liens utiles : 

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/wolu1200-woluwe-saint-lambert-vient-en-aide-a-l-asbl-catrescue-et-lui--a127826770

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/catrescue-vient-d-ouvrir-son-nouveau-refuge-rue-voot-et-le-bouche-a-or-a129539346


    1 commentaire
  •  2016

       RAPPEL UTILE 

    Décollages de Brussels Airport

    40.717 survols des deux Woluwe en 2016 et près de 50.000 au dessus de Stockel. Qui dit mieux ?

     

     Atterrissages à Brussels Airport 

    40.717 survols des deux Woluwe en 2016 et près de 50.000 au dessus de Stockel. Qui dit mieux ?

     

    Source Facebook : Bruxelles Aéroport Médiation

    https://www.facebook.com/search/top/?q=bruxelles%20a%C3%A9roport%20m%C3%A9diation


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Pourquoi préférer le cinéma Stockel à Kinépolis Brupark ?Ce vendredi 28 juillet, dans la salle 19 de Kinepolis, les émotions fortes n'étaient pas provoquées par les images du film "Baby driver" mais par les petites bêtes qui se faufilaient entre les fauteuils. Sophie était aux premières loges: "Les filles ont senti passer la souris sur leurs pieds. Directement, elles ont allumé leur téléphone et ont aperçu une souris. Ça a crié dans tous les sens et les téléphones se sont tous allumés pour 'suivre' la souris."

    Il y aurait donc des souris au cinéma. Des rongeurs attirés par la présence de déchets alimentaires vendus dans l'enceinte du cinéma. "Entre les popcorns et les nachos, je peux comprendre qu’elles viennent ici pour se nourrir."

    La direction de Kinepolis reconnait le problème. Les souris seraient apparues en force après la fermeture du village de Brupark. "Dans le village, les bâtiments sont vides. Les rongeurs sont donc à la recherche de nourriture, répond Els Bellon, responsable de Kinepolis Bruxelles. Raison pour laquelle, ils nous fréquentent aussi."

    Mais Kinepolis pointe aussi le comportement de certains spectateurs. "On doit absolument continuer à sensibiliser les gens à la propreté des lieux, de les convaincre de ramasser leurs déchets et de les mettre à la poubelle."

    La direction de Kinepolis promet d'être encore plus vigilante sur la propreté des salles. Mais elle n'entend pas pour autant arrêter la vente de popcorns.

    Mais, ce n'est pas tout !

    Reportage Bx1 ( Yolaine de Kerchove et Béatrice Broutout.)

    Sophie a été victime de piqûres de puces. Selon cette Bruxelloise, ces puces l’ont surprise… dans une salle du cinéma Kinepolis, au Heysel. La responsable du Kinepolis affirme que les salles sont aujourd’hui nettoyées quatre fois par jour pour faire face à ces rongeurs et autres insectes.

    Selon Kinépolis, c'es l'hygiène des spectateurs qui... serait, en partie, responsable de cette problématique mais, en même temps, Kinépolis reconnait aussi que ce problème de souris à la recherche de nourriture a été exacerbé par la fermeture des restaurants de Brupark et que, donc, les souris et assimilées, se sont rabattues sur la célèbre salle de cinéma de Bruxelles.

    Reportage vidéo Bx1

    http://bx1.be/news/des-puces-et-une-souris-au-kinepolis-de-bruxelles-jai-senti-des-demangeaisons/

     

    Wolu1200 : Pourquoi préférer le cinéma Stockel à Kinépolis Brupark ?

    Vous, je sais pas, mais je trouve cette excuse exprimée par la responsable de Kinépolis plutôt légère et, surtout, peu respectueuse à l'égard de la clientèle car, sauf erreur de ma part, les popcorn et autres friandises sont présentes dans ce complexe cinématographique depuis la création de Kinépolis Brupark et ce phénomène de souris spectatrices et voraces semble plutôt récent.

    Et puis surtout, ne gâchons pas notre plaisir ! Au cinéma Stockel, on retrouve ce qui manque tellement chez Kinépolis à savoir, la conviviabilité et la propreté des lieux ainsi que des prix moins inaccessibles que ceux pratiqués dans ces méga-salles de cinéma où la dimension humaine est réduite à son stricte minimum. En tout cas, c'est ce que je crois.


    2 commentaires
  • Wolu1200 : Des chutes de briques chaussée de Roodebeek

    Quatre immeubles de la chaussée de Roodebeek vont subir une expertise concernant leur dangerosité ce jeudi.

    Cette décision fait suite aux éboulements survenus la semaine dernière. Des briques s’étaient désolidarisées des bâtiments à hauteur des numéros 107, 109, 111 et 113 pour aller s’effondrer sur les véhicules stationnés juste en dessous. "On veut connaître la capacité des structures en matière de stabilité après ces chutes de briques. C’est pour cela qu’on va visiter les lieux avec un ingénieur dans ce domaine accompagné de la police", raconte l’échevin des Travaux publics de Woluwe-Saint-Lambert, Philippe Jaquemyns.

    L’origine du problème pourrait être la prolifération de la végétation au sein même des immeubles. Les pompiers sont d’ailleurs intervenus pour sécuriser l’espace. Ils ont procédé à la coupe des plantations sur le coin d’un des bâtiments. "On ne sait pas encore si c’est la cause exacte de l’accident, mais il semblerait que des arbres poussent à l’intérieur. Les racines ont sans doute poussé", détaille Philippe Jaquemyns.

    Un périmètre de sécurité avait été installé pour éviter d’autres risques après que la police s’est rendue sur place afin de constater les dégâts. Des barrières Nadar sont aujourd’hui présentes devant les immeubles. Les piétons sont invités à ne pas marcher sur le trottoir des bâtiments abîmés et des places de stationnement ont été partiellement supprimées. "Le dispositif restera d’actualité tant que le rapport de l’expert ne sera pas rendu et analysé", explique Philippe Jaquemyns.

    Les quatre immeubles appartiennent à la même société. Elle a d’ailleurs été mise au courant de ces problèmes par les services communaux. Tout le monde attend maintenant les conclusions du rapport afin de prendre de nouvelles mesures pour éviter à nouveau un incident.

    Source et photo : DE WULF RICHARD 

    http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/woluwe-saint-lambert-des-chutes-de-briques-chaussee-de-roodebeek-5980b017cd70d65d251f0c91

     


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Une "quantité colossale" d’objets dérobés dans des hôtels a été retrouvée chez le voleurSelon le parquet de Bruxelles, c’est une "quantité colossale" d’objets volés qui ont été retrouvés chez un sexagénaire tout à fait inséré dans la société, jeudi. Uniquement des biens dérobés dans des hôtels de luxe bruxellois, pendant un laps de temps encore inconnu, alors que l’enquête ne fait que commencer.

    Tout débute jeudi par la visite de monsieur P. G. à l’hôtel Stanhope, un cinq étoiles situé rue du Commerce, à Bruxelles. L’homme furète dans le hall et les couloirs et s’empare de quelques objets, mais aussi de fruits. Il est repéré par un manager de l’hôtel qui lui court après. Mais le voleur parvient à s’échapper par l’issue de secours, grimpe dans sa voiture et décampe aussi vite qu’il le peut. Mais, malheureusement pour lui, l’employé de l’hôtel a eu la présence d’esprit de noter le numéro de plaque du véhicule. Il appelle la police. La zone Bruxelles-capitale Ixelles récupère facilement l’adresse du suspect à Woluwe-Saint-Lambert et réalise une perquisition en flagrant délit.

    Et là, c’est la surprise chez les enquêteurs. Voire la stupéfaction. Ils parlent d’une "véritable caverne d’Ali Baba". Le logement du suspect est rempli jusqu’à ras bord d’objets présumés volés et issus d’hôtels de luxe. "Du nécessaire de literie, des peignoirs, de la mousse à raser, des chaussons, des vêtements de serveurs pour homme et femme, des capsules à expresso, du savon…", précise le porte-parole du parquet de Bruxelles, Gilles Dejemeppe, déroulant un inventaire à la Prévert.

    Selon les premiers éléments de l’enquête, le kleptomane présumé vit seul et n’a pas d’enfants et dispose d’un emploi. Il serait passé aux aveux partiels. Les objets volés n’étaient vraisemblablement pas destinés au recel ou à la vente, juste à égayer son intérieur. Son hobby était de faire le tour des hôtels de luxe bruxellois et de traîner dans les couloirs, espérant vider un mini-bar, se glisser dans une chambre ou se servir dans les chariots des femmes de ménage, en attente de récupérer un trophée. Aucune effraction n’a, a priori, été commise.

    Déféré hier matin devant le parquet de Bruxelles, P. G. a ensuite été présenté à un juge qui l’a libéré avec une convocation en justice. Un avis médical sera nécessaire pour savoir si l’homme dispose bien de toutes ses facultés. L’enquête se poursuit pour déterminer avec précision ce qui a été volé. Contactée, la direction de l’hôtel Stanhope, victime de plusieurs vols, n’a pas souhaité s’exprimer.

    Source : http://www.dhnet.be/actu/faits/woluwe-saint-lambert-une-caverne-d-ali-baba-chez-le-voleur-des-5-etoiles-597b6aedcd706e263f1079bd

     


    votre commentaire
  • Survol aérien: l’arrêté Gosuin reste la meilleure protection des Bruxellois

    Wolu1200 : Survol aérien et... réaction de notre commune Le bourgmestre, Olivier Maingain, et l’échevin de l’Environnement, Gregory Matgen se réjouissent de voir la validité de l’arrêté Gosuin, confortée une fois de plus par la justice.

    L’arrêté Gosuin qui fixe les normes de bruit relatives au survol aérien en Région bruxelloise constitue l’arme juridique la plus efficace à l’heure actuelle pour défendre les intérêts des habitants survolés.

    La décision rendue ce 19 juillet par le tribunal de première instance de Bruxelles mérite d’être saluée car elle reconnaît que « la protection de l’environnement, et dès lors la santé des personnes habitant sous les routes aériennes, impose de prendre en considération les nuisances telles que ressenties par les habitants durant la nuit, pendant 8 heures, sachant que la nuit constitue une période de vulnérabilité en termes d’impact des nuisances sonores sur la santé ».

    Elle exige également que l’État belge réalise une étude d’incidences concernant notamment le choix et l’usage des routes aériennes au regard des nuisances occasionnées par l’exploitation de l’aéroport de Bruxelles-National conformément à ce que prévoit le droit européen (tel que transposé en droit belge par la loi du 13 février 2006) en matière de protection de l’environnement (directive 2001/42).

    Ceci répond en partie aux aspirations exprimées dans une charte fédératrice par l’ensemble des comités de quartier de Woluwe-Saint-Lambert. Pour rappel, Woluwe-Saint-Lambert a été la première commune à lancer une vaste campagne de mobilisation citoyenne visant à demander entre autres l’interdiction des vols de nuit.

    Ce jugement ne doit toutefois pas occulter la nécessité d’adopter un plan durable qui mettra fin au survol abusif des zones densément peuplées, et qui réduira de manière significative les nuisances sonores et polluantes afin de garantir aux Bruxellois la sécurité et le droit à un environnement sain.

    La commune de Woluwe-Saint-Lambert dénonce, en effet, l’inertie du gouvernement fédéral et demande au Ministre MR de la Mobilité, de prendre enfin ses responsabilités dans ce dossier qui empoisonne la vie des habitants depuis de trop longues années, en particulier ceux vivant sous le virage gauche, et qui sont actuellement soumis à plus de 50% des décollages.

    La commune de Woluwe-Saint-Lambert a également demandé à la Ministre régionale de l’environnement de revoir le dispositif de sonomètres mobiles couvrant le virage gauche afin d’optimiser le relevé des dépassements des normes de bruit, tenant compte notamment des nouvelles pratiques des compagnies aériennes suite à la suppression par la Région de la tolérance en matière de poursuite des infractions.

    Info

    Cabinet de Gregory MATGEN
    Échevin de l’Environnement et du Développement durable
    02.761.27.92
    g.matgen@woluwe1200.be

    http://fr.woluwe1200.be/2017/07/24/survol-aerien-larrete-gosuin-reste-la-meilleure-protection-des-bruxellois.html


    1 commentaire
  • Boutiques fermées dont, prochainement, le magasin Habitat qui va fermer ses portes définitivement en mettant son personnel au chômage. D'autres espaces sont ou vont être en travaux avec ou sans date de réouverture (H&M - WE - Zara Home - Maniet - Esprit), et tout cela au même moment et... en pleine période de solde !

    Concours de circonstance ou agenda caché, mais alors de qui !?!

     

    Wolu1200 : Mais que se passe-t-il au "Shopping Center" de Woluwe ?Wolu1200 : Mais que se passe-t-il au "Shopping Center" de Woluwe ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

    Wolu1200 : Mais que se passe-t-il au "Shopping Center" de Woluwe ?

     

     Wolu1200 : Mais que se passe-t-il au "Shopping Center" de Woluwe ?Wolu1200 : Mais que se passe-t-il au "Shopping Center" de Woluwe ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Wolu1200 : Mais que se passe-t-il au "Shopping Center" de Woluwe ?

     

     

    Wolu1200 : Mais que se passe-t-il au "Shopping Center" de Woluwe ?

      

    Wolu1200 : Mais que se passe-t-il au "Shopping Center" de Woluwe ?

    Wolu1200 : Mais que se passe-t-il au "Shopping Center" de Woluwe ?


    5 commentaires
  • Wolu1200 : Bientôt une station Villo devant la station de métro Tomberg

    Des travaux débuteront en août sur la place Tomberg à Woluwe-Saint-Lambert. Objectif, améliorer la sécurité des piétons devant l’entrée du métro Tomberg et installer une station Villo!.

    La commune a demandé à la Région de procéder au rétrécissement de l’évasement du carrefour situé à l’angle de l’avenue Paul Hymans et du parking en épis situé en contrebas de l’hôtel communal.

    Les travaux devraient débuter début en août. Tout sera mis en œuvre pour qu’ils soient terminés pour la rentrée de septembre. 

    Wolu1200 : Bientôt une station Villo devant la station de métro Tomberg

    Source : http://bx1.be/news/woluwe-saint-lambert-bientot-une-station-villo-devant-la-station-de-metro-tomberg/

     


    votre commentaire
  • Ces pages Facebook qui font revivre les quartiers de Bruxelles... et de WoluweSi les réseaux sociaux peuvent parfois avoir des aspects négatifs, on peut néanmoins assister à de belles initiatives. Des groupes Facebook mettent en connexion des dizaines de milliers de Bruxellois.

    Alors que les groupes destinés aux locations d’appartements, aux ventes entre particuliers ou encore aux vide-dressing se multiplient aujourd’hui sur Facebook, d’autres, davantage basés sur la solidarité entre voisins et la proximité de quartier, fleurissent de plus en plus sur le réseau social. C’est le cas pour les groupes liés aux communes et quartiers bruxellois, créés par les habitants eux-mêmes. Petit tour d’horizon.

    Parmi les groupes Facebook en vogue sur Bruxelles, « La Schaerbeekoise », qui compte presque 10.000 membres. « Ceci est un groupe convivial sur Schaerbeek, on y partage des infos schaerbeekoises, des bons plans, des questions citoyennes, des bonnes adresses etc. », explique son administratrice, Aurélie De Coster-Bernard. Pas question toutefois d’y poster des publications liées aux ventes et à l’immobilier. Le groupe vise avant tout à renseigner et à partager avec les autres internautes des informations sur les restaurants, les animations, les stages ou encore les commerces présents dans la commune, ainsi qu’à développer le dialogue citoyen et l’entraide entre voisins.

    « Pas de remarques sur l’orthographe »

    L’administratrice insiste également sur le caractère respectueux de la page : « Je ne permets pas les remarques sur l’orthographe des gens, certains ne sont pas francophones à la base, certains ont des difficultés, n’oubliez pas que la grammaire française est la plus complexe, nous ne sommes pas ici pour juger les gens, nous sommes là dans un esprit d’empathie et de bienveillance », souligne-t-elle dans la description. Notez qu’un site web est également accessible (laschaerbeekoise.blogspot.be). Vous y trouverez des informations relatives à la culture, à la santé, aux activités pour enfants et à la vie associative entre autres, le tout dans la commune de Schaerbeek.

    Autre groupe, même principe basé sur la convivialité et l’entraide : le « Quartier Durable Wiels » et ses 2.000 membres. Ce quartier de la commune de Forest, situé à proximité des parcs de Forest et de Duden, « dispose de peu d’espaces de rencontre et n’est inclus dans aucun contrat de quartier. Les initiatives de ses habitants sont donc importantes », soulignent les membres du collectif. L’objectif principal de Quartier Durable Wiels, lancé par ses habitants, est « d’inciter les personnes à se déplacer à pied localement et créer des liens entre les quartiers », explique Geneviève Kinet, membre de Quartier Durable Wiels et administratrice du groupe Facebook. « Pour qu’on ait envie de marcher, il faut qu’il y ait quelque chose de mis en place : un environnement agréable et propre. La convivialité est un élément important », poursuit-elle.

    Le collectif entend améliorer les conditions de vie des habitants du quartier et notamment développer les commerces de proximité, agir sur l’environnement avoisinant ou encore valoriser le patrimoine. Pour ce faire, de nombreuses activités participatives sont organisées dans le quartier. Les membres du groupe Facebook ont la possibilité de poster photos, commentaires ou remarques sur le quartier forestois. « Ce groupe est très actif. C’est une méthode pour informer, mettre de la bonne humeur, se poser des questions, essayer de trouver des solutions. Il y a une véritable entraide sur Facebook, de la solidarité. Mais ça n’atteint que les gens inscrits sur le réseau social, il faut également faire un travail dans la rue, avec les voisins », conclut Geneviève Kinet, qui multiplie, avec l’aide de ses voisins, les initiatives pour améliorer la qualité de vie de son quartier.

    « Par les habitants, avec les habitants »

    Toujours à Forest, le « Quartier Meunier » et ses 480 membres sur Facebook. Ce collectif, créé en 2012 par des habitants du quartier, fonctionne également sur la participation active des citoyens désireux d’améliorer la vie quotidienne dans leurs rues. L’accent est mis plus particulièrement sur la défense du patrimoine et le développement durable. Le principe est simple : des initiatives prises « par les habitants, avec les habitants, pour les habitants ».

    À quelques encablures de là, Ixelles a également ses contributeurs de bons plans et d’actualités sur la commune. Le groupe « Ixelles, où il fait bon vivre », 1.300 membres, regroupe partages d’événements, nouvelles ixelloises et photos d’hier et d’aujourd’hui. « Ixelles, par ses habitants pour ses habitants » vogue sur le même principe, avec pour le moment moitié moins de membres Facebook que son homologue.

    Il fait aussi bon vivre à Watermael-Boitsfort. Avec 3.000 internautes affiliés au groupe, l’entraide ne manque pas quand il s’agit de conseiller un médecin ou de retrouver un vélo volé dans les rues de la commune. Le groupe « Le coin du balai » se concentre, quant à lui, sur l’association de ce quartier situé à Boitsfort, aux abords de la forêt de Soignes. Là aussi, on partage des informations, des bons plans, des événements et des initiatives prises par les habitants de ce petit quartier.

    « C’est un quartier de plus de 800 maisons, souvent petites, avec des habitants qui voudraient réenchanter, résister, recycler, rénover, rebondir, réconcilier, les rapports humains avec ceux de la nature », précise le site web du comité de quartier, qui mise sur le développement durable.

    Direction Woluwe-Saint-Pierre et son groupe du même nom. « Woluwe-Saint-Pierre, une commune où il fait bon vivre… Des dizaines d’activités quotidiennes, des commerces chaleureux, de la verdure aux quatre coins de rue, la paix d’un village cosmopolite en essor permanent… »  : voici comment Frédéric Liégeois, administrateur et très actif sur le groupe, décrit sa commune. La page ne diffère pas de celles précédemment citées : les 400 membres sont actifs dans la publication de bons plans, de partages d’événements et dans l’entraide.

    « De mémoire d’homme »

    Toujours sur le même principe, on retrouve « Woluwe-Saint-Lambert… par ses habitants… pour ses habitants ! » : voilà qui est clair. 1.600 personnes ont rejoint ce groupe basé sur « la vie à Woluwe-St- Lambert de mémoire d’homme à nos jours… mais sans en faire un terrain de débat politique ! », expliquent les administrateurs.

    « 1120 Neder-over-Heembeek » compte, lui, près de 3.000 membres et est un « espace ouvert aux habitants de Neder-over-Heembeek, ainsi qu’à toute personne ayant une activité de proche ou de loin dans ladite commune ».

    « Evere 4 ever » a, quant à lui, été créé pour partager les bons plans de la commune d’Evere. « Saint-Josse News » regroupe, comme son nom l’indique, les nouvelles liées à la commune. Enfin, « J’aime Uccle, fier d’être Ucclois », qui compte un peu moins de 800 membres actifs sur Facebook, relaye des informations locales liées à la commune, des souvenirs, des bons plans. « Le lecteur devient acteur de sa commune par ses propositions, ses idées, ses critiques », comme l’explique l’administratrice du groupe.

    L’entraide et la solidarité sont donc les maîtres mots de ces groupes, tenus pour la plupart par des habitants du quartier et qui souhaitent y améliorer la vie citoyenne. Un bel exemple de ce que les réseaux sociaux peuvent apporter de mieux.

    Des pages animées par des politiques

    D’autres communes sont également mises à l’honneur sur Facebook et ce, par des personnalités politiques cette fois. « Auderghem, ma commune ! » regroupe 1.300 membres et a été créé par Christophe Magdalijns, bourgmestre f.f. de la commune. C’est encore l’entraide qui est de mise avec demandes de boulots, annonces d’animaux perdus, événements partagés et actualités sur la commune. « Nous aimons la commune de Jette » surfe sur la même vague. Le groupe de plus de 5.000 membres est géré entre autres par Geoffrey Lepers, échevin à la commune. Il en est de même pour le groupe « I Love Saint-Gilles », qui compte le même nombre de membres et dont l’administrateur n’est autre que Willem Stevens, échevin à la commune. Le caractère de ces groupes ne semble toutefois pas se détourner du but premier : le partage d’informations et l’action participative des citoyens.

    Source : MÉLODIE VOUÉ 

    http://www.lesoir.be/104998/article/2017-07-17/ces-pages-facebook-qui-font-revivre-les-quartiers-de-bruxelles


    votre commentaire
  • Wolu1200 : La brasserie à Woluwe-Saint-Lambert autrefois

    Le personnel de la brasserie « Het Lindeke », 1930, coll. Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert

     

    On sait peu de choses sur la fabrication de la bière à Woluwe-Saint-Lambert avant le milieu du XVIIe siècle. La brasserie Het Lindeke (le « Petit Tilleul ») est déjà mentionnée en 1661 : une partie des bâtiments fortement transformés et agrandis au XIXe siècle subsistent encore de nos jours. Leur situation à cheval sur la Woluwe, vis-à-vis du moulin de Lindekemale et à deux pas du Slot, incite à penser qu’elle fut, en son temps, la brasserie banale de Woluwe-Saint-Lambert et que son existence est bien antérieure.

    En 1686, on mentionne deux brasseries dans la commune de Woluwe-Saint-Lambert : l’une d’entre elles devait certainement être Het Lindeke, l’autre n’est pas identifiée. Au XVIIIe siècle, en 1767, Het Lindeke abritait également un débit de boisson.

    En 1808, elle apparaît comme l’une des trois brasseries présentes sur le territoire de Woluwe. La famille Clerebaut en assurait la gestion dès le dernier quart du XVIIIe siècle. Josse Jacquemyns, conseiller communal à partir de 1819, lui succéda comme propriétaire et exploitant.

    Depuis les années 1850, elle était aux mains de la famille De Becker dont les descendants en restèrent propriétaires jusque dans les années 1990. Les agrandissements opérés en 1868 par Jean-François De Becker (bourgmestre de 1891 à 1903) entraînèrent le voûtement de la Woluwe à cet endroit. La firme De Becker était de loin la plus importante de Woluwe-Saint-Lambert. On y brassait jusqu’à trois fois par semaine. L’eau était puisée à l’origine dans le Leybeek, chenal de dérivation aujourd’hui disparu qui se jetait dans la Woluwe à hauteur du pont enjambant la rivière, entre la brasserie et le moulin de Lindekemale. Par la suite, d’impérieuses raisons d’ordre sanitaire contraignirent les exploitants à utiliser l’eau d’un puits situé à l’intérieur même de la brasserie.

    Wolu1200 : La brasserie à Woluwe-Saint-Lambert autrefois

    Vue générale de la brasserie « Het Lindeke », coll. Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert. Vue prise vers 1900 depuis la rue des Floralies, alors dénommée rue du Moulin (site actuel du boulevard de la Woluwe). Au centre, la brasserie avec à l’avant-plan la grange disparue 

     

    Les bières traditionnelles de la région bruxelloise y étaient brassées : gueuze, lambic, faro, mars et bière brune. Avant la guerre de 1914-1918, le personnel comptait une dizaine d’ouvriers.

    Son dernier exploitant, Edmond De Becker, cessa toute activité en 1934. Comme l’immense majorité de ses semblables, cette petite entreprise familiale fut confrontée à la rude concurrence des grandes brasseries dominant le marché bruxellois dans l’entre-deux-guerres (Brasseries Léopold, de la Chasse, Lannoy à Ixelles, de Koekelberg, Vandenheuvel, Wielemans-Ceuppens, Caulier, etc.). Les locaux de l’ancienne brasserie furent alors convertis en dépôt de bière jusqu’en 1943.

    En 1808 un certain Corneille Denies gérait une autre brasserie située à la chaussée de Stockel, sur la rive droite de la Woluwe. Elle ne paraît pas avoir eu une longue existence car elle disparut dès avant 1836.

    Un troisième établissement, situé à l’angle des rues Saint-Lambert et des Floralies, la brasserie du Windmolen (le « moulin à vent ») est signalée au moins dès le dernier quart du XVIIIe siècle. Propriété de la famille Debusscher, elle associait, à l’instar de Het Lindeke, production de bière et débit de boisson. Cette petite brasserie, spécialisée dans la fabrication de gueuze, fut reprise par Pierre Timmermans, distillateur de genièvre à la rue Kelle, receveur communal et échevin, qui la transféra avant 1850 rue Voot, en bordure de la Woluwe – emplacement occupé aujourd’hui par le boulevard de la Woluwe.

    La petite brasserie de Joseph Abeloos, qui produisait également de la gueuze lambic ainsi que de la kriek, s’installa en 1912 chaussée de Roodebeek, à hauteur du carrefour de la rue Théodore Decuyper – c’est l’actuelle blanchisserie Sainte-Catherine. Sa disparition en 1944 marqua la fin d’une activité artisanale multiséculaire, caractéristique d’un monde rural ou semi-rural, tel que l’était encore Woluwe-Saint-Lambert, pour une large part, à cette époque.

    Source :  Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert / archiviris.org

    https://archiviris.org/2017/06/18/la-brasserie-a-woluwe-saint-lambert-autrefois-het-brouwersverleden-van-sint-lambrechts-woluwe/


    1 commentaire
  • Wolu1200 : Sacha, atteint d'une maladie rare, pourra se faire soigner aux USA:La bonne nouvelle est tombée ce vendredi: Sacha pourra se faire soigner aux États-Unis. Atteint d'une maladie pulmonaire rare, il n'a pas d'autre choix que d'être traité de l'autre côté de l'Atlantique... pour un coût de 430.000€. Des donateurs, des dessinateurs de BD, et l'INAMI vont finalement permettre au garçon de subir son opération d'ici quelques semaines.

    Sacha est un petit garçon bruxellois de 9 ans. Atteint d'une maladie orpheline rare, il éprouve de sérieuses difficultés à respirer, et son état s'est brusquement dégradé il y a peu. "Depuis 3 semaines, il se trouve sous oxygène en continu", nous avait expliqué sa maman il y a quelques jours, "le traitement ne suffit plus".

    Pour améliorer sa condition respiratoire et traiter sa maladie pulmonaire, Sacha a besoin de subir une opération à l’hôpital des enfants de Philadelphie, de l'autre côté de l'Atlantique. Le coût: 430.000 euros. Afin d'aider la famille, des dessinateurs de BD se sont mobilisés sur l'initiative de Pierre Alary et ont vendu des planches originales de bandes dessinées à des collectionneurs.

    Aujourd'hui, nous pouvons finalement vous annoncer la bonne nouvelle: Sacha ira bien se faire soigner aux États-Unis. 180.000 euros ont été récoltés. L'INAMI, via le fonds de solidarité, a décidé de financer la part restante du montant total. C'est également l'INAMI qui prendra en charge l'avion médicalisé.

    Pour l'entourage de Sacha, c'est donc le soulagement. L'opération chirurgicale est prévue le 24 juillet. Ne reste plus qu'à se préparer pour ce grand voyage, et souhaiter à Sacha le meilleur!


    "C'est là que je vais guérir"

    "Au milieu de la ville, il y a un hôpital, à Philadelphie. C'est là que je vais guérir", confie le petit Sacha. Dans la chambre de Sacha, il y a déjà la valise. L'enfant de 10 ans a appris la nouvelle avec beaucoup de joie et d'espoir. Celui d'une vie meilleure. "Je suis triste car Noah (son frère) peut avoir des glaces et moi je ne peux qu'avoir du sorbet et dans les parcs d'attraction, comme je suis petit, je ne peux pas faire les attractions que Noah peut faire."

    Sacha souffre donc depuis sa naissance d'une maladie rare qui touche ses poumons. Sa croissance s'est arrêtée. Depuis un mois, son état se dégrade. Les médecins de Saint-Luc ne peuvent plus rien faire. La solution se trouve aux Etats-Unis, à l'hôpital de Philadelphie où il pourra être soigné grâce à un élan de solidarité.

    "J'ai reçu de l'aide de France, de Suisse, du Luxembourg et du Canada. C'est incroyable", explique Nathalie Louineau, la maman de Sacha. 180.000 euros sont récoltés en deux semaines. Le don spécial de solidarité de l'INAMI prendra le reste en charge pour atteindre les 430.000 euros nécessaires.

    Sacha devrait partir avec sa mère, son frère et un médecin de Saint-Luc vers le 20 juillet pour les Etats-Unis. Si tout va bien, il sera de retour pour la rentrée de septembre. "Plus tard, je veux grandir et essayer de manger plus de choses", conclut Sacha.

    Source : RTL http://www.rtl.be/info/vous/temoignages/sacha-933863.aspx

    LIEN UTILE : 

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/wolu1200-sacha-eleve-au-sacre-coeur-de-linthout-a-besoin-de-votre-gene-a130555950


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires