• Woluwe-Saint-Lambert dans le top 5 des emplacements garage/parking les plus chers.Garages et emplacements de parking sont aussi rares et recherchés que les maisons de rapport. En 2013, leur prix médian a augmenté de 5 % à 21 000 euros. Selon la commune, ils se négocient entre 15 000 et 30 000 euross.

     Dans le top 5 des prix médians figurent Saint-Gilles (32 500 euros), Ixelles et Woluwe-Saint-Lambert, suivis de Saint-Josse et Woluwe-Saint-Pierre. Soit un top qui mélange communes très urbaines et communes très... chères. Dans le bas du classement, on trouve Berchem-Sainte-Agathe (14 000 euros), Anderlecht et Jette.

    A noter qu’un emplacement de parking est parti, à Ixelles, boulevard Saint-Michel, au prix record de 66 000 euros ! « Ils connaissent une flambée des prix sans précédent, liée à une pénurie des places en rue et, dans une moindre mesure, à des actes de vandalisme sur les véhicules », commente Olivier Dubuisson, notaire à Ixelles. Mais une flambée qui ne date pas d’hier : en 2009, déjà, leur prix flirtait avec les 21 000 euros.

    Source : LeVif.be


    votre commentaire
  • Le club de football de Kraainem ouvre des stages en néerlandais. 

     A côté de chez nous... Kraainem : Football of/ou voetbal ? Le football permet de se dépenser, d'apprendre à respecter les règles et de se faire plaisir, certes, mais aussi... de parler d'autres langues ! Apprendre le néerlandais grâce au football, c'est le pari que s'est lancé Laurent Thieule, président du football club de Kraainem. Durant les vacances de Pâques, il propose des stages liant sport et études du néerlandais. Commune à facilité totalisant près de 85% de francophones, Kraainem était le lieu idéal pour une telle expérience. D'autant que le parrainage de ce projet par Marc Wilmot a ajouté un certain prestige à ce stage semi-social. Un stage d'une semaine aura lieu en avril dans ce qui s'appelle la première "Football Academy". Au programme, trois heures de cours de néerlandais le matin et trois heures d'entraînement, en néerlandais toujours, l'après-midi. Une immersion totale dont le but est d'aider les jeunes à se familiariser avec la langue dont la maîtrise est plus que nécessaire dans la capitale. Une dimension qui a particulièrement touché la Commission européenne et l'Union belge de football. 

    Ouvert à tous les enfants de la région, âgés de 8 à 16 ans, le stage a déjà enregistré une quinzaine d'inscriptions. Le club en espère près de cinquante.

    Renseignements et inscriptions : 0490/39-04-56 ou kraainemacademy@gmail.com

    source : journal Le Soir - Sophie Samaille (st.)

    Monsieur Eric Bott, échevin des sports, pourrait s'inspirer de cette excellente initiative.

    Réponse de Monsieur Eric Bott via facebook :

    Depuis maintenant deux années, la Wolu Tennis Academy, dont je suis le président, propose en partenariat avec la « Kids&Us language school Bruxelles » des stages durant les vacances scolaires alliant la découverte du tennis et l'apprentissage d'une nouvelle langue au travers de différentes activités.
    Je n'ai donc pas attendu les initiatives des autres communes bruxelloises pour mettre ce projet sur pied qui rencontre d'ailleurs un franc succès et qui a déjà reçu mon aval pour être reconduit l'année prochaine.
    Cependant, en ma qualité d'Échevin des sports de Woluwe-Saint-Lambert, il m'est impossible de m'immiscer dans la gestion quotidienne des autres clubs utilisant les infrastructures sportives communales ou privées. S'il est vrai que je préférerais voir les clubs sportifs encourager l'apprentissage des langues en proposant de nouvelles activités, je ne suis pas dans la mesure de le leur imposer.


    votre commentaire
  • « Nous sommes obligés d’assurer notre propre sécurité », c’est le triste constat de Marie-Joëlle et Patrick Tillieux ainsi que celui de leurs voisins, trop souvent victimes de vols ou de dégradations au quartier du Capricorne dans la commune de Woluwe-Saint-Lambert. Pour les Tillieux, c’en est trop ! Attaqués quatre fois en à peine huit mois, ils souhaitent plus de mesures de sécurité de la part de la commune.

    
Marie-Joëlle et Patrick ont déposé plainte
 suite à du vandalisme et des tentatives de cambriolage.

    Marie-Joëlle et Patrick ont déposé plainte suite à du vandalisme et des tentatives de cambriolage.

    Des rôdeurs, des vandales et des voleurs… «  Le quartier du Capricorne a bien changé alors que je suis née ici. Avant, il était possible de laisser tout ouvert chez soi sans avoir peur de se faire voler. Mais il n’en est plus question à présent  », déplore Marie-Joëlle Tillieux, habitante dudit quartier situé à Woluwe-Saint-Lambert. Tout comme Patrick, son époux, expliquant avoir été victime de multiples agressions. «  Quatre fois en à peine huit mois, nous avons été la cible de voleurs. Nous étions une des rares maisons a n’avoir jamais rencontré de problème. Nous avions un chien Terre-Neuve qui dissuadait les voleurs mais celui-ci est mort. Aujourd’hui, nous nous sentons impuissants car nous avons signalé ces faits mais rien n’a été fait.  » Bien entendu, les riverains voient un agent circuler avec un chien mais cette surveillance est très sporadique selon eux. «  Cela serait déjà très bien si l’on voyait quelqu’un au moins une fois par semaine  », souligne les Tillieux. Ajoutant qu’«  il n’est pas rare de voir des voitures se garer vers deux heures du matin tous feux éteints. On ne sait pas ce que les occupants viennent faire mais ils attendent plusieurs heures avant de repartir. Parfois des jeunes crient, se battent et se disent entre eux : alors t’es cap.  »

    La famille ne comprend pas pourquoi une surveillance renforcée tarde dans le quartier. D’autant que des plaintes ont été déposées et que les images de la caméra de surveillance placée devant chez eux ont été montrées à la police. On peut y voir «  des jeunes qui cassent pour casser. Seuls ou en bande, ils frappent sur le pare-brise de notre voiture à coups de poing ou encore arrachent la boîte aux lettres pour la lancer sur l’auto.  » Des actes totalement gratuits ! Ou parce que certains en profitent également pour voler les riverains. Marie-Joëlle et Patrick en ont fait les frais comme le montrent encore une fois d’autres images de la caméra. «  Un homme a visité notre voiture pendant une heure trente. Il a ainsi forcé la serrure, cassé le carreau arrière, pris une boîte dans le coffre.  » Le tout sans se presser.

    Raison à ça ? «  Il y a un sentiment d’impunité. En huit ans, ici, je peux vous dire que toutes les maisons ont été cambriolées. Ceux qui sont attrapés sont vite relâchés et il est même arrivé de demander à un voisin agressé qui a été en incapacité de travail et a dû faire des séances chez le kiné de ne pas porter plainte contre un jeune déjà connu pour 60 faits  » explique Marie-Joëlle et Patrick.

    C’est pourquoi, faute de moyens, «  les habitants se barricadent du mieux qu’ils peuvent. Nous sommes obligés d’assurer notre propre sécurité.  » une situation que les Tillieux jugent inadmissibles. «  Les maisons du quartier valent au mois 450.000 euros. N’avons-nous pas droit à un minimum de sécurité ?  » demandent-ils.

    Yolande Nimy

    Source : Sudinfo.be


    votre commentaire
  •  
     Wolu1200 : Les ponts de la Woluwe seront rasésIls se sont courageusement battus, les riverains de la Woluwe, entre l'avenue Emile Vandervelde et la rue Chapelle-aux-Champs. Depuis qu'ils avaient pris connaissance du projet de Bruxelles-Environnement de curer leur rivière et d'en restaurer les berges, ils ont tout tenté pour empêcher que ces travaux n'entraînent la disparition d'une dizaine de petits ponts datant de la Seconde guerre mondiale, témoignage d'une époque où, pour répondre aux problèmes de ravitaillement posés par le conflit, la commune avait autorisé les riverains à cultiver des lopins de terre sur la rive gauche de la rivière, et à construire des ponts pour y accéder. Mais ils ont tout perdu les riverains et pour certains, ce sont leurs souvenirs qui vont périr dans cette destruction d'une époque pas si lointaine que cela. Dès ce lundi, les travaux seront entamés, et les ponts disparaîtront. Les arguments de Michel Dieudonné, historien, n'y auront rien fait. Même celui selon lequel le site est classé depuis 1998. Le permis d'urbanisme octroyé demande de faire disparaître ces passerelles, point à la ligne et, faisons fi des états d'âme de ces nostalgiques d'une époque révolue, on abattra ce qui devra l'être. Ceci dit, l'idée de reconstruire de nouveaux ponts intégrés n'est pas à exclure. Quant à ces ponts, à la beauté toute relative mais historique, ils en auraient pourtant encore des anecdotes à raconter aux jeunes générations et à celles à venir car ils ont porté et vu tellement de misère(s) et de belles histoires que plus d'un chapitre pourrait leur être consacrés. Qui sait !!!  Lorsque l'on fêtera les cent ans de la Seconde guerre mondiale, l'un de ces ponts aura, peut-être, été sauvé de la destruction et se retrouvera au Musée des Armées, là où, en ce moment, une merveilleuse exposition nous remémore "l'histoire comme vous ne l'avez jamais vue", celle de la Première guerre mondiale.... et de certains de ses vieux ponts qui en ont tellement vu !!!!

    Source : journal Le Soir + avis personnel 

    Ancien article : 

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/les-ponts-de-la-woluwe-en-peril-a105539886

     

     

    Wolu1200 : Les ponts de la Woluwe seront rasés 

    Le dépeçage commence

    Wolu1200 : Les ponts de la Woluwe seront rasés

    Wolu1200 : Les ponts de la Woluwe seront rasés

    Déjà deux lointains souvenirs


    votre commentaire