• Wolu1200 : Quand papa n'est plus là, la fête des pères s'adapte

    Nathalie Collignon - De Mey a perdu son mari il y a un peu plus d'un an. Depuis, cette jeune maman élève seule ses deux enfants. Une situation qui n'est pas toujours facile à gérer, surtout en période de fête des pères. Cette année, son fils a reçu à l'école une compréhension à la lecture sur ce sujet.

    "Il devait analyser un texte et répondre à plusieurs questions à propos du papa", explique Nathalie, "ça été très dur à gérer d'un point de vue émotionnel. On a décidé avec la direction de l'école et les enfants de mettre sur pied un projet afin de ne pas mettre de côté des enfants qui souffriraient d'une différence ou qui ne sont pas systématiquement dans un schéma familial conventionnel".

    Une fête élargie

    L'école de Woluwe-Saint-Lambert a donc décidé de rebondir. Cette année, dans les classes de maternelles du Parc Malou et dans les primaires de Robert Maistriau, on célèbre la fête des pères et de tous ceux que l'on a envie de fêter. Une façon de réunir tous les enfants, quelle que soit leur situation familiale, autour d'un événement festif.

    "Nous avons décidé de faire évoluer le concept, tout en ne privant certainement pas les enfants qui le souhaitent de fêter leur papa, puisque ça reste important pour eux émotionnellement", précise la directrice Patricia Dengis, "Mais on ne veut pas limiter ce concept-là à la fête des pères puisqu'il y a quand même pas mal d'autres schémas familiaux et donc des enfants qui ont d'autres ressentis dont on ne peut pas ne pas tenir compte".

    Professeurs, parents et enfants ont tous participé à la réflexion, et dans la classe de 3ème primaire, les élèves ont d'ailleurs leur avis sur la question.

    Wolu1200 : Quand papa n'est plus là, la fête des pères s'adapte

    Évoluer avec son temps

    Dans sa classe de maternelles, Monsieur Michel a demandé à chaque enfant à qui il voulait offrir son bricolage. La fille de Nathalie a choisi de l'offrir à lui, son professeur préféré.

    "La société évolue et je trouve normal que l'école évolue aussi", nous confie Michel Galesloot, "on a aussi des parents où il y a deux mamans, donc pas de papa du tout et ce n'est pas pour ça qu'il faut les mettre de côté. Il faut les intégrer, ils doivent participer à cette fête, mais on le fait de façon différente".

    Un bel exemple

    Nathalie espère que le beau projet dans l'école de ses enfants donnera l'envie à d'autres de s'inspirer de ces bonnes pratiques, pour que chacun puisse participer sereinement à ces événements importants.

    Source et photo : Sarah Heinderyckx RTBF

    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_quand-papa-n-est-plus-la-la-fete-des-peres-s-adapte?id=9940289

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :