• Saga des ponts de Woluwe : Qui dit vrai ? Qui dit faux + vidéo ?

    Les édifices surplombant la rivière ont été détruits ou démontés. « Un accord a été conclu en vue de reconstruire de nouvelles passerelles », affirme la commune. « Nous avons été trompés », répondent certains ces riverains.

     

                               Saga des ponts de Woluwe : Qui dit vrai ? Qui dit faux ?

    Voit-on enfin le bout du tunnel dans la saga qui mobilise les riverains de la Woluwe, entre l’avenue Emile Vandervelde et la rue Chapelle-aux-Champs ? On peut sans doute le voir comme cela. Pour rappel, leur mobilisation fait suite au projet de Bruxelles Environnement de curer leur rivière et d’en restaurer les berges. Ils ont tout tenté, jusqu’à faire barrage de leurs corps, la semaine dernière, pour empêcher que ces travaux n’entraînent la disparition d’une dizaine de petits ponts de bois datant de la Seconde guerre mondiale. Témoignage d’une époque où, pour répondre aux problèmes de ravitaillement posés par le conflit, la commune avait autorisé les riverains à cultiver des lopins de terre sur la rive gauche de la rivière, et à construire des ponts pour y accéder (Le Soir des 28 décembre, 1er et 6 mars).

    Mercredi soir, après une réunion avec les habitants on annonçait qu’une solution était en vue. « Les autorités communales relayant les souhaits des riverains, ont finalement pu apaiser la situation en obtenant un accord avec les instances régionales, qui permettra la reconstruction de nouvelles passerelles à l’issue du chantier », peut-on lire dans un communiqué du cabinet du bourgmestre de Saint-Lambert, Olivier Maingain. Dans lequel on rappelle que la commune n’a pas force de décision dans ce projet relevant de la compétence régionale. En soulignant que Bruxelles-Environnement s’était initialement engagé à œuvrer en deux temps avec une première phase (en mars) pour nettoyer le cours d’eau et préparer le site et une seconde (à l’automne), pour l’élargissement du lit de la rivière qui nécessitait alors le démontage des passerelles.

    « Ce délai aurait laissé le temps aux riverains d’introduire des demandes de permis afin de pouvoir éventuellement reconstruire les passerelles à l’issue des travaux. Mais le 24 février, coup de tonnerre : les habitants ont été avertis, par courriel, que le service urbanisme de la Région a refusé que les travaux soient faits en deux phases et que les travaux débuteront donc la première semaine de mars par le démontage des passerelles… Ce qui a suscité la colère des riverains ».

    Ce mercredi, après de nouvelles tractations avec les différents acteurs régionaux (Monuments et sites, Bruxelles-Environnemenrt, Urbanisme régional Bruxellois), le cabinet du bourgmestre a donc annoncé qu’un accord avait été trouvé, « satisfaisant chacune des parties ». Saga des ponts de Woluwe : Qui dit vrai ? Qui dit faux + vidéo ?

    « Tromperie, estime pour sa part Danielle Caron (conseillère communale). Tous les ponts sont aujourd’hui détruits, ça, c’est la réalité. Et si le bourgmestre parle de reconstruire, de combien de passerelles parle-t-on, une, deux ? En transformant au passage des bouts de jardins en servitude ? La plupart des riverains sont perdus, des arbres ont été abattus, les berges abîmées et ce, alors que ce matin encore un ouvrier m’a assuré qu’il aurait été tout à fait possible de curer la rivière sans retirer les passerelles. ».

    Même dépit du côté de Michel Dieudonné, riverain. « Nous nous sentons roulés. Avec de vagues promesses mais plus de ponts. Mardi soir, le bourgmestre a annoncé qu’il enverrait un courrier à tous les habitants, nous ne l’avons toujours pas reçu alors que, dès le lendemain, il disait à Bruxelles-Environnement que tous les habitants étaient d’accord pour la destruction des ponts ». Reste que les passerelles pourront être reconstruites. « Avec une demi-douzaine d’agences qui devront donner leur aval, on en a pour des années ».

    Contacté jeudi, Olivier Maingain dénonce une tentative de récupération politique face à laquelle il se dit très serein. « Lors de la réunion tenue mardi, personne, je dis bien personne parmi les riverains n’a soulevé la moindre protestation ou critique. La commune n’étant pas compétente dans ce chantier, j’aurais pu m’en laver les mains et inviter les gens à plaider leur cause devant Bruxelles-Environnement mais ce n’est pas ce que j’ai fait ». Résultat à la clé, répète le mayeur. « Nous avons obtenu ce qui n’était pas du tout accepté à la base par certains services régionaux ». Quant au nombre de passerelles à reconstruire… « Les dossiers seront analysés au cas par cas mais il y en aura moins, j’ai évoqué la possibilité de créer par exemple des passerelles pour deux jardins. Et je rappelle que nous financerons nous-mêmes le placement de ces passerelles avec des modèles qui seront en outre respectueux des normes de sécurité, ce qui n’était pas le cas ».

     Source : Le Soir - Patrice Leprince

     Saga des ponts de Woluwe : Qui dit vrai ? Qui dit faux + vidéo ?

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Les ponts de la Woluwe: Mise au point d'Olivier Maingain, Bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert

    via YouTube Capture
    YOUTUBE.COM|PAR UC2PQLHFJXPLFRMJJZI4ML9A
     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :