• Wolu1200 : Une initiation à l'apnée pour des patients atteints de mucoviscidose

    Six patients atteints de la mucoviscidose ont pu s’initier à l’apnée avant leur ascension du mont Cotopaxi, en Équateur.

    Wolu1200 : Une initiation à l'apnée pour des patients atteints de mucoviscidose"Faites attention aux mouvements de votre corps, sentez vos côtes qui s’écartent et vos épaules qui montent lorsque vous inspirez" , souffle le coach Dominique De Troyer lors d’une séance de relaxation profonde un peu particulière. Pour la première fois, il accueille six élèves atteints de mucoviscidose au Poséidon.

    "J’ai appris leur projet d’ascension par la presse et j’ai eu envie de participer", explique l’apnéiste, très enthousiaste. Dans notre pratique sportive, on sait à quel point la respiration est importante, alors j’ai voulu allier les extrêmes : d’un côté, des spécialistes de la respiration et de l’autre, ceux pour qui elle est une souffrance."

    Après quelques minutes pour faire le vide, Nina, Yente, Niels et les autres enfilent leurs combinaisons en néoprène, direction les bassins pour un premier exercice d’apnée statique. Ramy et Jeroen écoutent attentivement les consignes d’Isabelle Gillet, détentrice de deux records de Belgique : "On va inspirer quatre temps et expirer six temps."

    Très concentrés, les deux jeunes hommes s’exécutent. "C’est la première fois que je fais ce genre d’exercices dans l’eau. D’habitude, je les fais chez moi pour expectorer les glaires, deux fois par jour. Dans les deux cas, il faut être très calme", explique Jeroen, détendu. Ramy apprécie lui aussi la séance. "Dans l’eau, on peut faire le vide, c’est très utile parce qu’on est parfois fort stressé par les toux. Et puis c’est bénéfique pour tout le reste", assure-t-il.

    Mais il est déjà temps d’enfiler des palmes, pour le dernier exercice : l’apnée dynamique. "Il y en a qui vont vite mais le but est de rester relax tout en étant en mouvement", rappelle Isabelle. Hannelore est ravie de cet exercice. "Je préfère nager. Quand on reste statique, c’est plus mental, on reste seul avec nos pensées", précise-t-elle. Comme tous les autres, elle s’enthousiasme à l’idée de partir en Équateur, même si l’ascension l’angoisse un peu. "Tu ne sais pas comment tu vas réagir là en haut. J’ai déjà eu deux fois le mal des montagnes et c’est assez effrayant", admet la jeune femme.

    Jeroen est dans un tout autre état d’esprit. "C’est excitant car je ne suis jamais sorti d’Europe, à cause de la maladie. En Équateur, on verra bien où on arrive. On est habitué à vivre avec cette pensée-là, au quotidien. Pour moi, le but, ce n’est pas d’atteindre le sommet, mais de dépasser ses propres limites", assure le jeune homme, avec un sourire.

    Source et photo : http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/woluwe-saint-lambert-une-initiation-a-l-apnee-pour-des-patients-atteints-de-mucoviscidose-5841de64cd7003fc4010ed75

    Lien utile : Les piscines sont de plus en plus propres 

     http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/les-piscines-bruxelloises-sont-de-plus-en-plus-propres-56d4b8693570ebb7a8d9a4d4


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :