•  

    Wolu1200 : CatRescue... plus de 980 chats adoptés en un an

    L'association organise des portes ouvertes, le week-end des 7 et 8 avril, de 13h à 18h.

    L'association CatRescue a été créée en 2011 et s'occupe des chats errants, abandonnés et maltraités. Les membres récupèrent les chats dans les rues et s'occupent ensuite de les habituer à la présence humaine, avant de leur trouver une famille d'adoption.

    Fin 2016, l'ASBL bruxelloise qui était située à Woluwe-Saint-Lambert, avenue de Mai, avait malheureusement dû rendre ses locaux à son propriétaire. Après la signature d'un bail à la rue Solleveld avortée par des plaintes anticipatives de certains riverains, CatRescue a dû renoncer à l’utilisation des locaux et à arrêter sa mission première : la prise en charge de chats en danger. Finalement, le Collège de Woluwe-Saint-Lambert a proposé à l'ASBL d'installer son refuge dans les anciens ateliers Malou, rue Voot, destinés à être démolis. Comme la commune a mis le bâtiment à disposition de l’association pour quelques années, des travaux, effectués par des ouvriers communaux et des bénévoles, ont été nécessaires avant l’installation du refuge. Les coûts liés au déménagement et la sécurisation du jardin ont coûté plus de 14.000 euros à CatRescue, qui a pu compter sur la générosité de nombreux donateurs pour financer une partie de ces dépenses.

    Pour inaugurer son nouvel emplacement, l'association avait organisé les premières portes ouvertes le 1e et 2 avril 2017, durant lesquelles l'ASBL a accueilli des centaines de visiteurs. Douze adoptions ont été comptabilisées pendant ce week-end.

    Depuis, CatRescue a recensé plus de 980 adoptions. Depuis sa création, ce ne sont pas moins de 4.300 chats qui ont été adoptés. Le nombre de chats errants, abandonnés, maltraités ou négligés, ne faiblit pas malgré les mesures prises par les différentes Régions. CatRescue s’occupe actuellement de plus de 200 chats, répartis entre le refuge et les familles d’accueil. Un nombre qui devrait augmenter dans quelques semaines avec l’arrivée des premières portées.

    L'association organise à nouveau des portes ouvertes, le week-end des 7 et 8 avril, de 13h à 18h, rue Voot 97, l’occasion de découvrir le refuge et d'y rencontrer ses pensionnaires à moustaches.

    Source : http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/catrescue-plus-de-980-chats-adoptes-en-un-an-5ac608aecd702f0c1ab92c19


    votre commentaire
  • Voici encore une belle petite pépite photographique publiée par Chantal sur le groupe FB de notre commune ( https://www.facebook.com/groups/337747606310352/ ).

    "Quand un chat woluwéen (appelé Papouf par ses maîtres) boxe et fait fuir un renard trop audacieux"

     

    Quand un chat Woluwéen boxe un renard trop audacieux

    Quand un chat Woluwéen boxe un renard trop audacieux

    Quand un chat Woluwéen boxe un renard trop audacieux

    Quand un chat Woluwéen boxe un renard trop audacieux

    Merci à Chantal d'avoir accepté de partager ces biens belles photos


     

                                              Le Chat & le Renard.

                                           Jean de la Fontaine

                                           Le Chat et le Renard, comme beaux petits saints,
                                           S'en allaient en pèlerinage.
                                           C'étaient deux vrais Tartufs (1), deux archipatelins (2),
                                           Deux francs Patte-pelus (3) qui, des frais du voyage,
                                           Croquant mainte volaille, escroquant maint fromage,
                                           S'indemnisaient à qui mieux mieux.
                                           Le chemin était long, et partant ennuyeux,
                                           l'accourcir ils disputèrent (4).
                                           La dispute (5) est d'un grand secours ;
                                           Sans elle on dormirait toujours.
                                           Nos Pèlerins s'égosillèrent.
                                           Ayant bien disputé, l'on parla du prochain.
                                           Le Renard au Chat dit enfin :
                                           Tu prétends être fort habile :
                                           En sais-tu tant que moi ? J'ai cent ruses au sac.
                                           Non, dit l'autre : je n'ai qu'un tour dans mon bissac(6),
                                           Mais je soutiens qu'il en vaut mille.
                                           Eux de recommencer la dispute à l'envi,
                                           Sur le que si, que non, tous deux étant ainsi,
                                           Une meute apaisa la noise (7).
                                           Le Chat dit au Renard : Fouille en ton sac, ami :
                                           Cherche en ta cervelle matoise
                                           Un stratagème sûr. Pour moi, voici le mien.
                                           A ces mots sur un arbre il grimpa bel et bien.
                                           L'autre fit cent tours inutiles,
                                           Entra dans cent terriers, mit cent fois en défaut
                                           Tous les confrères de Brifaut (8).
                                           Partout il tenta des asiles ;
                                           Et ce fut partout sans succès :
                                           La fumée y pourvut, ainsi que les bassets (9).
                                           Au sortir d'un Terrier, deux Chiens aux pieds agiles
                                           L'étranglèrent du premier bond.
                                           Le trop d'expédients peut gâter une affaire ;
                                           On perd du temps au choix, on tente, on veut tout faire.
                                           N'en ayons qu'un, mais qu'il soit bon.

     

                                            (1) Tartuffe. Mot inventé et introduit dans notre langue par feu Molière. C'est                                                                    à dire un faux dévôt (Richelet)
                                           (2) mot forgé par L.F., dont l'origine se trouve dans la Farce de Maître Pathelin
                                           (3) au figuré : hypocrite flatteur et trompeur (Richelet)
                                           (4) ils discutèrent , chacun défendant son point de vue
                                           (5) la discussion
                                           (6) ma besace
                                           (7) la querelle, la dispute
                                           (8) chef de la meute de chiens
                                           (9) chiens capables d'entrer dans les terriers

     

                                                              Quand un chat woluwéen boxe et fait fuir un renard trop audacieux



                                                                     
     


    votre commentaire
  • Boulevard de la Woluwe/ Chaussée de Louvain : bientôt la fin des cauchemars ?

     

    EN BREF 

    L’agence flamande pour les routes et la circulation (AWV) annonce le rétablissement de la circulation sur les deux chaussées boulevard de la Woluwe dès ce vendredi 13 avril… Espérons qu’il n’y aura plus de mauvaises surprises….

    Dès cette date, la circulation en boucle pour passer d’un côté à l’autre du boulevard sera un mauvais souvenir : les carrefours à feux seront rétablis et les différentes bretelles seront remises en service.

    Bonne nouvelle pour nos commerçants qui ont largement souffert de l’incurie des services de la région flamande.

    Espérons qu’une meilleure gestion du trafic sera de mise lors de la seconde phase des travaux…

    Source : D...


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Ils ont des abeilles sur leur toit

    De plus en plus d’entreprises installent des ruchers sur leur toit. Objectif officiel : sensibiliser clients et employés aux enjeux de la biodiversité. Mais l’initiative est “win-win” puisqu’en échange, les abeilles mesurent même la qualité de l’air.

    PAR ELODIE DEVILLERS AVEC D.B. PHOTOS D.R. | Le 03 avril 2018
     

    Des boîtes noires disséminées sur le toit, un homme revêtu d’une vareuse et d’un chapeau d’apiculteur : vous ne rêvez pas, il y a bien des ruchers chez Caméléon, en pleine commune de Woluwe-Saint-Lambert, à Bruxelles. Cette célèbre enseigne de revente de vêtements de marques a choisi d’accueillir des abeilles sur les quelque 2000 m2 de toiture végétale installée sur son éco-bâtiment. Un projet qui date de 2013.

    Si le miel produit est partiellement vendu en magasin, il ne constitue pas la motivation première de l’initiative. Nous nous sommes lancés par réelle conviction environnementale, argumente Bruno Pfalzgraf, Managing Director de Caméléon. Michaël van Cutsem est partner chez Beeodiversity, une entreprise spécialisée dans la gestion globale de projets axés sur la préservation de la biodiversité, grâce aux insectes pollinisateurs. Selon lui, installer des ruches en ville n’est pas vraiment nouveau. Mais de plus en plus d’entreprises se lancent dans ce type de projet. Cela fait souvent partie de leur stratégie de “Corporate Social Responsibility” (CSR). L’abeille est en effet un vecteur idéal pour sensibiliser le personnel, les fournisseurs, la clientèle, à l’environnement. 

    En 2008, le directeur du département développement durable de Tractebel Engie avait également installé une ruche sur le toit de l’entreprise. L’idée est née à l’occasion de la journée de la biodiversité. J’avais vu des reportages sur le sujet et cela m’avait semblé une bonne idée, explique Tony Moens de Hase, CSR and Environmental manager chez Tractebel. D’autant qu’un de nos cadres est apiculteur depuis une trentaine d’années et qu’il a pu nous épauler dans le projet. Celui-ci a en tout cas suscité un vif engouement. Dans la foulée, certains employés se sont d’ailleurs inscrits à des cours d’apiculture. Mais sa mise en place n’a pas été sans mal : comme l’accès au sommet de son immeuble n’était pas aisé, Tractebel a attendu qu’une entreprise voisine développe sur son toit son propre projet de rucher pour créer un partenariat avec elle et y déposer le sien. 

    Quatre milliards par an

    Hormis certaines contraintes techniques de ce genre, les firmes font parfois également face aux réticences des employés — notamment les personnes allergiques — qui craignent cette proximité avec les ruches. Les abeilles demeurent en effet des insectes sauvages ! Nous avons expressément choisi une espèce réputée peu agressive, explique Roxane Decraemer, Marketing Specialist chez AG Real Estate, qui a installé des ruches dans six différents sites du groupe depuis 2015. Et les risques sont faibles lorsque l’on gère le projet avec un apiculteur professionnel. Il y a bien entendu celui du choc anaphylactique pour les personnes allergiques ou le risque d’essaimage, c’est-à-dire la fuite d’un essaim. Mais nous tenons à notre objectif : offrir un gîte favorable au développement des abeilles en ville, et aider à rappeler au public l’importance des insectes pollinisateurs pour la biodiversité. 

    Reste que n’installe pas une ruche qui veut. Il faut que le biotope soit adéquat. Une colonie est active dans un rayon de 1,5 km en moyenne, et visite quelque quatre milliards de fleurs par an. Sans cette masse florale critique, impossible que la ruche survive. Et puis il faut aussi s’assurer de la qualité de l’air. D’aucuns estiment que les abeilles se portent mieux en milieu urbain qu’à la campagne car elles y seraient à l’abri des pesticides. Cette croyance est toutefois à nuancer ! La pollution et le manque de biodiversité propres aux grandes villes peuvent aussi freiner leur développement. Raison pour laquelle Beeodiversity a été mandatée par des entreprises bruxelloises pour réaliser une étude basée sur l’analyse de l’air.

    Elle a installé onze ruches dans autant d’endroits stratégiques de la capitale. Nous y avons contrôlé la présence de 500 substances, des pesticides, des métaux lourds de type plomb et arsenic, ainsi que la biodiversité. Comme les abeilles couvrent une superficie de 700 hectares, leur miel et le pollen sont de formidables indicateurs de la qualité de l’environnement, explique Michaël van Cutsem. 

    Vigiles de l'air

    Des entreprises comme Spa emploient déjà cette méthode afin de contrôler la qualité de l’air autour des sources et, in fine la qualité de l’eau, grâce à ces farouches butineuses. Les abeilles, vigiles de notre santé... Certaines associations d’apiculteurs n’apprécient pas forcément, estimant que l’intérêt des entreprises pour ces insectes relève davantage de l’exploitation marketing et publicitaire que d’un réel engagement environnemental. Il y a peu de greenwashing dans cette démarche, conteste le gérant de Beeodiversity.

    Il s’agit d’une vraie volonté d’agir et de sensibiliser. Cette tendance devrait donc perdurer. Pas seulement avec les ruches, mais aussi au travers de l’installation de potagers urbains sur les toits, par exemple. Ramener la nature en ville ? Un enjeu d’importance, autour duquel tout le monde peut se mobiliser, qu’importe la taille, qu’importent les motivations... 

    Source (article et photo) : http://sosoir.lesoir.be/ils-ont-des-abeilles-sur-leur-toit

     
     
     

    1 commentaire
  • Chantal, une abonnée du groupe facebook de notre commune ( https://www.facebook.com/groups/337747606310352/ ) a partagé ces photos amusantes sur une rencontre fortuite qui se termine de manière plutôt amicale (ce qui n'est pas toujours le cas) entre un renard et un chat, quelque part à WSL. 

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

     

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

    Merci à Chantal pour ces très belles photos.

    Dans les prochains jours sur ce blog

    "Quand un chat woluwéen boxe un renard trop audacieux"


    Le Renard et le Chat

    Conte de Grimm

    Le hasard fit un jour que le chat, dans un bois, rencontra le seigneur renard. "Il est habile est plein d'expérience, pensa le chat en le voyant, c’est un grand personnage dans le monde, respecté à cause de sa sagesse." Aussi l’aborda-t-il avec beaucoup d'amabilité.

    - Bonjour, cher Monsieur Renard, comment allez-vous ? La santé est bonne, j’espère. Et par ces temps de vie chère, comment vous débrouiller vous ?
    Le renard, tout gonflé d'une morgue hautaine, considérera le chat des pieds à la tête et de la tête aux pieds, se demandant pendant un bon moment s'il allait ou non donner une réponse à cet insolent animal.
    - Dis donc, toi, misérable Lèche-Moustaches, espèce de drôle, espèce d'Arlequin grotesquement taché, espèce de crève-la-faim de chasseur de souris, qu’est-ce qu’il te prend ? Et d'où te permets-tu de venir me demander aussi familièrement de mes nouvelles ? Qui te crois-tu donc, malheureux ? Que sais-tu ? Combien d'arts connais-tu ? Quelles sont les ressources ?
    - Je n’en ai qu'une seule, répondit modestement le chat.
    - Ah oui ? Et quoi ? fit le renard.
    - Quand les chiens se mettent à mes trousses, dit le chat, je peux grimper à un arbre et me sauver.
    - Et c'est tout ? laissa tomber le renard avec dédain. Sache ce que moi, je suis le maître des ruses par centaines et que j'ai, par-dessus, tout un sac à malices ! Tu me fais pitié, tiens ! Viens avec moi et je te montrerai comment on se défait des chiens.
    Au beau milieu de ce discours arriva un chasseur qui avait quatre chiens avec lui. Le chat bondit vivement sur un arbre et se réfugia tout au sommet, dans les dernières branches, où il se tint caché dans le feuillage.
    - Ouvre ton sac, seigneur renard ! Ouvre ton sac, c'est le moment ! cria le chat du haut de son arbre.
    Mais les chiens l'avaient pris déjà et le tenaient ferme.
    - Holà, seigneur renard ! cria encore le chat, vous vous êtes empêtré dans vos centaines de ruses ; mais si vous n'aviez su que grimper comme moi, votre vie vous serait restée !

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires