• Wolu1200 : Très forte pollution aux particules fines dans notre commune

    Wolu1200 : pollution très problématique aux particules fines dans notre communeLa pollution aux particules fines cause toujours chaque année la mort prématurée de plus 400.000 personnes dans les pays de l’Union européenne et près de 500.000 en Europe. C’est ce qu’indique un rapport de l’Agence européenne de l’environnement (AEE) publié ce mercredi. Principales sources d’émission : le transport routier, l’agriculture, les centrales électriques au charbon et au fuel, l’industrie et le chauffage résidentiel.

     

    En Belgique, 8.340 personnes meurent prématurément chaque année en raison de la pollution aux particules fines et 1.870 à cause de la pollution au dioxyde d’azote (NO2), estime l’Agence européenne pour l’environnement.

    Dépassements en 2015 et 2016

    Le rapport se base sur les données 2015 d’environ 2.500 stations de contrôles. Il montre que si la Belgique s’en sort relativement bien pour les particules très fines (PM2.5), elle fait nettement moins bien pour le dioxyde d’azote (NO2) et pour l’ozone. Pour le premier, quatre stations sont en dépassement (deux à Bruxelles et deux à Anvers) ; six flirtent avec la limite européenne annuelle autorisée de 40 microgrammes par mètre cube (trois à Anvers, une à Gand et deux à Bruxelles). À Bruxelles, les lieux problématiques sont l’avenue de la Couronne (Ixelles), l’avant-port à Haren, Woluwe-Saint-Lambert et Molenbeek. En 2016, la situation s’est même aggravée à Bruxelles, puisque le niveau atteint en 2015 (45 microgrammes) a grimpé à 48 microgrammes.

    Selon le rapport européen, la Belgique fait partie des pays où le taux de la mortalité dû à l’exposition à la pollution au NO2 est le plus important (avec l’Italie, le Royaume-Uni, la Serbie et l’Allemagne). Le transport routier, principalement avec des véhicules carburant au diesel, est la première cause de la pollution au dioxyde d’azote. À partir de 2018, les véhicules diesel de norme Euro 0 et 1 seront bannis du territoire bruxellois. Cela représente 9 % du parc automobile régional. « Trop peu », estiment les associations de protection de l’environnement et de la santé.

    Selon le rapport européen, plus de huit personnes sur dix dans les villes européennes Europe sont exposées à des niveaux de particules fines supérieurs aux recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). C’est également le cas pour une personne sur dix en ce qui concerne les niveaux excessifs de dioxyde d’azote ; et 95 % pour les niveaux d’ozone, toujours au regard des normes de l’OMS, plus strictes que les normes européennes.

    Source et photo : Le Soir.be - Michel De Muelenaere


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :