• Toute comme lors de la Coupe du Monde 2014 et l’Euro 2016, les matches des Diables Rouges à la Coupe du Monde 2018 de football seront retransmis en direct sur la Place Dumon.

    A côté de chez nous : Coupe du Monde 2018 à la Place Dumon sur écran géant

    Les trois matches de poules seront ainsi diffusés sur écran géant et si, comme nous l’espérons tous, les Diables vont plus loin dans la compétition, les retransmissions se poursuivront bien sûr.

    Le programme

    Lundi 18/06/18 à 17h : Belgique – Panama

    Samedi 23/06/18 à 14h : Belgique – Tunisie

    Jeudi 28/06/18 à 20h : Angleterre – Belgique

    Ouverture du site au public une heure avant le début de la rencontre (sauf le jeudi 28/06, ouverture à 18h). Bar et petite restauration prévus. Accès gratuit.

    Consignes et sécurité

    Voir l’arrêté du Bourgmestre sur la retransmission des matches Place Dumon

    A côté de chez nous : Coupe du Monde 2018 à la Place Dumon sur écran géant

    Il est interdit d’entrer sur le site avec de l’alcool sous quelconque forme ainsi qu’avec des bouteilles en verre, des cannettes, boîtes en métal et autres objets de ce genre, sous peine de confiscation.

    Il est interdit :

    • d’escalader les bâtiments, les monuments, les grilles, les clôtures, les poteaux d’éclairage, ou toute autre infrastructure du site ;
    • de se camoufler ou de se déguiser de manière à ne plus être reconnaissable ;
    • de perturber l’ordre public et de mettre en danger la sécurité du public ;
    • de s’assoir sur les épaules de quelqu’un ;
    • de commettre des bousculades ;
    • de vendre ou de mettre à disposition des boissons ou de la nourriture ou tout autre produit sans autorisation formelle des autorités administratives compétentes ;
    • de lancer des objets ou liquides ;
    • d’uriner en dehors des toilettes ;
    • d’accrocher des banderoles, drapeaux, ou autres objets :
      • o devant les panneaux publicitaires,
      • o obstruant les voies d’évacuation,
      • o empêchant la vue de l’écran ;
      • o empêchant l’évacuation.

    Dans le site, sont interdits les textes, symboles, slogans, gestes et propos inconvenants qui peuvent donner prétexte au racisme, à la xénophobie, à la provocation ou à la discrimination.

    A côté de chez nous : Coupe du Monde 2018 à la Place Dumon sur écran géant

    Sous peine de saisie, il est interdit d’entrer sur le site avec :

    • tout type de sacs ;
    • tout objet pouvant servir de projectile dont notamment des verres, bouteilles en verres, canettes, boîtes en métal, et autres ;
    • toute arme ou objet dangereux, coupant ou blessant qui peut être utilisé comme tel (bâtons, chaînes, matraques, parapluie, armes blanches, armes de choc, etc.) ;
    • tout objet susceptible de perturber l’ordre public, de mettre en danger la sécurité d’autrui et/ou de causer un dommage à des biens ou des personnes (skateboard, casque de moto, etc.);
    • des objets pyrotechniques ;
    • des dispositifs amplifiants le bruit (tels que klaxon à gaz propulseur, vuvuzela, trompette, etc.) ;
    • des drapeaux de plus de 1 m² et/ou attachés à des bâtons de plus de 1.50 m de long et sur supports rigides.

    Sauf autorisation explicite, aucun animal n’est autorisé dans le site.

    Aucun vestiaire ne sera prévu.

    Nous comptons sur vous pour que ces événements restent bon enfant et conviviaux, comme ils l’ont été en 2014 et 2016. Merci donc de respecter les habitants, le quartier, les commerçants et les autres spectateurs. Utilisez les nombreuses toilettes et poubelles qui seront installées pour maintenir la propreté.

    Infos circulation

    L’accès à la place Dumon en transports en commun sera garanti. La STIB adaptera toutefois son offre durant les matches. Plus d’infos à venir

    Accessibilité au site et aux commerces

    Le site sera exclusivement accessible par l’avenue de Hinnisdael et la rue de l’Église côté rue Vander Elst. Prévoyez votre itinéraire d’accès en vous référant au plan qui figure ci-dessous. Il n’y a pas d’entrée du côté Orban/Val des Seigneurs /Baron d’Huart et il ne sera pas possible de contourner la place.

    Par ailleurs, les commerces resteront totalement accessibles à la clientèle, qui pourra circuler librement partout autour de la place, sans entrave. Les accès sont uniquement limités (cf. le plan) aux spectateurs.

    A côté de chez nous : Coupe du Monde 2018 à la Place Dumon sur écran géant

    Source : https://www.woluwe1150.be/coupe-du-monde-2018-a-la-place-dumon/

     


    votre commentaire
  • Nathalie Collignon - De Mey a perdu son mari il y a un peu plus d'un an. Depuis, cette jeune maman élève seule ses deux enfants. Une situation qui n'est pas toujours facile à gérer, surtout en période de fête des pères. Cette année, son fils a reçu à l'école une compréhension à la lecture sur ce sujet.

    "Il devait analyser un texte et répondre à plusieurs questions à propos du papa", explique Nathalie, "ça été très dur à gérer d'un point de vue émotionnel. On a décidé avec la direction de l'école et les enfants de mettre sur pied un projet afin de ne pas mettre de côté des enfants qui souffriraient d'une différence ou qui ne sont pas systématiquement dans un schéma familial conventionnel".

    Une fête élargie

    L'école de Woluwe-Saint-Lambert a donc décidé de rebondir. Cette année, dans les classes de maternelles du Parc Malou et dans les primaires de Robert Maistriau, on célèbre la fête des pères et de tous ceux que l'on a envie de fêter. Une façon de réunir tous les enfants, quelle que soit leur situation familiale, autour d'un événement festif.

    "Nous avons décidé de faire évoluer le concept, tout en ne privant certainement pas les enfants qui le souhaitent de fêter leur papa, puisque ça reste important pour eux émotionnellement", précise la directrice Patricia Dengis, "Mais on ne veut pas limiter ce concept-là à la fête des pères puisqu'il y a quand même pas mal d'autres schémas familiaux et donc des enfants qui ont d'autres ressentis dont on ne peut pas ne pas tenir compte".

    Professeurs, parents et enfants ont tous participé à la réflexion, et dans la classe de 3ème primaire, les élèves ont d'ailleurs leur avis sur la question.

    Wolu1200 : Quand papa n'est plus là, la fête des pères s'adapte

    Évoluer avec son temps

    Dans sa classe de maternelles, Monsieur Michel a demandé à chaque enfant à qui il voulait offrir son bricolage. La fille de Nathalie a choisi de l'offrir à lui, son professeur préféré.

    "La société évolue et je trouve normal que l'école évolue aussi", nous confie Michel Galesloot, "on a aussi des parents où il y a deux mamans, donc pas de papa du tout et ce n'est pas pour ça qu'il faut les mettre de côté. Il faut les intégrer, ils doivent participer à cette fête, mais on le fait de façon différente".

    Un bel exemple

    Nathalie espère que le beau projet dans l'école de ses enfants donnera l'envie à d'autres de s'inspirer de ces bonnes pratiques, pour que chacun puisse participer sereinement à ces événements importants.

    Source et photo : Sarah Heinderyckx RTBF

    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_quand-papa-n-est-plus-la-la-fete-des-peres-s-adapte?id=9940289

     


    votre commentaire
  • Deux ans après les attentats, la vidéosurveillance de Bruxelles fonctionne toujours qu'à moitié

    La zone de police Montgomery refuse-t-elle de partager ses images vidéo avec la STIB ?Depuis 2015, une plateforme permet le partage des images de la police et de la Stib. Seules trois zones de police sur six y adhèrent et la Stib n’utilise toujours pas ce dispositif, déplore la secrétaire d’État Bianca Debaets. Le ministre-président Vervoort attend un arrêté fédéral et un avis sur le respect de la vie privée depuis un an.

    Cet été, cela fera trois ans que la Région bruxelloise a mis en place une plateforme de partage des images de vidéosurveillance fournies et par les polices locales et par la Stib. L’objectif est de permettre l’usage de ces vidéos en temps réel, pour par exemple appréhender plus rapidement un auteur de faits délictueux, et de limiter les procédures parfois lourdes qui régissent aujourd’hui la transmission de ce type de données entre les différents services de sécurité. Une question d’efficacité.

    Ce dossier fait toutefois l’objet de tensions au sein du gouvernement bruxellois car à ce jour, seules trois zones de police seulement se sont inscrites dans ce programme, déplore Bianca Debaets (CD&V), secrétaire d’État régionale en charge de l’Informatique et donc de cette plateforme de partage.

    Deux ans après les attentats de Bruxelles, la Stib et ses 3.000 caméras ne sont toujours pas intégrées à cette plateforme non plus. La société de transport public continue donc de ne fournir ses images à la police locale que sur ordre du parquet. Interrogée, la Stib se dit toutefois "prête techniquement" pour le partage mais demeure dans l’attente d’un feu vert régional, nous dit-elle en substance.

    Lenteurs zonales

    Ce dispositif pourrait également avoir souffert de lenteurs au niveau de certaines zones de police. "La volonté y est, répond toutefois à L’Echo la zone Nord (Schaerbeek, Evere Saint-Josse). Nous en avons fait la demande et la réponse a été positive. Pour des raisons techniques, cependant, cela prend plus de temps. Tout est en cours d’exécution et d’ici début 2019, nous devrions être sur la plateforme également". La zone de police Montgomery (Etterbeek, Woluwe-Saint-Lambert et Woluwe-Saint-Pierre), hors de la plateforme elle aussi, n’a pas donné suite à notre demande d’explications. "Comme souvent, on tient tellement à son autonomie qu’on freine des développements qui sont nécessaires, fustige Bianca Debaets. Les zones de police restent pourtant responsables de leurs caméras et propriétaires des images. Ce sont toujours elles qui décident où et combien en mettre. On leur demande juste de partager l’information. C’est nécessaire pour la sécurité publique, on l’a encore vu avec les événements de Liège".

    Quant à la zone de police Bruxelles-Ixelles, troisième à ne toujours pas s’inscrire dans le dispositif, elle avance une tout autre explication. "La zone adhère au principe du partage des images, mais nous sommes en attente d’une ordonnance qui détermine la base légale sur l’échange des données", avance Ilse Vandekeere, porte-parole de la zone.

    Lenteur fédéral

     Le ministre-président Rudi Vervoort est en effet au travail pour encadrer ces échanges. Interrogé à son tour, il déplore d’autres lenteurs. "Selon la loi caméra, une loi fédérale, les sociétés de transport en commun doivent transmettre leurs images de vidéo-protection aux zones de polices locales, explique-t-il. Cette loi, pour être effective, doit être appliquée par un arrêté royal qui n’a jamais été pris par le Fédéral. Par conséquent, les transferts d’images, aujourd’hui, sont réalisés dans le cadre d’échanges définis et limités."

    L’ordonnance a été finalisée et adoptée en première lecture en 2017, poursuit le cabinet Vervoort. Ce texte "ne va pas régler la situation légale, car cela demeure une matière fédérale, mais encadrer la situation en permettant de donner à Bruxelles Prévention et Sécurité (un organe régional de la sécurité) le rôle d’intégrateur et de définir les responsables du traitement d’images en cas de plainte formulée par un citoyen quant au traitement réservé aux images sur lesquelles il apparaît". Pour permettre au gouvernement puis au Parlement de boucler le parcours législatif du texte, la Commission de la vie privée doit remettre un avis qui est attendu depuis… un an, déplore le ministre-président, qui ne manque pas de solliciter l’instance d’avis pour accélérer le processus.

    Résultat de ce festival de lenteurs, la plateforme coûte 2 millions d’euros par an pour fonctionner à moitié depuis 2015. Belgitude des choses.

    Source : https://www.lecho.be/economie-politique/belgique/bruxelles/deux-ans-apres-les-attentats-la-videosurveillance-de-bruxelles-fonctionne-toujours-qu-a-moitie/10017840.html


    votre commentaire
  • J'ai activé la fonction "Eviter les travaux" sur mon GPS. 
    Il a effacé Woluwe-Saint-Lambert et Bruxelles-Ville.

    Wolu1200 : Mon GPS a fait disparaître Woluwe-Saint-Lambert


    votre commentaire
  •  

    Wolu1200 : 150 plaignants attaquent Brussels Airport, Belgocontrol et le SPF mobilité. [Extrait de l'information diffusée à la presse]
     

    Dans le cadre du survol abusif de Bruxelles, 150 citoyens déposent plainte contre X, Brussels-Airport SA (Arnaud FEIST, CEO), Belgocontrol et l’État belge (SPF mobilité). Les plaintes sont déposées ce mardi 29 mai au Parquet via le Procureur du Roi.

    Charles SIX, coordinateur de l'initiative : “C’est la première fois en Belgique que 150 citoyens portent plainte de la sorte, pour une cause liée à la santé publique. Il faut lire certains témoignages consignés dans les plaintes pour se rendre compte que de nombreux quartiers vivent une torture quotidienne. Les plaignants dénoncent des faits d’une particulière gravité.
     
    Les 150 plaignants reprochent une atteinte au respect de la loi, à la protection de la santé et à la sécurité publiques.
     
    Wolu1200 : 150 plaignants attaquent Brussels Airport, Belgocontrol et le SPF mobilité. La santé des plaignants et leurs proches est délibérément mise en danger par le non-respect des normes de protection minimale obligatoires :
    1.- soit par des violations répétées et intentionnelles de la Loi applicable ;
    2.- soit par le non-respect du principe de précaution.
     
    Les dommages subis par les plaignants consistent en leur exposition à des traitements dégradants (atteintes à l’article 3 CEDH), comme par exemple :
    - l’exposition répétée, continue et imprévisible à des nuisances sonores générant des troubles du sommeil, des vibrations dans leurs logements 
    - l’exposition à des émissions de particules fines. 

    En attendant des solutions structurelles, Charles Six propose la mise en place immédiate d'aménagements temporaires, parmi lesquels l'arrêt des vols de nuit, le déplacement du fret vers d'autres aéroports plus adaptés, ou encore la concentration des vols sur des zones étroites afin de réduire le nombre de riverains survolés. Il défend également la mise en place d'un plan d'indemnisation.

    Pour rappel, en juin 2016, la Région bruxelloise et plusieurs de ses communes ont introduit des cessations environnementales et obtenu gain de cause fin juillet 2017. Le tribunal de première instance de Bruxelles a ordonné à l'État fédéral de respecter l'arrêté bruit de 1999 et exigé la fin d'exploitation de la "route du Canal" et de la "route du Ring" entre 23h00 et 07h00 du matin ainsi que la réduction des nuisances liées à la piste 01 pendant la même tranche horaire. Il a, de plus, enjoint à l'Etat de réaliser une étude d'incidences sur l'activité de l'aéroport et de proposer des alternatives pour réduire les nuisances.

    Les autorités fédérales disposaient de quatre mois pour exécuter le jugement sous peine d'une astreinte de 100.000 euros par semaine.

    Source : Charles Six

    VIDEO RTBF : 

    http://www.vivreici.be/commune/1060/videos/detail_survol-de-bruxelles-plainte-au-penal?videoId=106142

     

     

    votre commentaire
  • Travaux à Woluwe-Saint-Lambert: de grands changements attendus dès ce lundi 28 mai

    Trois mois de travaux

    Dès ce lundi 28 mai, de grands travaux débuteront sur la voie latérale qui longe le W shopping pour se finir en août.  Entre le cours Paul-Henri Spaak et l’entrée du parking du W shopping, la circulation sera interdite. La commune organisera des déviations pour les automobilistes par le cours Paul-Henri Spaak.

    Les travaux de prolongation de la ligne de tram 94 se poursuivront durant l’été. Une bande de circulation sera ouverte à la circulation dans les deux sens :

    • Du cours Paul-Henri Spaak vers l’avenue Vandervelde, on roulera uniquement sur la bande de droite, le long du parking du W shopping
    • De l’avenue Vandervelde vers le cours Paul-Henri Spaak, on circulera uniquement sur une bande de droite, le long de Wolubilis. La seconde bande dans chaque sens sera en travaux.

    A partir du 7 juillet, les automobilistes qui circulent sur le boulevard de la Woluwe en venant de l’avenue de Tervuren pourront à nouveau circuler sur l’avenue Vandervelde.


    votre commentaire
  • Une campagne de sensibilisation a été lancée pour inciter l'enregistrement et la stérilisation des chats.

    Trois chats sont euthanasiés chaque jour à cause de la surpopulation félineDepuis le 1er janvier 2018, la stérilisation, l'enregistrement et l'identification des chats sont obligatoires en Région bruxelloise. Au total, 3.000 chats ont été enregistrés depuis le changement de législation, et 2.446 d'entre eux ont aussi été stérilisés.

    Est-ce beaucoup? "Oui et non", répond Bianca Debaets (CD&V), secrétaire d'État bruxelloise au Bien-être animal, "quand on sait qu'il y a 160.000 chats en Région bruxelloise, ça paraît peu. Si ces mesures sont devenues obligatoires, on constate que de nombreux propriétaires ne sont pas encore passés chez le vétérinaire pour effectuer le nécessaire. Après les choses évoluent. Depuis la nouvelle loi, il y a environ 500 chats en plus par mois qui sont enregistrés et stérilisés."

    C'est dans ce cadre que Bianca Debaets a lancé ce vendredi une grande campagne de sensibilisation en vue d'inciter les Bruxellois à adopter ces réflexes avec leurs animaux de compagnie. Cette campagne durera trois semaines et sera visible sur des grands écrans digitaux dans cinq stations de métro, et se déclinera également sous la forme d'affiches et de brochures distribués aux vétérinaires et dans les refuges. "Le vétérinaire a un rôle de sensibilisation auprès du propriétaire, lui rappeler la législation et expliquer aux gens les bénéfices de faire stériliser son chat", explique Bianca Debaets.

    Trois chats sont euthanasiés chaque jour à cause de la surpopulation félineSi les gens ne sont pas encore convaincus par le processus de stérilisation, c'est parce que de nombreux préjugés sur la question persistent. Beaucoup de gens pensent en effet que le caractère de leur chat va changer une fois qu'il sera stérilisé, ou encore qu'il ne grandira plus si le procédé est effectué de manière trop précoce. Pourtant, on apprend dans le cadre de cette campagne, qu'il existe au contraire, énormément d'avantages à stériliser son chat. "Les conséquences médicales de ne pas stériliser son chat et les avantages qu'il y a à le faire sont très claires", explique Séverine Dechamps, vétérinaire à Anderlecht, "il y a énormément de maladies sexuellement transmissibles mortelles comme le sida des chats, par exemple, pour lesquelles il n'existe pas de vaccin. Et puis le fait de castrer les mâles par exemple va diminuer les chances qu'il se batte avec un autre mâle, et donc moins de risque de graves blessures ou d'abcès. Ensuite, un chat qui a été opéré ne voudra plus marquer son territoire partout, ce qui est plus agréable pour le voisinage. Enfin, ça protège la femelle des pathologies de l'utérus et d'autres maladies sexuellement transmissibles. Une chatte qui n'est pas stérilisée est en chaleur constamment, ce qui constitue un certain mal-être chez elle."

    Trois chats sont euthanasiés chaque jour à cause de la surpopulation félineLa stérilisation et l'identification n'étant pas une habitude à Bruxelles jusqu'il y a peu, la Région s'est retrouvée avec un nombre beaucoup trop important de chats errants. Un phénomène qui a rapidement mené à des refuges surpeuplés, les obligeant à euthanasier 1.000 chats par an, soit trois par jour.

    Pour contrôler cette surpopulation de chats à Bruxelles, et le vagabondage constant de ces félins, la Région a décidé de travailler avec un registre national qui s'appelle Cat-ID. Cette collaboration a mené à la création d'une base de données qui s'étend sur les trois régions. "C'est très important de travailler en collaboration avec les autres régions parce qu'un chat ne connait pas les frontières", commente Debaets. Il est d'ailleurs déjà arrivé qu'une dame de Woluwe-Saint-Lambert retrouve son chat de l'autre côté de la Belgique grâce à la puce identifiant l'animal.

    "Il faut que les gens comprennent que ce processus d'identification et de stérilisation est doublement utile, et cruciale pour le bien-être animal. La puce placée lors de l'enrefistrement permet au propriétaire de retrouver un chat égaré beaucoup plus rapidement. Ensuite, la stérilisation est bénéfique pour la santé du chat", conclut la secrétaire d'État.

    Source : MdK : http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/trois-chats-sont-euthanasies-chaque-jour-a-cause-de-la-surpopulation-feline-5b07f798553291b8013f0b33


    votre commentaire
  • À la demande de Woluwe-Saint-Lambert, la Région s’engage à adopter une réglementation veillant à l’entretien des bassins d’orage privatifs, des dispositifs précieux pour la lutte contre les inondations.

    Woluwe-St-Lambert veut des aides pour les bassins d’orage privésLe bourgmestre Olivier Maingain et ses échevins de l’Environnement et de l’Urbanisme, Grégory Matgen et Jean-François Thayer, ont dressé un inventaire des permis d’urbanisme imposant la réalisation d’un bassin d’orage pour les immeubles construits sur le territoire de la commune depuis 1989.

    Pour toute construction ayant plus de 300 m² imperméables, un article du règlement d’urbanisme impose la construction d’un dispositif faisant office de réservoir d’orage. À Woluwe-Saint-Lambert, une centaine d’immeubles sont concernés par cette obligation, d’après un communiqué de la commune. «  Mais pour garantir l’efficacité des réservoirs, il faut qu’ils soient régulièrement entretenus. Nombre de propriétaires et de syndics de copropriétaires ignoraient même l’existence de ces bassins d’orage  », peut-on lire. Interpellées par ce constat, les autorités communales ont demandé à la Région de mettre en œuvre des mesures visant à garantir le fonctionnement et l’entretien des bassins d’orage privatifs.

    La ministre Fremault, en charge de l’Environnement, s’est engagée à mettre en place de telles mesures, reconnaissant que sans entretien régulier, ces bassins perdent de leur efficacité. 

    Woluwe-St-Lambert veut des aides pour les bassins d’orage privés

    Source : http://www.sudinfo.be/id55935/article/2018-05-25/woluwe-st-lambert-veut-des-aides-pour-les-bassins-dorage-prives

    votre commentaire
  • En l’espace de neuf mois, 54 communes, dont 10 à Bruxelles et 44 en Wallonie, se sont déclarées “communes hospitalières” envers les migrants en votant une motion en ce sens, a annoncé jeudi le CNCD 11.11.11 lors d’une conférence de presse en présence d’élus de communes ayant adopté et adapté le texte à leur situation locale.

    Dix communes bruxelloises se sont déclarées “hospitalières” envers les migrants

    Sept autres communes sont en passe de voter la motion et dix interpellations citoyennes en ce sens sont en cours d’examen.

    Lancée en septembre 2017 par le CNCD 11.11.11 et la plateforme justice migratoire, la campagne “commune hospitalière” poursuit trois objectifs : sensibiliser les habitants à l’accueil de l’autre, améliorer l’accueil et le séjour des migrants, et, enfin, se montrer solidaire envers les communes européennes et les pays confrontés à un accueil de nombreux migrants.

    Vielsalm, en province de Luxembourg, a été la première commune à adopter la motion. “Elle a été votée à l’unanimité, dans une commune qui dispose d’un centre d’accueil pour mineurs étrangers non-accompagnés (MENA) et d’un centre Fedasil dans la commune voisine de Gouvy“, a détaillé le bourgmestre Elie Deblire. “J’en avais assez d’entendre les calomnies et les âneries proférées par une partie de la population. Maintenant, les gens savent quelle est notre position. Elle se traduit concrètement dans un plan de cohésion sociale et un travail au quotidien avec la police et le personnel communal.”

    Plusieurs communes ont développé des Initiatives Locales d’Accueil (ILA), offrant à des migrants, outre un logement, un accompagnement linguistique, logistique ou encore administratif. Les communes participantes ont également développé des outils d’information et se sensibilisation.

    Nous consacrons une page sur le site internet de la commune aux initiatives d’accueil existantes“, a indiqué Delphine De Valkeneer, conseillère communale à Woluwe-Saint-Lambert. D’une commune à l’autre, le MR, dans la majorité fédérale, a adopté une position différente. “L’hospitalité est une des notions de base pour un municipalité, tout comme la coopération“, a fait valoir le député-bourgmestre de Tintigny Benoît Piedboeuf, dont la commune a voté la motion à l’unanimité. “En tant que député, je travaille dans un contexte particulier. Nous avons des débats entre nous au sein de notre parti qui respecte toujours la liberté de choix sur les questions éthiques.”

    Belga


    votre commentaire
  • Certains clients de l'opérateur télécom SFR Belgique devront se trouver un nouveau fournisseur pour la fin mai au plus tard. Pour les six communes de Bruxelles, la date n'a pas encore été précisée mais serait prévue dans le courant de l'été (WSL) ou pour fin de l'année selon la commune. Quel opérateur choisir ?

    Wolu1200 : Par qui remplacer SFR ?

    SFR a été racheté en juin 2017 par le géant des télécoms Telenet. A la suite de cette reprise (et de la facheuse réputation de SFR), quelque 90.000 abonnements prendront ainsi fin. Ce processus se déroulera en plusieurs phases. On commencera par désactiver les services dans la botte du Hainaut. Viendra ensuite, en mai, la périphérie de Bruxelles : Wemmel et Drogenbos. Les abonnements dans les six communes de Bruxelles ne seront désactivés que plus tard dans l'année, à une date qui n'a pas encore été précisée.

    Pack Telenet sur mesure

    Depuis avril, Telenet effectue des travaux dans ces régions pour permettre aux consommateurs de rejoindre le nombre de ses abonnés. Mais Telenet n'est pas la seule option, et encre moins la meilleure marché. Bien sûr, de nombreux  clients SFR existants se sont vu adresser une proposition sur mesure pour passer chez Telenet. 

    En prenant Whop ou Whoppa, ils obtiennent un mois gratuit + une réduction de 19,82 € avec Whop et de 20,48 € avec Whoppa pendant six mois. En outre, les frais d'activation et d'installations sont offerts. Et, à l'issue de la période promotionnelle de sept mois, on peut encore changer d'opérateur.

    Telenet n'est pas le seul...

    Si vous choisissez sur Woluwe-Saint-Lambert (estimation Test-Achats) :

    Internet + télévision et que votre profil d'utilisateur internet est "régulier" (Je n’ai pas besoin de la solution la plus rapide, mais il m’arrive encore souvent de télécharger. Je préfère une vitesse de connexion élevée (>30 Mbps) et un volume de téléchargement de minimum 100 GB, sans un deuxième décodeur pour une télévision supplémentaire.

    La meilleure offre est : Scarlet Trio 

    Facture mensuelle estimée : 41,75 € 

    Si deuxième décodeur pour une télévision supplémentaire : 47,75 €           

    Internet : 50 Mbps et téléchargement illimité (la vitesse de téléchargement sera limitée à 3 Mbps au-delà d'un volume de 500 GB par mois)                                                                                                                              Télévision : Télévision numérique avec 30 chaînes en Bruxelles et Flandre, 29 chaînes en Wallonie

    Scarlet n'a pas un pack avec seulement Internet et télévision inclus, alors on met ici le pack TRIO qui contient aussi de la téléphonie fixe.

    En deux : Proximus - Internet + TV   

    Facture mensuelle estimée : 60,64 €

    Si deuxième décodeur pour une télévision supplémentaire : 66,64 €           

    Télévision : Télévision numérique avec 80 chaînes en Flandre, 83 en Bruxelles et 76 en Wallonie                                        Internet :  100 Mbps et téléchargement illimité (la vitesse de téléchargement sera limitée à 5 Mbps au-delà d'un volume de 750 GB par mois)

    En trois : SFR - Duo box SFR Silver 

    Facture mensuelle estimée : 63,16 €

    Si deuxième décodeur pour une télévision supplémentaire : 72,16 €

    Télévision :  Télévision numérique avec 103 chaînes
    Internet :  100 Mbps et téléchargement illimité

    Les abonnés à Test-Achats peuvent comparer les différentes offres selon la région où ils habitent sur le site de Test-Achats.

    Source : Test-Achats.be 

    Lien très utile :

    https://www2.telenet.be/fr/pages/sfr/bruxelles/


    1 commentaire
  • Plus de 3000 participants aux 15 km de Woluwe La 10e édition de la course woluwéenne fut à nouveau un succès.

    Malgré un temps frais et humide, les joggeurs étaient plus de 3.000 à rejoindre le stade Fallon ce dimanche pour prendre le départ de la 10e édition des 15 km de Woluwe. Les files aux inscriptions témoignaient du succès de cette course qui a débuté avec 759 participants il y a dix ans. « Lorsque nous avons lancé les 15 km de Woluwe, nous ne nous attendions pas à un tel succès », confie Eric Bott, l’échevin des sports de Woluwe-Saint-Lambert.

    Une 15e édition remportée par Lahcen El Matougui chez les hommes et Pauline Selleslagh chez les dames alors que sur la plus courte distance (6 km), Olivier Champenois s’est montré le plus rapide.

    Source : Sébastien Sterpigny

    http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/plus-de-3000-participants-aux-15-km-de-woluwe-photos-5af83232cd7028f079f3d8a2

    Photos : Philippe Jaquemyns - Jean François Thayer - Croix Rouge - Viviane Libotte

    Plus de 3000 participants aux 15 km de Woluwe

     

    Plus de 3000 participants aux 15 km de Woluwe

     

    Plus de 3000 participants aux 15 km de Woluwe


    votre commentaire
  • La saison des bars éphémères est ouverte. Dès que le soleil pointe le bout de son nez et que l’air se fait plus doux, les bars éphémères fleurissent à Bruxelles.

    Anciennement connue sous le nom de la terrasse de l’Hippodrome, la Terasse O² vous propose de profiter des derniers rayons de soleil de la journée, allongé dans un transat, un verre de rosé à la main et les pieds dans l’eau.

    Plus écoresponsable que les éditions précédentes, la Terrasse qui recyclait déjà 90% de ses déchets et ne servait que des produits de saison, s’équipera désormais de panneaux solaires. Enfin, on pourra y savourer des brunchs en famille ou entre amis le dimanche, des plats (dont beaucoup seront bio) ainsi que des boissons rafraichissantes green et healthy. Les plus petits quant à eux, pourront s’éclater dans un château gonflable, avec le clown ou encore se balader avec les poneys. 

    Petit plus : Culinaria prendra ses quartiers d'été à la Terrasse du 17 au 20 octobre pour deux soirées uniques avec des chefs étoilés. Le site accueillera également une course de 10 kilomètres ainsi qu’un Golf Trophy. Et cerise sur le gâteau : l’ensemble des matchs de la Coupe du monde de football seront diffusés sur écran géant. Succès à prévoir !

    Maurice, Fabiola, Henri et Gisèle sont les prénoms des Guinguettes installées dans quatre parcs de la région bruxelloise. Des bars en extérieur, cerclés de verdure, où il fait bon vivre. Des lieux d’échanges culturels, où l’on mêle l’humain à l’agréable.

    Ainsi, dans le parc du Cinquantenaire, on retrouve la Guinguette Maurice où Salsa et Lindy Hop sont les maitres danseurs. A l’entrée de l’Abbaye de La Cambre, la plus charmante de toutes : la Guinguette Gisèle. Dans le parc du Roi Baudouin, à Jette, la Guinguette Fabiola où on pratique le Tai chi et la méditation tandis que les enfants se régalent de contes mystérieux.

    A Woluwe aussi, la guinguette est de retour

    Et enfin, la Guinguette Henri située dans le parc George Henri à Woluwe Saint Lambert, qui propose des jam sessions le mardi, ou encore des apéros Tango le vendredi.


    votre commentaire
  • Après la photo sur le monticule du Tomberg, voici une nouvelle demande originale.

    Cette photo de classe de primaire serait datée approximativement de 1950 et aurait été prise près de l'école Van Meyel, dans ce qui était à l'époque le verger derrière la métairie (en face de Van Meyel).

    Monique qui, sur la photo, est l'avant dernière en bas à droite, précise, avec un petit humour malicieux : "Une fois de plus, celle qui ne rigole pas, c'est moi ". Ceci dit, elle n'est pas la seule à faire la tête !

    Si vous vous reconnaissez sur cette photo, et que vous en exprimez le désir, Monique serait heureuse de vous retrouver.

    Laissez un commentaire en-dessous de cet article et je contacterai Monique ou rendez-vous sur la page facebook  https://www.facebook.com/groups/337747606310352/permalink/1704530906298675/?comment_id=1704636629621436&reply_comment_id=1706002776151488&notif_id=1525977963705288&notif_t=group_comment_mention&ref=notif

    Wolu1200 : Monique recherche ses copines... d'alors !


    4 commentaires
  • Vous reconnaissez-vous sur cette photo prise au Tomberg en 1942 ?

     

    Vous reconnaissez-vous sur cette photo datée, selon la personne qui l'a publiée sur le groupe Facebook de Woluwe-Saint-Lambert ( https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10216757610797345&set=gm.1704530906298675&type=3&theater ), de 1942. Cette même personne qui se trouve être la plus petite sur la photo (10), aimerait retrouver les autres visages présents sur ce cliché assez exceptionnel car on y découvre que cet espace, au Tomberg de l'époque, était plutôt... sablonneux. Vous pouvez cliquer sur la page FB de WSL et y laisser un message ou faire un commentaire sur le blog et je transmettrai

     

    Vous reconnaissez-vous sur cette photo prise au Tomberg en... 1942 ?

     


    votre commentaire
  • « Un record de Belgique sur 400m (ndlr : 49sec83), ça va être difficile mais c’est envisageable. Ensuite, je vais continuer sur ma lancée en 800m et essayer d’encore faire de nouveaux records », explique-t-il, serein et déjà focalisé vers la suite de la saison.

    Pour son entraineur Hugo, son poulain a un potentiel énorme et une grande marge de progression. Dans le milieu depuis plus de 40 ans, sans oublier sa carrière d’athlète, il sait de quoi il parle. Mathys, c’est encore un diamant qu’il faut polir.

    « En 1min52 cette année »

    Wolu1200 : Mathys Latinne, petit prince du Royaume sur 800m« Je ne veux jamais me projeter dans le futur, il y a tellement de paramètres qui rentrent en jeu : les soucis de santé et les blessures peuvent arriver très rapidement. Sans oublier la croissance qu’il faut tenir à l’œil, il est déjà très grand et développé pour un cadet. Ici, je le vois en 1min52 cette année », raconte son coach, heureux d’avoir un garçon si sérieux à l’entrainement.

    Comme il le souligne, son athlète évolue dans un cadre très structuré, avec « une ligne de conduite grâce à sa famille qui l’entoure. Il fait tout ce qu’il faut, tant au niveau du sommeil que de l’alimentation. Il fait preuve de sérieux et écoute ce qu’on lui dit. »

    Ce que Mathys ne dit pas, c’est qu’il suit les traces de sa maman, également championne de Belgique sur cette même distance, le 800m et qui, elle aussi, s’est formée sous les conseils d’Hugo.

    « Même les petits frères et sœurs suivent l’aîné ! Et eux aussi sont très bons », complète Hugo. Le White Star a la chance de pouvoir compter cette famille dans ses rangs.

    Source : Lacapitale.be -  Noémie Lins


    votre commentaire
  •  

    Wolu1200 : CatRescue... plus de 980 chats adoptés en un an

    L'association organise des portes ouvertes, le week-end des 7 et 8 avril, de 13h à 18h.

    L'association CatRescue a été créée en 2011 et s'occupe des chats errants, abandonnés et maltraités. Les membres récupèrent les chats dans les rues et s'occupent ensuite de les habituer à la présence humaine, avant de leur trouver une famille d'adoption.

    Fin 2016, l'ASBL bruxelloise qui était située à Woluwe-Saint-Lambert, avenue de Mai, avait malheureusement dû rendre ses locaux à son propriétaire. Après la signature d'un bail à la rue Solleveld avortée par des plaintes anticipatives de certains riverains, CatRescue a dû renoncer à l’utilisation des locaux et à arrêter sa mission première : la prise en charge de chats en danger. Finalement, le Collège de Woluwe-Saint-Lambert a proposé à l'ASBL d'installer son refuge dans les anciens ateliers Malou, rue Voot, destinés à être démolis. Comme la commune a mis le bâtiment à disposition de l’association pour quelques années, des travaux, effectués par des ouvriers communaux et des bénévoles, ont été nécessaires avant l’installation du refuge. Les coûts liés au déménagement et la sécurisation du jardin ont coûté plus de 14.000 euros à CatRescue, qui a pu compter sur la générosité de nombreux donateurs pour financer une partie de ces dépenses.

    Pour inaugurer son nouvel emplacement, l'association avait organisé les premières portes ouvertes le 1e et 2 avril 2017, durant lesquelles l'ASBL a accueilli des centaines de visiteurs. Douze adoptions ont été comptabilisées pendant ce week-end.

    Depuis, CatRescue a recensé plus de 980 adoptions. Depuis sa création, ce ne sont pas moins de 4.300 chats qui ont été adoptés. Le nombre de chats errants, abandonnés, maltraités ou négligés, ne faiblit pas malgré les mesures prises par les différentes Régions. CatRescue s’occupe actuellement de plus de 200 chats, répartis entre le refuge et les familles d’accueil. Un nombre qui devrait augmenter dans quelques semaines avec l’arrivée des premières portées.

    L'association organise à nouveau des portes ouvertes, le week-end des 7 et 8 avril, de 13h à 18h, rue Voot 97, l’occasion de découvrir le refuge et d'y rencontrer ses pensionnaires à moustaches.

    Source : http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/catrescue-plus-de-980-chats-adoptes-en-un-an-5ac608aecd702f0c1ab92c19


    votre commentaire
  • Voici encore une belle petite pépite photographique publiée par Chantal sur le groupe FB de notre commune ( https://www.facebook.com/groups/337747606310352/ ).

    "Quand un chat woluwéen (appelé Papouf par ses maîtres) boxe et fait fuir un renard trop audacieux"

     

    Quand un chat Woluwéen boxe un renard trop audacieux

    Quand un chat Woluwéen boxe un renard trop audacieux

    Quand un chat Woluwéen boxe un renard trop audacieux

    Quand un chat Woluwéen boxe un renard trop audacieux

    Merci à Chantal d'avoir accepté de partager ces biens belles photos


     

                                              Le Chat & le Renard.

                                           Jean de la Fontaine

                                           Le Chat et le Renard, comme beaux petits saints,
                                           S'en allaient en pèlerinage.
                                           C'étaient deux vrais Tartufs (1), deux archipatelins (2),
                                           Deux francs Patte-pelus (3) qui, des frais du voyage,
                                           Croquant mainte volaille, escroquant maint fromage,
                                           S'indemnisaient à qui mieux mieux.
                                           Le chemin était long, et partant ennuyeux,
                                           l'accourcir ils disputèrent (4).
                                           La dispute (5) est d'un grand secours ;
                                           Sans elle on dormirait toujours.
                                           Nos Pèlerins s'égosillèrent.
                                           Ayant bien disputé, l'on parla du prochain.
                                           Le Renard au Chat dit enfin :
                                           Tu prétends être fort habile :
                                           En sais-tu tant que moi ? J'ai cent ruses au sac.
                                           Non, dit l'autre : je n'ai qu'un tour dans mon bissac(6),
                                           Mais je soutiens qu'il en vaut mille.
                                           Eux de recommencer la dispute à l'envi,
                                           Sur le que si, que non, tous deux étant ainsi,
                                           Une meute apaisa la noise (7).
                                           Le Chat dit au Renard : Fouille en ton sac, ami :
                                           Cherche en ta cervelle matoise
                                           Un stratagème sûr. Pour moi, voici le mien.
                                           A ces mots sur un arbre il grimpa bel et bien.
                                           L'autre fit cent tours inutiles,
                                           Entra dans cent terriers, mit cent fois en défaut
                                           Tous les confrères de Brifaut (8).
                                           Partout il tenta des asiles ;
                                           Et ce fut partout sans succès :
                                           La fumée y pourvut, ainsi que les bassets (9).
                                           Au sortir d'un Terrier, deux Chiens aux pieds agiles
                                           L'étranglèrent du premier bond.
                                           Le trop d'expédients peut gâter une affaire ;
                                           On perd du temps au choix, on tente, on veut tout faire.
                                           N'en ayons qu'un, mais qu'il soit bon.

     

                                            (1) Tartuffe. Mot inventé et introduit dans notre langue par feu Molière. C'est                                                                    à dire un faux dévôt (Richelet)
                                           (2) mot forgé par L.F., dont l'origine se trouve dans la Farce de Maître Pathelin
                                           (3) au figuré : hypocrite flatteur et trompeur (Richelet)
                                           (4) ils discutèrent , chacun défendant son point de vue
                                           (5) la discussion
                                           (6) ma besace
                                           (7) la querelle, la dispute
                                           (8) chef de la meute de chiens
                                           (9) chiens capables d'entrer dans les terriers

     

                                                              Quand un chat woluwéen boxe et fait fuir un renard trop audacieux



                                                                     
     


    votre commentaire
  • Boulevard de la Woluwe/ Chaussée de Louvain : bientôt la fin des cauchemars ?

     

    EN BREF 

    L’agence flamande pour les routes et la circulation (AWV) annonce le rétablissement de la circulation sur les deux chaussées boulevard de la Woluwe dès ce vendredi 13 avril… Espérons qu’il n’y aura plus de mauvaises surprises….

    Dès cette date, la circulation en boucle pour passer d’un côté à l’autre du boulevard sera un mauvais souvenir : les carrefours à feux seront rétablis et les différentes bretelles seront remises en service.

    Bonne nouvelle pour nos commerçants qui ont largement souffert de l’incurie des services de la région flamande.

    Espérons qu’une meilleure gestion du trafic sera de mise lors de la seconde phase des travaux…

    Source : D...


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Ils ont des abeilles sur leur toit

    De plus en plus d’entreprises installent des ruchers sur leur toit. Objectif officiel : sensibiliser clients et employés aux enjeux de la biodiversité. Mais l’initiative est “win-win” puisqu’en échange, les abeilles mesurent même la qualité de l’air.

    PAR ELODIE DEVILLERS AVEC D.B. PHOTOS D.R. | Le 03 avril 2018
     

    Des boîtes noires disséminées sur le toit, un homme revêtu d’une vareuse et d’un chapeau d’apiculteur : vous ne rêvez pas, il y a bien des ruchers chez Caméléon, en pleine commune de Woluwe-Saint-Lambert, à Bruxelles. Cette célèbre enseigne de revente de vêtements de marques a choisi d’accueillir des abeilles sur les quelque 2000 m2 de toiture végétale installée sur son éco-bâtiment. Un projet qui date de 2013.

    Si le miel produit est partiellement vendu en magasin, il ne constitue pas la motivation première de l’initiative. Nous nous sommes lancés par réelle conviction environnementale, argumente Bruno Pfalzgraf, Managing Director de Caméléon. Michaël van Cutsem est partner chez Beeodiversity, une entreprise spécialisée dans la gestion globale de projets axés sur la préservation de la biodiversité, grâce aux insectes pollinisateurs. Selon lui, installer des ruches en ville n’est pas vraiment nouveau. Mais de plus en plus d’entreprises se lancent dans ce type de projet. Cela fait souvent partie de leur stratégie de “Corporate Social Responsibility” (CSR). L’abeille est en effet un vecteur idéal pour sensibiliser le personnel, les fournisseurs, la clientèle, à l’environnement. 

    En 2008, le directeur du département développement durable de Tractebel Engie avait également installé une ruche sur le toit de l’entreprise. L’idée est née à l’occasion de la journée de la biodiversité. J’avais vu des reportages sur le sujet et cela m’avait semblé une bonne idée, explique Tony Moens de Hase, CSR and Environmental manager chez Tractebel. D’autant qu’un de nos cadres est apiculteur depuis une trentaine d’années et qu’il a pu nous épauler dans le projet. Celui-ci a en tout cas suscité un vif engouement. Dans la foulée, certains employés se sont d’ailleurs inscrits à des cours d’apiculture. Mais sa mise en place n’a pas été sans mal : comme l’accès au sommet de son immeuble n’était pas aisé, Tractebel a attendu qu’une entreprise voisine développe sur son toit son propre projet de rucher pour créer un partenariat avec elle et y déposer le sien. 

    Quatre milliards par an

    Hormis certaines contraintes techniques de ce genre, les firmes font parfois également face aux réticences des employés — notamment les personnes allergiques — qui craignent cette proximité avec les ruches. Les abeilles demeurent en effet des insectes sauvages ! Nous avons expressément choisi une espèce réputée peu agressive, explique Roxane Decraemer, Marketing Specialist chez AG Real Estate, qui a installé des ruches dans six différents sites du groupe depuis 2015. Et les risques sont faibles lorsque l’on gère le projet avec un apiculteur professionnel. Il y a bien entendu celui du choc anaphylactique pour les personnes allergiques ou le risque d’essaimage, c’est-à-dire la fuite d’un essaim. Mais nous tenons à notre objectif : offrir un gîte favorable au développement des abeilles en ville, et aider à rappeler au public l’importance des insectes pollinisateurs pour la biodiversité. 

    Reste que n’installe pas une ruche qui veut. Il faut que le biotope soit adéquat. Une colonie est active dans un rayon de 1,5 km en moyenne, et visite quelque quatre milliards de fleurs par an. Sans cette masse florale critique, impossible que la ruche survive. Et puis il faut aussi s’assurer de la qualité de l’air. D’aucuns estiment que les abeilles se portent mieux en milieu urbain qu’à la campagne car elles y seraient à l’abri des pesticides. Cette croyance est toutefois à nuancer ! La pollution et le manque de biodiversité propres aux grandes villes peuvent aussi freiner leur développement. Raison pour laquelle Beeodiversity a été mandatée par des entreprises bruxelloises pour réaliser une étude basée sur l’analyse de l’air.

    Elle a installé onze ruches dans autant d’endroits stratégiques de la capitale. Nous y avons contrôlé la présence de 500 substances, des pesticides, des métaux lourds de type plomb et arsenic, ainsi que la biodiversité. Comme les abeilles couvrent une superficie de 700 hectares, leur miel et le pollen sont de formidables indicateurs de la qualité de l’environnement, explique Michaël van Cutsem. 

    Vigiles de l'air

    Des entreprises comme Spa emploient déjà cette méthode afin de contrôler la qualité de l’air autour des sources et, in fine la qualité de l’eau, grâce à ces farouches butineuses. Les abeilles, vigiles de notre santé... Certaines associations d’apiculteurs n’apprécient pas forcément, estimant que l’intérêt des entreprises pour ces insectes relève davantage de l’exploitation marketing et publicitaire que d’un réel engagement environnemental. Il y a peu de greenwashing dans cette démarche, conteste le gérant de Beeodiversity.

    Il s’agit d’une vraie volonté d’agir et de sensibiliser. Cette tendance devrait donc perdurer. Pas seulement avec les ruches, mais aussi au travers de l’installation de potagers urbains sur les toits, par exemple. Ramener la nature en ville ? Un enjeu d’importance, autour duquel tout le monde peut se mobiliser, qu’importe la taille, qu’importent les motivations... 

    Source (article et photo) : http://sosoir.lesoir.be/ils-ont-des-abeilles-sur-leur-toit

     
     
     

    1 commentaire
  • Chantal, une abonnée du groupe facebook de notre commune ( https://www.facebook.com/groups/337747606310352/ ) a partagé ces photos amusantes sur une rencontre fortuite qui se termine de manière plutôt amicale (ce qui n'est pas toujours le cas) entre un renard et un chat, quelque part à WSL. 

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

     

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

    Merci à Chantal pour ces très belles photos.

    Dans les prochains jours sur ce blog

    "Quand un chat woluwéen boxe un renard trop audacieux"


    Le Renard et le Chat

    Conte de Grimm

    Le hasard fit un jour que le chat, dans un bois, rencontra le seigneur renard. "Il est habile est plein d'expérience, pensa le chat en le voyant, c’est un grand personnage dans le monde, respecté à cause de sa sagesse." Aussi l’aborda-t-il avec beaucoup d'amabilité.

    - Bonjour, cher Monsieur Renard, comment allez-vous ? La santé est bonne, j’espère. Et par ces temps de vie chère, comment vous débrouiller vous ?
    Le renard, tout gonflé d'une morgue hautaine, considérera le chat des pieds à la tête et de la tête aux pieds, se demandant pendant un bon moment s'il allait ou non donner une réponse à cet insolent animal.
    - Dis donc, toi, misérable Lèche-Moustaches, espèce de drôle, espèce d'Arlequin grotesquement taché, espèce de crève-la-faim de chasseur de souris, qu’est-ce qu’il te prend ? Et d'où te permets-tu de venir me demander aussi familièrement de mes nouvelles ? Qui te crois-tu donc, malheureux ? Que sais-tu ? Combien d'arts connais-tu ? Quelles sont les ressources ?
    - Je n’en ai qu'une seule, répondit modestement le chat.
    - Ah oui ? Et quoi ? fit le renard.
    - Quand les chiens se mettent à mes trousses, dit le chat, je peux grimper à un arbre et me sauver.
    - Et c'est tout ? laissa tomber le renard avec dédain. Sache ce que moi, je suis le maître des ruses par centaines et que j'ai, par-dessus, tout un sac à malices ! Tu me fais pitié, tiens ! Viens avec moi et je te montrerai comment on se défait des chiens.
    Au beau milieu de ce discours arriva un chasseur qui avait quatre chiens avec lui. Le chat bondit vivement sur un arbre et se réfugia tout au sommet, dans les dernières branches, où il se tint caché dans le feuillage.
    - Ouvre ton sac, seigneur renard ! Ouvre ton sac, c'est le moment ! cria le chat du haut de son arbre.
    Mais les chiens l'avaient pris déjà et le tenaient ferme.
    - Holà, seigneur renard ! cria encore le chat, vous vous êtes empêtré dans vos centaines de ruses ; mais si vous n'aviez su que grimper comme moi, votre vie vous serait restée !

    Les aventures du renard et du chat... à Woluwe-Saint-Lambert

     


    votre commentaire
  • Dès demain samedi 31 mars, le chantier du Tram 94 entre dans une nouvelle phase. Elle s'étalera jusqu'au 15 avril pour préparer le carrefour à l'arrivée des rails. La circulation dans le carrefour Vandervelde/Woluwe sera impactée.

    Chantier du tram 94 : Nouvelles dispositions à partir de 31 mars

     

    Source : Wolu-Inter Quartiers

     

     


    votre commentaire
  • Les 24H BD de Woluwe-St-Lambert 2018 annulées. Voici pourquoi !La Maison Schengen de Kinshasa (1) étant fermée depuis le 5 février, l'octroi de visas aux ressortissants congolais est surspendu pour le moment. De ce fait, Asimba Bathy, bédéiste congolais dont l'oeuvre était au coeur de l'exposition, ne pourra venir en Belgique aux dates initialement prévues. Asimba aurait parrainé l’édition 2018 des 24h BD de Woluwe-Saint-Lambert. Il nous aurait fait découvrir son pays, la RDC, son histoire et la réalité de la vie à Kinshasa sous un œil différent et surtout sous un coup de crayon pointu et réaliste. La décision de posposer cette rencontre, à une date ultérieure a été prise afin de permettre à Asimba Bathy d'être présent lors de l'exposition.

    Cet homme polyvalent multiplie les casquettes et l’expérience…. il est à la fois dessinateur, scénariste, créateur de revues de bande dessinée, réalisateur de dessins animés, infographiste-designer, conférencier et éditeur et ce, depuis une trentaine d’années. D’abord connu pour ses collaborations à de nombreuses BD collectives, dont Congo 50, publiée dans le cadre de la commémoration des 50 ans de l’indépendance de la République démocratique du Congo (en 2010) et Panda Farnana, il a coordonné pendant de nombreuses années l’association BD Kin-Label dont l’objectif est de faire la promotion de la BD congolaise et plus particulièrement, des jeunes bédéistes congolais.

    Source : http://fr.woluwe1200.be/2018/03/08/asimba-bathy-la-bd-congolaise-sous-les-projecteurs.html

    Les 24H BD de Woluwe-St-Lambert 2018 annulées. Voici pourquoi !

    (1) En République démocratique du Congo (RDC), la Maison Schengen risque bel et bien de rester fermée jusqu'à nouvel ordre et les Congolais pourraient être contraints de faire leur visa, pour l'Union Européenne (UE), dans un pays tiers. Cette représentation consulaire, commune à dix-sept pays de l'UE et à la Norvège, gérée par la Belgique, a été fermée par les autorités congolaises, en réaction à la décision de la Belgique de réorienter son aide à la RDC. Le gouvernement belge avait, en effet, annoncé l'octroi de 25 millions d'euros qui devaient être gérés par le gouvernement congolais, pour les confier à des acteurs humanitaires ou de développement, pour protester ainsi contre la fermeture de l'espace politique et la répression des manifestations. Cette volte-face est jugée inacceptable par Kinshasa et, dans ce bras de fer, c’est l'UE qui est, cette fois, montée au créneau.

    C'est la diplomatie belge qui avait annoncé la fermeture de la Maison Schengen pour deux jours, faute d'immunité consulaire, notamment pour protéger son personnel mais aussi et surtout pour permettre des consultations entre les différents Etats concernés par cette fermeture.

    Le 31 janvier, Kinshasa était restée  ferme sur son intention de fermer cette structure consulaire commune si la Belgique continuait de la gérer.

    « L'objectif était de créer des divisions au sein de l'Union européenne et d'isoler ainsi la Belgique, en jouant donc sur les divisions internes qui peuvent prévaloir parfois entre certains Etats membres », explique une source diplomatique européenne,

    Là-dessus, le communiqué de l'Union européenne est clair.

    « La Maison Schengen est un instrument de mise en œuvre de la politique commune de visas de l'Union européenne. Autrement dit, c'est la Belgique qui gère les activités consulaires, au Congo, avec le financement de l'Union européenne, comme c'est le cas pour la France qui le fait dans 25 autres pays africains », rappelle encore une source diplomatique européenne.

    « Eh bien, ils n'ont qu'à choisir la France plutôt que la Belgique », rétorque-t-on du côté de Kinshasa.

    « Ce serait un dangereux précédent car n'importe quel Etat l'opposerait pour imposer ses décisions à l'Union, à l'avenir », redoute une source diplomatique européenne.

    Dans ce communiqué de l'UE, en tout cas, les dix-huit Etats participant à la Maison Schengen disent rester ouverts au dialogue mais laissent à Kinshasa, même s'ils le regretteraient pour la population congolaise, « le choix souverain de refuser, à leurs ressortissants, la délivrance de visas au Congo pour l'espace Schengen », ajoute un diplomate.

    Source : http://www.rfi.fr/afrique/20180203-rdc-fermeture-maison-schengen-union-europeenne-belgique-visas

    Les 24H BD de Woluwe-St-Lambert 2018 annulées. Voici pourquoi !


    1 commentaire
  • Wolu1200 : Alice pleure son doudou ! L'avez-vous trouvé ?

    Ce doudou a été perdu aux environs du square Meudon.

    Aidez Alice à le retrouver


    votre commentaire
  • Les services de l’ex-filiale d’Altice seront arrêtés à partir d’avril dans le sud, quand les communes flamandes ne seront touchées qu’en mai. Pour Bruxelles, l’interruption ne devrait arriver que plus tard dans l’année.

     

    L’heure du changement a sonné, Telenet vient de démarrer une vaste campagne de séduction auprès des clients de l’opérateur télécoms SFR Belux sur lequel il a officiellement mis la main en juin de l’année passée.

     

     

     

     

     

    Dans une série d’e-mails, couplée à de l’affichage en rue, la maison-mère de Base a décidé de passer à la vitesse supérieure pour préparer l’avenir de cette structure aux 90.000 clients… qui pourraient venir gonfler sa propre base. " 

    "Comme vous le savez peut-être déjà, SFR Belgique mettra bientôt fin à ses services. Cependant, Telenet est à vos côtés afin de faciliter votre changement d’opérateur", pouvait-on lire dans un courrier électronique adressé aux concernés. 

     

    Plus bas, une offre de "bienvenue" est détaillée avec, au programme, une réduction tarifaire d’un mois pour les populaires packs triple-play (internet, TV, téléphone fixe) Whop et Whoppa de l’opérateur, mais aussi l’installation et l’activation gratuite des nouveaux services proposés. "Souscrivez au plus vite ", conclut la filiale du géant américain Liberty Global.

    Au plus vite? La fin des services proposés par l’ex-filiale du français Altice dans le pays serait-elle donc finalement imminente, plus de deux ans après l’annonce de son rachat par Telenet? Contrairement à ce qu’a communiqué Test-Achats mardi, la fin de l’ère "SFR" n’interviendra pas à la mi-mai pou tous les clients, mais bien graduellement dans le temps et au niveau géographique. C’est d’ailleurs ce qui explique que certaines personnes ont été récemment contactées et pas d’autres.

     

    Un abonné de Woluwe-Saint-Lambert témoigne par exemple n’avoir été "informé en aucune manière" pour sa part d’une fin de service à la date mentionnée par l’association de consommateurs belge. Au contraire, "il y a un mois environ, je m’étais renseigné chez Telenet, confie-t-il, et on m’avait répondu que le basculement n’interviendrait pas avant la fin de l’année".

    Avril, début de la fin

    Interrogé, Telenet recadre la situation. "Nous avons effectivement commencé à communiquer vers l’extérieur sur la transition, mais uniquement vis-à-vis des clients de Wemmel et Drogenbos, ainsi que de ceux de la Botte du Hainaut (Chimay, Couvin, Sivry-Rance, Momignies, Erquelinnes, Beaumont et Froidchapelle, NDLR.)", indique Coralie Miserque, porte-parole. Ce sont donc eux, et seulement eux, qui sont les premiers concernés par la fin de service prochaine.

    Pour les premiers, l’opération devrait bel et bien se dérouler dans le timing qui circule, soit courant du mois de mai, quand, pour les autres, l’ultimatum frappe déjà à la porte. Les clients du sud du pays sont amenés à souscrire à un abonnement auprès de Telenet ou d’un concurrent courant "mars-avril", glisse l’opérateur.

     

    1

    Wolu1200 : Telenet le "pas vraiment" retourDu reste, pour ce qui est des résidents des six communes de la Région de Bruxelles-Capitale (Saint-Josse-ten-Noode, Bruxelles, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Lambert, Anderlecht et Molenbeek-Saint-Jean) précédemment sous drapeau SFR, l’opération ne devrait commencer que "dans les prochains mois", sans qu’un timing plus précis ne nous ait toutefois été communiqué. Une décision de taille en ce qui concerne la capitale, la majeure partie de la clientèle d’SFR Belux s’y trouvant contre "quelques milliers " seulement en Hainaut.

    Bref, en lieu et place d’une migration massive au mois de mai, il en va en fait plutôt d’ "un processus qui sera mené phase par phase, nœud par nœud ", nuance Telenet en réaction aux bruits qui courent.

    Voilà donc qui lève un coin du voile, certes, mais qui n’empêche que certains clients pourraient tout de même être surpris: en cause, le prix plus élevé de 4,23 euros/mois du pack triple-play de Telenet, Whop, en comparaison avec l’actuel Silver d’SFR Belux. "La qualité offerte n’est pas la même, nuance-t-on du côté de Telenet. Notre réseau est meilleur et l’offre différente."

    12 millions €
    Suite à l’acquisition d’SFR Belux, Telenet a annoncé des investissements de 12 millions d’euros sur 2017-2018 en vue de moderniser le réseau repris.

     

    Aventure de quinze ans

    En parallèle de l’opération de conquête des cœurs en cours, ces développements marquent résolument la fin de l’aventure SFR sur le marché belge. Arrivé dans le pays en 2003 avec le rachat de Coditel, première société belge de télédistribution fondée en 1961, la filiale du géant français des médias et des télécoms Altice entendait bien faire valoir ses services.

    Symbole de cette ambition, l’opérateur va jusqu’à en changer la marque en "SFR Belux" (après dix ans de "Numericable") début 2016… avant de baisser les bras au profit de Telenet. Une aubaine pour la maison mère de Base, le réseau concerné lui permettant d’élargir son empreinte géographique… pour un coût de 400 millions d’euros tout de même, plus un investissement de 12 millions dans le réseau sur 2017-2018.

    Dès lors, pourquoi ne pas avoir repris les clients par la même occasion? "Notre offre, nos services et notre technologie étant différents, il était délicat d’un point de vue juridique et complexe d’un point de vue pratique de faire ce choix à leur place, nous dit-on. Nous avons donc privilégié une solution d’opt-in (soit de libre choix pour le client d’opter ou non pour Telenet, NDLR.)", qui ouvre in fine la porte à cette manne pour la concurrence.

      Ligne du temps
    • 22 décembre 2016

    Annonce du rachat d’SFR Belux par Telenet

    Après un rebranding de Coditel en "Numericable" en 2006, puis en "SFR Belux" en 2016, le Français Altice conclut un accord définitif avec Telenet en vue de la vente de sa filiale belge acquise en 2003.

    • 19 juin 2017

    Feu vert de l’autorité de la concurrence

    Une semaine après l’aval de l’Autorité belge de la concurrence, la reprise est officialisée, pour un montant de 400 millions d’euros.

    •  19 mars 2018

    Fin des services dans la Botte du Hainaut, suivie par la Flandre

    Telenet vient d’entamer une opération de séduction auprès des clients d’SFR Belux dont le service va être arrêté graduellement, vers mars-avril en Hainaut et courant du mois de mai en Flandre.

    •  31 décembre 2018

    Bruxelles, d’ici la fin d’année

    Du reste, le gros morceau que représentent les communes de Bruxelles sera concerné "dans les prochains mois", sans qu’un timing précis n’ait filtré.

     

    Source et photo : http://www.lecho.be/entreprises/Telenet-enclenche-lapres-SFR-en-commencant-par-la-Botte-du-Hainaut/9994034.html

     

     

     


    1 commentaire
  • Construire soi-même ses panneaux solaires: c'est possible

    Construire soi-même ses panneaux solaires, c'est possible à WSL

     

    Vous pensez que construire ses propres panneaux solaires tient de la mission impossible ?

    Détrompez-vous: aux ateliers de la rue Voot à Woluwe-Saint-Lambert, on vous propose douze séances pour être un expert en construction de panneaux. L'assemblage est finalement assez simpleAttention, on parle bien de panneaux solaires pour chauffer son eau, pas de photovoltaïques pour produire de l’électricité, rappelle jean Motllo, professeur en techniques solaires.

    3000 euros TTC

    A la fin de la formation, l'équipe se chargera de placer les panneaux sur les toits des participants. C'est le cas chez Patrick qui a en a installé deux, juste après sa formation: l'installation me permet d'être autonome environ six mois par an pour l'eau des douches et du bain. Le système est rentable au bout de quinze ans.  

    Retraités écolos, co-propriétaires d'habitats groupés ou juste curieux, la formation s'ouvre à tous et coûte 270 euros. Tout compris, avec le boiler, et l'installation, un panneau coûtera 3 000 euros. Le faire soi-même est 10 % moins cher que le "clef sur porte". Passer par un professionnel vous donne en effet droit à des primes, ce qui compense les coûts et aligne les prix. Mais vous n'aurez pas le savoir faire et le plaisir de les avoir fabriqués vous-même.

    Source : RTBF "On n'est pas des pigeons"

    Pour lire la vidéo, cliquez sur le lien ci-dessous :

    https://www.rtbf.be/auvio/detail_construire-soi-meme-ses-panneaux-solaires-c-est-possible?id=2321608

    ou

    https://www.rtbf.be/info/societe/onpdp/detail_construire-soi-meme-ses-panneaux-solaires-c-est-possible?id=9847960


    votre commentaire
  • Notre Maison communale sous sa couronne "arc-en-ciel" en ce 12 mars 2018

     

    Merci à Sylvia pour cette magnifique photo 


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Formations informatiques gratuites


    votre commentaire
  • Les graphistes disent d'un sujet incompréhensible que c'est un pixelshit, ce qui semble être le cas du toute-boîte distribué par notre commune pour signaler les nouveaux travaux de la Région. Si l'énoncé est tout à fait compréhensible, on ne peut en dire autant des trois plans joints à cet avis qui en ont interloqué plus d'un, à voir les commentaires sarcastiques publiés sur les réseaux sociaux de Woluwe-Saint-Lambert.

    Wolu1200 : Pixelshit sur notre commune

    Wolu1200 : Pixelshit sur notre commune

    La version ci-dessous, publiée par Bruxelles-Mobilité, donnera une lecture plus accessible au commun des mortels, en particulier aux usagers impactés par ces travaux.

    Wolu1200 : Pixelshit sur notre commune

     


    votre commentaire
  • L’information tombe un peu comme un pavé dans la mare. Alors que tout le monde pensait que l’entrepreneur chargé de la rénovation des abords du château Malou allait devoir revoir sa copie, la commune de Woluwe-Saint-Lambert a finalement décidé de ne pas le poursuivre en justice.

    Wolu1200 : Château Malou: la pierre chinoise ne sera pas remplacée

    Pour rappel, il y a quelques mois (Le Soir du 2 février), le conseiller communal Jean-Claude Van der Auwera, constate la présence de palettes d’origine chinoise sur le chantier de rénovation des abords du château et ce, alors que le cahier des charges prévoit l’utilisation d’une pierre bleue du tournaisis.

    Alerté, le bourgmestre Olivier Maingain tombe des nues et précise être en possession d’attestations en bonne et due forme concernant la provenance des pierres et que celles-ci sont belges. « La commune a été trompée par la société qui a fourni un document qui s’est révélé inexact », rappelle le mayeur qui avait dans un premier temps décidé de poursuivre l’entrepreneur indélicat en justice afin d’obtenir réparation et par-delà, le remplacement des pierres chinoises.

    Mais avant d’ester en justice, le collège local s’est fendu d’un courrier à la Direction des Monuments et Sites (DMS) chargée de veiller sur le site, classé, du château Malou. Avec une question clé : « vos services autoriseront-ils une réouverture du chantier en ce site classé pour permettre à la commune d’exiger de la firme responsable un travail en tout point conforme au cahier des charges ? ».

    « Pas question de payer cette pierre cher et vilain »

    La réponse de la Direction des Monuments et site est tombée le 5 mars et elle met fin de facto aux intentions procédurières de la commune envers l’entrepreneur. Ou presque. « S’agissant de restitution de bordures de chemins, peu visibles et sans contact physique avec le château, la Direction des Monuments et Sites n’a pas un niveau d’exigences nécessitant l’usage de pierre bleue d’origine spécifique », pointe la DMS. Qui met en outre l’accent sur les désagréments que causerait inévitablement la réouverture du chantier parlant d’une « intervention inutile pour le parc qui perdrait, le temps des travaux, son usage. Or, la restitution de ces chemins s’est faite dans le but de faire profiter les riverains et usagers du parc d’une nouvelle promenade, basée sur un tracé historique ».

    Un parc qui a en outre été longtemps en chantier, le public venant seulement de se réapproprier l’espace vert. « Il serait dommage de le priver à nouveau en raison d’une intervention peu visible et sans impact sur la lisibilité et l’authenticité du parc ». En conclusion, la Direction se dit donc réticente « à la réorganisation d’un nouveau chantier dans ce parc en raison de la perte d’usage que cela pourrait engendrer pour les riverains, sans compter les dégâts potentiels que cela pourrait occasionner au système racinaire des arbres ».

    Les conséquences ne seront pas pour autant nulles pour l’entrepreneur indélicat. « La Direction des Monuments et Sites précise qu’elle sera attentive aux coûts sachant que la pierre bleue chinoise n’a pas le même prix que celle issue d’une carrière belge ou européenne, reprend Olivier Maingain. Elle adaptera sa subvention en conséquence et nous ferons donc savoir à l’entrepreneur qu’il n’est pas question de payer cette pierre cher et vilain ».

    Source : http://www.lesoir.be/144033/article/2018-03-07/chateau-malou-la-pierre-chinoise-ne-sera-pas-remplacee

    Source photo : inconnue


    votre commentaire
  • Pas contents les habitants de l'Habitation Moderne à Woluwe-Saint LambertUn habitant de l'Habitation Moderne s'est plaint, sur la page Facebook du groupe woluwéen ( https://www.facebook.com/groups/337747606310352/ ) de l'état déplorable des ascenseurs, toujours en panne, dans son immeuble du Chemin des deux maisons. Une dame, désappointée, a fait ce commentaire : "Immeuble 131 chemin des deux maison toujours en panne aussi en sachant que il y en n’a 2 et que 1 est en panne depuis quelque mois et que l’autre lâche toute les semaines !!! Arrivée avec tes courses et voire cela en sachant que tu habites au 8e, c’est très agréable !!!". Assez rapidement, il s'est avéré que cette panne n'était pas exclusive à cet immeuble de l'HB puisqu'un autre commentaire nous informait que dans le quartier du Capricorne, un autre bâtiment était atteint de ce type de "maladie" depuis près de... deux ans.

    L'ascenseur d'un autre immeuble, propriété lui aussi de l'HB et situé Rue des Déportés, serait lui en panne depuis près de... trois semaines. Les ascenseurs de l'immeuble situé à Andromède seraient très fréquemment en panne selon une résidente de ce bâtiment. Une autre résidente, découragée laisse ce commentaire sur FB : Difficile pour les personnes âgées, handicapées, en chaise roulante et la crainte de rester bloquer dans la cabine d'ascenseur..".  Au Mont Saint-Lambert no 7 nouvel ascenseur très souvent en panne aussi.  Un internaute, membre du groupe FB de Woluwe, nous signale, non sans une bonne dose d'ironie... ou de fatalisme que : "Vous avez dit en panne hihihi bien souvent un en panne et l'autre hors service". 

    Les commentaires ayant été désactivés sur cette page FB, il ne m'a pas été possible de savoir si d'autres immeubles le l'Habitation Moderne étaient atteints du même mal.

    Monsieur Pierre-Alexandre De Maere d'Aertrycke, président de l'Habitation Moderne, a réagi assez promptement à cette interpellation sous la forme suivante en s'adressant à la personne qui a publié le post qui signalait la panne d'ascenseur : 

    "Je suppose que vous avez effectué les appels nécessaires pour qu'il y ait une réaction des ascensoristes. Nous sommes actuellement en litige avec eux pour non respect des délais imposés dans les contrats concernant des pannes trop nombreuses." 

    Ce à quoi un habitant de Woluwe lui a répondu : " Comment voulez-vous que la personne qui a mis ce post puisse avoir fait les appels nécessaires avec les ascensoristes... puisque vous dites vous-même que vous êtes en litige avec ceux-ci pour non respect des délais imposés ?  N'y a-t-il pas d'autres ascensoristes disponibles sur le marché bruxellois pour résoudre provisoirement ce problème ? Il y va quand même de la sécurité et du bien être des habitants de cet immeuble."

    Monsieur Pierre-Alexandre De Maere d'Aertrycke a réagi à ce nouveau commentaire par la réponse suivante :

    "Vous comprendrez que FB n'est pas le lieu où tout se partage. Sachez en tout cas que l'HM a réagi directement et que la pression est totale par rapport l'entreprise en question, à laquelle nous réclamons des dommages en faveur des locataires lésés. L'HM a des contrats avec d'autres entreprises aussi. Ce nouvel incident va bien sûr être rajouté au dossier en cours."

    Autre commentaire de Monsieur Pierre-Alexandre De Maere d'Aertrycke publié sur un autre groupe FB de la commune qui parlait du même sujet (https://www.facebook.com/groups/emilieb/), que je vous transmets dans son intégralité ci-dessous :

    Pierre-Alexandre De Maere d'Aertrycke "La critique est aisée, la recherche de solutions et les réparations durables le sont moins. Ces installations, qui doivent répondre à un certain nombre de normes technologiques et légales, ne seront jamais à l'abri d'arrêts pour entretiens et mises en conformité, de pannes, d'usures, de mauvais usages et aussi hélas ... de malveillance. L'HM n'a bien sûr pas attendu vos posts pour réagir et veiller au bien être de ses locataires, comme son Personnel s'y emploie chaque jour du mieux qu'il peut. Si l'on peut parfaitement comprendre les désagréments subis par certains locataires, ceux-ci savent, pour la grande majorité, le sérieux avec lequel leurs demandes sont traitées. Mais tout cela, évidemment, se passe dans les rencontres avec les personnes concernées, lors de réunions avec les locataires, dans les suivis de chantiers, dans les rapports aux entreprises, dans les solutions concrètes qui sont systématiquement apportées dans les habitations et non dans des débats critiques et des étalages sur les réseaux sociaux. Ceux-ci offrent néanmoins l'avantage de poser les bonnes questions et de pouvoir y apporter quelques éléments de réponse."

    Pas contents les habitants de l'Habitation Moderne à Woluwe-Saint Lambert

    Il est à espérer que, suite à ce post publié sur FB... où tout ne doit pas se partager selon le président de l'HB, l'Habitation Moderne fera diligence pour que ces problèmes récurrents de panne d'ascenseurs soient résolus dans un avenir que l'on appellera "raisonnable".

    Comme signalé dans un commentaire, il y va quand même de la sécurité et du bien être des habitants de l'HB qui attendent des solutions à long terme et non pas des emplâtres sur jambe de bois éternellement rafistolées.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique