• Woluwe-Saint-Lambert: "Nous avons été attaqués 4 fois en 8 mois..."

    « Nous sommes obligés d’assurer notre propre sécurité », c’est le triste constat de Marie-Joëlle et Patrick Tillieux ainsi que celui de leurs voisins, trop souvent victimes de vols ou de dégradations au quartier du Capricorne dans la commune de Woluwe-Saint-Lambert. Pour les Tillieux, c’en est trop ! Attaqués quatre fois en à peine huit mois, ils souhaitent plus de mesures de sécurité de la part de la commune.

    
Marie-Joëlle et Patrick ont déposé plainte
 suite à du vandalisme et des tentatives de cambriolage.

    Marie-Joëlle et Patrick ont déposé plainte suite à du vandalisme et des tentatives de cambriolage.

    Des rôdeurs, des vandales et des voleurs… «  Le quartier du Capricorne a bien changé alors que je suis née ici. Avant, il était possible de laisser tout ouvert chez soi sans avoir peur de se faire voler. Mais il n’en est plus question à présent  », déplore Marie-Joëlle Tillieux, habitante dudit quartier situé à Woluwe-Saint-Lambert. Tout comme Patrick, son époux, expliquant avoir été victime de multiples agressions. «  Quatre fois en à peine huit mois, nous avons été la cible de voleurs. Nous étions une des rares maisons a n’avoir jamais rencontré de problème. Nous avions un chien Terre-Neuve qui dissuadait les voleurs mais celui-ci est mort. Aujourd’hui, nous nous sentons impuissants car nous avons signalé ces faits mais rien n’a été fait.  » Bien entendu, les riverains voient un agent circuler avec un chien mais cette surveillance est très sporadique selon eux. «  Cela serait déjà très bien si l’on voyait quelqu’un au moins une fois par semaine  », souligne les Tillieux. Ajoutant qu’«  il n’est pas rare de voir des voitures se garer vers deux heures du matin tous feux éteints. On ne sait pas ce que les occupants viennent faire mais ils attendent plusieurs heures avant de repartir. Parfois des jeunes crient, se battent et se disent entre eux : alors t’es cap.  »

    La famille ne comprend pas pourquoi une surveillance renforcée tarde dans le quartier. D’autant que des plaintes ont été déposées et que les images de la caméra de surveillance placée devant chez eux ont été montrées à la police. On peut y voir «  des jeunes qui cassent pour casser. Seuls ou en bande, ils frappent sur le pare-brise de notre voiture à coups de poing ou encore arrachent la boîte aux lettres pour la lancer sur l’auto.  » Des actes totalement gratuits ! Ou parce que certains en profitent également pour voler les riverains. Marie-Joëlle et Patrick en ont fait les frais comme le montrent encore une fois d’autres images de la caméra. «  Un homme a visité notre voiture pendant une heure trente. Il a ainsi forcé la serrure, cassé le carreau arrière, pris une boîte dans le coffre.  » Le tout sans se presser.

    Raison à ça ? «  Il y a un sentiment d’impunité. En huit ans, ici, je peux vous dire que toutes les maisons ont été cambriolées. Ceux qui sont attrapés sont vite relâchés et il est même arrivé de demander à un voisin agressé qui a été en incapacité de travail et a dû faire des séances chez le kiné de ne pas porter plainte contre un jeune déjà connu pour 60 faits  » explique Marie-Joëlle et Patrick.

    C’est pourquoi, faute de moyens, «  les habitants se barricadent du mieux qu’ils peuvent. Nous sommes obligés d’assurer notre propre sécurité.  » une situation que les Tillieux jugent inadmissibles. «  Les maisons du quartier valent au mois 450.000 euros. N’avons-nous pas droit à un minimum de sécurité ?  » demandent-ils.

    Yolande Nimy

    Source : Sudinfo.be


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :