• Tel un certain Ponce-Pilate, la Ministre de la Santé Maggie De Block... s'en lave les mains


    Tel un certain Ponce-Pilate, la Ministre de la Santé Maggie De Block... s'en lave les mainsSuite à une interpellation écrite d'un habitant de notre commune, la Ministre de la Santé Maggie De Block, considère que les problèmes de santé publique générés par la pollution sonore, la pollution chimique (kérozène...)
      mais aussi les probables séquelles pour l'état de santé des populations survolées par les avions... ne sont pas de sa responsabilité mais de celle de la Ministre de la Mobilité Jacqueline Galant ! 

     

    Voici quelques extraits du courrier envoyé par ce citoyen de notre commune et la réponse de la ministre De Block.

    Madame la Ministre,
     
    ................................... Pour ma part, je peux vous dire que la situation à Woluwé-Saint-Lambert est devenue intenable, avec des survols à basse altitude dès 6 heures du matin, jusqu'à 23.00, et ce 7/7 - 365/365.

    ........ Ceci est inhumain, inadmissible et contraire à toute logique en matière de santé et sécurité des citoyens; la Constitution belge, que ce gouvernement a juré d'observer, cite:
     
    - l'article Art. 22bis (seconde modification) "Chaque enfant a droit au respect de son intégrité .., physique, psychique ...." ... or le survol continu à basse altitude a sans aucun doute un impact sur l'intégrité physique et mentale car les enfants vivent exposés à un bruit excessif, à une pollution anormale et à un risque accru (les avions au décollage survolent de très nombreuses écoles); la qualité de vie de jour tout comme le sommeil quotidien et du repos le WE en pâtissent;
     
    - Art. 23 Chacun a le droit de mener une vie conforme à la dignité humaine.
     
    Ces droits comprennent notamment :
    ...
    2° le droit à la sécurité sociale, à la protection de la santé ...
    ...
    4° le droit à la protection d'un environnement sain;
     
    ...... Quant à la pollution acoustique constante et excessive, je vous invite à venir passer 24 heures à Woluwé Saint Lambert ... je pense que ceci pourra vous suffire pour comprendre l'ampleur du problème.
     
    Monsieur Michel, à qui j'ai envoyé un mail similaire, n'a jamais répondu; Madame Galant se tait dans toutes les langues.
     
    La situation est grave et sérieuse et il est de votre devoir - et du devoir de ce gouvernement - d'agir et rapidement. J'espère que vous au moins pourrez démontrer de l'intérêt pour la santé et la sécurité des citoyens.
     
    Ce gouvernement porte toute sa responsabilité politique et personnelle dans ce dossier et ceci serait d'autant plus grave si un accident quelconque venait à se produire lors d'un décollage au-dessus de Bruxelles.
     
    MM Reynders et De Wolf ont récemment envoyé aux habitants, désormais épargnés par le plan Whatelet, un message tonitruant, en parlant de "calme retrouvé" pour cette partie de Bruxelles, en offensant ainsi la partie de Bruxelles qui souffre du "cauchemar retrouvé et amplifié" ......
    L'absence de toute information concernant les éventuelles négociations en cours n'est pas de nature à nous rassurer. Par contre le cauchemar pour nous est tangible et incessant.
    Veuillez agréer, Madame la Ministre, l'expression de mes salutations distinguées.

    Bien à vous
    D. Do....
     

     

    Tel un certain Ponce-Pilate, la Ministre de la Santé Maggie De Block... s'en lave les mains

                                                          Réponse de la ministre de la santé De Bolck :

                                                                                                                       Incroyable mais vrai

                                                           Il y est pourtant question de santé publique

    Chère Madame D...,
     
    Je vous remercie pour votre courriel. En tant que citoyenne et en tant que médecin, je partage vos préoccupations, mais en tant que Ministre de la Santé publique, je ne puis hélas entreprendre aucune action parce que cette matière n'entre pas dans mes attributions. Cette matière relève des attributions de la Ministre de la Mobilité Madame Jacqueline Galant.
     
    Veuillez croire, Madame D..., en l'assurance de ma considération distinguée.
     
    Cellule Contact avec le Citoyen
     
     

    Plus une commune subit les nuisances sonores de l’aéroport voisin, plus elle s’appauvrit et sa population vit dans la précarité. 


     

    Tel un certain Ponce-Pilate, la Ministre de la Santé Maggie De Block... s'en lave les mainsParler de la pollution des avions, c'est en fait aborder...

    La pollution locale directe : elle affecte les usagers des aéroports et les populations survolées en phases approche/décollage, elle comporte essentiellement du CO, des hydrocarbures imbrûlés au roulage et des COV, NOx et des particules fines. Cette pollution a un fort impact sur la santé publique.

    En matière de pollution et santé

    Pour les populations survolées, la problématique est exactement la même. La technologie a progressé, mais ces progrès sont annihilés par la croissance inexorable du trafic.  Comme pour le bruit, de nombreuses études démontrent le rôle joué par la pollution atmosphérique dans les problèmes de santé publique. Le nombre d'hospitalisations d'enfants de moins de 15 ans pour asthme en Île-de-France a augmenté de 6 % en 2006 par rapport à 2005 !

    Source:  http://www.advocnar.fr/Lapollution.html


     

    Tel un certain Ponce-Pilate, la Ministre de la Santé Maggie De Block... s'en lave les mainsL’aviation, une pollution locale réelle

    Globalement, on manque d’études épidémiologiques sérieuses et incontestables. Cependant, plusieurs cancérologues, comme Dominique Belpomme au sujet de Roissy, ont lancé un cri d’alarme. Il explique sur un site CGT que « écologiquement, Roissy est un très mauvais voisin« .

    Une étude de l’Inserm a démontré que les enfants qui vivent dans un rayon de 200 m autour d’une station-service ont un risque multiplié par quatre de déclarer une leucémie. Il ne fait aucun doute que les zones aéroportuaires sont hyperpolluées. Quand il pleut, les poussières atmosphériques retombent.

    Selon la Fondation Nicolas Hulot, l’aviation est, de tous les modes de transport, le plus émetteur de gaz à effet de serre. Par passager et par kilomètre parcouru, ce mode de transport est 3 fois plus nocif pour le climat que la voiture. Un aller-retour Londres-New York génère à peu près autant d’émissions de gaz à effet de serre qu’une personne pour se chauffer pendant un an.

    Depuis 1990, les émissions de ce secteur au sein de l’Union européenne ont augmenté de 110 %, au regard notamment du coût de plus en plus faible de ce mode de transport .

    Les oxydes d’azote

    Les émissions de NOx (oxydes d’azote) sont les plus nombreuses notamment lors du décollage et de la montée.

    Environ les 3/4 des émissions se déroulent lors du vol à la vitesse de croisière dans la troposphère et la basse stratosphère (10-12 km).

    Les avions émettent du dioxyde de carbone (CO2) et de la vapeur d’eau. Les moteurs d’avion émettent principalement les composants polluants suivants :

    • oxydes d’azote (NOx),
    • monoxyde de carbone (CO),
    • hydrocarbures (HC)(ou composés organiques volatiles : COV),
    • dioxyde de soufre (SO2)
    • et particules solides ( SUIES).

    Au ralenti, et donc au sol, les moteurs dégage du NOx mais également beaucoup de CO et de HC. Au décollage et en montée les émissions de NOx et de particules (des suies) sont fortes alors que celles de CO et de HC sont elles plus limitées.

    La diffusion de gaz toxiques a un impact beaucoup plus important dans le voisinage immédiat des pistes, notamment sous certaines conditions atmosphériques (comme lors de l’inversion de températures ou de brouillard). Cette pollution, qui excède les limites préconisées par l’OMS, est devenue un problème environnemental et de santé publique reconnu par toutes les Autorités sanitaires.

    Tel un certain Ponce-Pilate, la Ministre de la Santé Maggie De Block... s'en lave les mainsSelon les associations, les 2 300 avions qui décollent d’Orly, de Roissy et du Bourget produisent la même quantité de NOX que 2 300 000 voitures Diesel parcourant chacune 25 km. Autant dire que les inquiétudes vont croissant quant à l’impact de ces émanations sur la santé humaine.

    La pollution qui est attribuée officiellement au transport aérien ne dépasse pas 4 % de la pollution mondiale due aux transports. L’inquiétude vient bien de la croissance du trafic aérien.

    Ce qui ne peut être contesté est que l’aviation est l’un des secteurs qui augmente le plus depuis des années en termes de dioxyde de carbone. On prévoit un doublement du nombre de passagers en 2008 et 2018 et plus du double voir du triple d’ici 2025.

    L’année 2004 avait été une année record avec 14 % de croissance du trafic aérien. Airbus prévoit que le nombre d’avions commerciaux en activité va doubler d’ici 2025 et passer de 12676 fin 2005 à 27 307. La FAA, l’autorité de régulation aérienne américaine, prédit que du fait de la croissance du trafic les émissions de gaz à effet de serre vont augmenter aux Etats-Unis de 60 % sur la même période.

     

    • Le monoxyde de carbone (CO) est un poison pour l’ hémoglobine.
    • Les oxydes d’azote NOx et de soufre SO2 sont des gaz fort irritants pour les voies respiratoires.
    • Les oxydes d’azote NOx se transforment sous l’influence des rayons ultra-violets en Ozone O3.
    • L’Ozone est un gaz qui se trouve à la fois dans la haute atmosphère – où il protège la Terre des UV du soleil , un gaz dont chaque molécule est composée de 3 atomes d’oxygène (O3). C’est un gaz à effet de serre, présent naturellement dans l’atmosphère, où sa concentration est augmentée par les activités humaines. L’Ozone irrite les poumons.
    • L’aéroport de Zurich a adopté le principe de « bulle environnementale », qui revient à considérer un aéroport comme une source de pollution industrielle, comme une centrale d’incinération par exemple. On calcule alors les émissions du site (l’aéroport) et on lui impose des seuils à respecter choisis par l’OMS et les Directives Européenne.

    Liens utiles : 

    http://survol.airparif.fr/observatoire/quelle-pollution-autour-aeroports

    https://www.google.be/webhp?sourceid=chrome-instant&rlz=1C1RNNN_enBE345BE443&ion=1&espv=2&ie=UTF-8#q=pollution+de+l%27air+et+avions&start=10

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/odeur-de-kerozene-dans-l-air-dans-une-commune-bruxelloise-et-woluwe-12-a66452627

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/les-boules-de-l-atomium-etaient-recouvertes-de-kerosene-en-2012-et-nos-a114873712

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/le-survol-de-woluwe-vu-par-cdh-ecolo-fdf-mr-ps-de-notre-commune-a107537898


     Tel un certain Ponce-Pilate, la Ministre de la Santé Maggie De Block... s'en lave les mains

    Je m'en lave les mains : 

    http://www.historia.fr/special/9/je-men-lave-les-mains-ponce-pilate-03-01-2013-86160


    Problème de santé publique : Définition

    Un problème de santé publique (ou problème collectif de santé) se définit, pour un groupe de personnes ou une population, comme la différence critique entre l'état de santé réel, mesuré par des indicateurs et l'état de santé recommandé par des normes.

    Baumann et Gao précisent la définition comme suit : « Écart entre un état de santé physique, mental, social constaté, observé, exprimé et un état de santé considéré comme souhaitable, attendu, défini par des références médicales élaborées par des experts, le législateur, etc. ou des normes sociales élaborées par des équipes, la société, etc. »1

    Un problème de santé publique est donc à distinguer d'un déterminant de santé qui est un facteur qui influence l’état de santé d'une population soit isolément, soit en association avec d’autres facteurs. Ainsi un logement insalubre peut être un des déterminants du saturnisme qui est un problème de santé publique.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :