• Telenet et Woluwe-Saint-Lambert s'écharpent en justicePasse d'armes assez tendue ce jeudi matin au tribunal de commerce francophone de Bruxelles autour du réseau câblé de la commune de Woluwe-Saint-Lambert. Installé en 1969 sur le territoire de la commune, le réseau a ensuite été exploité par Wolu TV, une ASBL créée à cet effet. Par deux contrats signés en 2007, l'opérateur Telenet a obtenu le droit d'utiliser ce réseau pour proposer à ses clients une offre de téléphonie ou des bouquets digitaux de chaînes de télévision. Ces deux contrats ont été signés pour une durée de 5 ans, étant transformables en contrat à durée indéterminée après ce terme avec une possibilité de résiliation en respectant un préavis de douze mois. Tout se déroule sans encombre jusqu'au 15 décembre 2014, date à laquelle la commune de Woluwe-Saint-Lambert décide de résilier la convention qui la liait à Wolu TV depuis 1971. La raison de cette résiliation est simple: la commune veut vendre le réseau au plus offrant. Assez rapidement, Telenet, défendue par Thomas de Meese, réagit. C'est que l'opérateur ne veut pas perdre le réseau. S'appuyant sur les deux contrats signés, Telenet agite la menace d'une indemnité de 9 millions d'euros, un montant qui ne sera pas réclamé si la commune accepte de resigner avec l'opérateur.

    Telenet et Woluwe-Saint-Lambert s'écharpent en justiceLa commune ne l'entend pas de cette oreille et finit par publier un appel d'offres pour la vente du réseau en question, précisant qu'il est inutile de remettre une offre inférieure à 8,3 millions d'euros. "Telenet fait planer la menace d'une indemnité plus chère que le prix du réseau alors que le litige ne porte que sur deux activités fournies au réseau", a plaidé Emmanuel Cornu, l'avocat de Wolu TV.

    C'est à la suite de l'annonce de cette vente que Wolu TV a résilié les conventions qui la liaient à Telenet. Aujourd'hui, si Telenet a décidé de se tourner vers la justice, c'est pour dénoncer la résiliation des conventions en question. A titre conservatoire, l'opérateur, estimant que les termes du contrat n'ont pas été respectés, réclame un dédommagement d'un million d'euros, à charge d'un expert (à désigner) d'évaluer le montant définitif du dommage.

    Connexions pirates?

    Wolu TV, défendu par Emmanuel Cornu et Thomas Derval, n'est pas en reste dans ses demandes. Bien entendu, l'ASBL veut que Telenet soit déboutée, mais elle réclame également le paiement de 144.000 euros de factures impayées. Enfin, et ce n'est pas la moindre des accusations, Wolu TV, qui reproche à Telenet d'avoir effectué des branchements pirates sur son réseau, réclame, toujours à titre conservatoire, un dédommagement d'un million d'euros. Au cours de l'audience, Telenet a défendu avec la plus grande vigueur l'existence de tels branchements, mais Wolu TV a maintenu sa position, s'appuyant, entre autres, sur un constat d'huissier.

    Le plus piquant dans cette affaire? Deux candidats avaient fait offre pour mettre la main sur le réseau câblé de la commune: Telenet et Coditel. Telenet avait mis 14 millions d'euros sur la table, contre 18 millions d'euros pour Coditel. Le critère du prix étant, dans ce cas-ci, le plus déterminant, c'est Coditel qui a emporté le morceau. Par la suite, Coditel a été racheté par SFR et SFR Belgique, plus tard, a été repris par Telenet. In fine, aujourd'hui, Telenet détient bel et bien le réseau pour lequel il mène une action en justice, réclamant des dommages et intérêts.

    Telenet attaque Wolu TV devant le tribunal de commerce francophone de Bruxelles. L'opérateur, qui dénonce une rupture de convention, réclame, à titre conservatoire un million d'euros de dédommagement.

    De son côté, Wolu TV, l'asbl en charge de l'exploitation du réseau, dénonce des branchements illégaux dans le chef de Telenet. Et réclame aussi un million d'euros.


    votre commentaire
  • Le tram 8 inaccessible aux PMR ! La STIB répond."..... au milieu des confettis et de la fanfare, Nino Peeters, en chaise roulante, ne pouvait pas rentrer dans le nouveau joujou de la Stib. Comme pour la plupart des lignes bruxelloises, l’écart entre la bordure de l’arrêt et l’entrée du tram est trop grand, et les roues de chaise roulante risquent de s’y coincer. 

    Nino Peeters est en fauteuil roulant depuis huit ans. Ce trentenaire bruxellois membre de l’ASBL Passe le message à ton voisin, se bat depuis des années pour que les PMR soient pris en compte dans les décisions politiques. Une tâche peu aisée. "Il y a un mois, nous étions heureux de venir à l’inauguration du tram 9, la ligne de tram bruxelloise la plus adaptée aux PMR. Pourquoi n’ont-ils pas pu faire de même avec cette ligne ? Tout est à revoir pour les personnes qui ont des difficultés à se déplacer."Par ce propos, Nino fait aussi référence à la station Roodebeek, qui ne dispose pas d’ascenseur. "On parle d’intermodalité, mais quand on est en chaise roulante et qu’on arrive à Roodebeek on fait quoi ? Comment prend-on le métro ?", s’indigne-t-il.

    Ne pouvant pas rentrer tout seul dans le tram, Nino Peeters, qui attendait devant les portes, a tenté de capter l’attention de Rudi Vervoort, mais s’est très vite essuyé un refus blasé de la part du ministre, pressé de rejoindre les plus festifs. C’est finalement Didier Dumont, responsable accessibilité à la Stib, qui a déployé une rampe pour faire monter Nino et une autre personne à mobilité réduite. "Le fait qu’il n’y ait que cette rampe, qui n’est d’ailleurs là que pour aujourd’hui, est un échec. Ca prouve que les choses n’ont pas été pensées pour nous, et qu’on rajoute vite ça en dernière minute."

    Source et photo : MATHILDE DE KERCHOVE                                                                               http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/la-nouvelle-ligne-de-tram-8-n-est-pas-adaptee-aux-pmr-5bae5bddcd70d3638d957f71

    Comment éteindre la polémique ?

    Réponse de la STIB

    "Le tram 8 inaccessible aux PMR ! La STIB répond.Bonjour, 

    En effet, l’accessibilité des quatre nouveaux arrêts de la ligne 8 en voiturette est difficile. Cela est dû d’une part à la hauteur des quais qui devait être compatibles avec deux types de trams les 3000 et les 2000. D’autre part plusieurs arrêts ont été construits en courbe. C’était une contrainte urbanistique qui nous a été imposée. Un arrêt en courbe crée une lacune horizontale beaucoup plus large que les arrêts en ligne droite. Nous regrettons cette situation indépendante de notre volonté. 

    Nous avons convenu avec les associations de nous mettre autour de la table pour trouver une solution à cette situation déplorable. Nous allons travailler ensemble sur un arrêt pilote et ensuite étendre les solutions mises en place aux quatre arrêts concernés. En attendant des rampes mobiles testées par les PMR vont être installées en test sur les trams de la ligne. 

    Bien à vous, 

    Aïda - STIB Officiel"

     

    Réponse en contradiction avec ce communiqué de presse

    "Le tram 8 inaccessible aux PMR ! La STIB répond.STIB - sensibilisation décembre 2018

    Bonjour,

    A l’occasion de la journée internationale de la personne handicapée, le lundi 3 décembre, la STIB aimerait organiser une semaine d’actions en interne et en externe pour sensibiliser aux difficultés rencontrées par les personnes handicapées lors de leurs déplacements et donner des clés aux collègues STIB ainsi qu’au grand public pour les aider au mieux.

    Pour cela, nous envisageons de mettre à disposition notre bus Living Together. C’est un bus qui a été totalement transformé en espace multimédia et en espace convivial d’échanges. Il permet d’aller à la rencontre du public d’une manière ludique et interactive (photos en PJ).

    Votre association, des associations membres du CAWaB ou des partenaires tiers que vous pourriez nous renseigner seraient-ils intéressés de participer à cette semaine de mobilisation ? Si oui, merci de nous déclarer un intérêt de principe. Nous prendrons rapidement contact avec vous pour évaluer et construire ensemble ce qui n’est pour l’instant qu’une idée.
    Si cela est plus facile, n’hésitez pas à nous communiquer les contacts au sein des associations membres afin que nous prenions également contact directement.

    Bien à vous,

    Amélie

    Amélie De Boel
    Référent societal - Societal & External Affairs
    SERVICE UNIT FIELD SUPPORT
    OPERATIONS "


    1 commentaire

  • votre commentaire
  • Wolu1200 : Flux migratoire infernal dans l'avenue Gilbert Mullie

    Grosse colère des habitants de l'avenue Gilbert Mullie qui n'en peuvent plus de ce flot ininterrompu de voitures de transit qui empruntent aux heures de pointe cette petite rue à caractère résidentiel comme si elle était considérée comme un "itinéraire bis" ou "route de délestage". Chaque jour aux heures les plus denses - mais pas que - c'est un charroi incessant de navetteurs impatients qui, venant du haut du "Chemin des deux Maisons" et voulant éviter le rond-point congestionné en face du Delhaize Roodebeek, contourne en amont celui-ci à hauteur de la place de la Sainte-Famille et emprunte cette petite rue. Rebelotte en fin de journée quand ces mêmes navetteurs reprennent l'avenue Gilbert Mullie dans le sens inverse. Le syndrome que vivent les habitants de cette rue n'est pas propre à celle-ci et n'est qu'un exemple parmi d'autres de ces rues que s'approprient de manière de plus en plus sauvage les navetteurs.

    Les riverains sont excédés par ce trafic intense, source de pollution sonore, olfactive (particules fines) et d'insécurité pour ses habitants dans une rue qui n'est ni prévue ni adaptée pour ce type de circulation. Les navetteurs qui l'empruntent ne respectent ni le panneau "Excepté circulation locale" ni le panneau 30 km/h et roulent trop vite ce qui pose de gros problèmes de tranquillité et de sécurité routière. 

    La commune, à de nombreuses fois interpellée par les riverains, a décidé, après consultation locale, de réaménager l'avenue Gilbert Mullie en... raccourcissant les trottoirs, semble-t-il pour améliorer le trafic, ce qui aura pour seule finalité que de provoquer un appel d'air vers un trafic de transit plus intense car plus aisé... que combattent justement les riverains en colère. L'idéal serait de décourager l'accès de cette rue aux navetteurs en les ralentissant au maximum de telle sorte que ceux-ci contourne cette rue. S'il est vrai que l'installation programmée d'un trottoir traversant, uniquement dans le haut de la rue, ralentira momentanément ce flux "migratoire", il n'en redémarrera que de plus belle après le franchissement de celui-ci. L'installation de ralentisseurs de vitesse dans le haut et le bas de la rue aurait pu être une option intéressante mais n'a, peut-être, pas été abordée ou retenue lors de cette réunion.

    L'argument de la commune quant à la décision de raccourcir les trottoirs est que celle-ci a été prise en accord avec les riverains consultés lors du projet de réaménagement de l'avenue. N'ayant pas été invité par "avis toute boîte", comme de très nombreux autres riverains de la rue, je m'interroge sur le nombre de participants à cette consultation et donc de la légitimité de cette décision ainsi que de la présentation qui a été faite aux riverains pour que ceux-ci soient favorables à des trottoirs raccourcis alors que partout dans la commune lors de réaménagements de la voirie, comme à la rue Vervloesem, les trottoirs sont élargis pour favoriser le bien-être et la sécurité des habitants, des PMR et piétons.. en transit smile. Sur le groupe Facebook de Woluwe-Saint-Lambert, une personne me disait récemment qu'elle avait l'application Waze mais qu'elle n'empruntait pas notre rue car... "j’évite votre rue trop étroite qui finalement ne me fait pas gagner du temps !". 

    Ce coup de colère des riverains de cette rue n'est pas une exclusive et pourrait être multiplié par dix au vu des nombreuses autres situations similaires vécues dans d'autres quartiers "saturés" de Woluwe-Saint-Lambert.

    A qui la faute de ce trafic injustifié dans cette petite rue aux heures de pointe ? 

    A la congestion de la circulation importante dans la descente du "Chemin des deux Maisons" à hauteur du petit rond-point en face de l'église mais aussi et surtout à la congestion automobile à hauteur du rond-point aux abords du Delhaize Roodebeek.

    L'application mobile Waze n'est pas non plus étrangère au problème de cette petite rue... et de bien d'autres. Ce type d'application fait ainsi emprunter aux automobilistes un itinéraire de substitution pour éviter les files. Résultat: les petites rues des communes situées aux abords des grands axes sont complètement bouchées aux heures de pointe.

    Face au phénomène récent WAZE, certaines communes ont donc décidé de s'attaquer à ce problème. Comment ?

    Exemple à Kortenberg. Dans cette commune, les autorités ont installé des caméras qui reconnaissent automatiquement les plaques de voiture. On parle de caméras ANPR. Certaines applications conduisent les automobilistes dans des zones réservées à la circulation locale. Pour rappel, dans les zones classées comme "circulation locale", seuls les véhicules des riverains et des personnes se rendant ou venant de chez l'un d'eux, y compris les véhicules de livraison, y ont accès. Les véhicules des services d'entretien et de surveillance, les véhicules prioritaires, les cavaliers et les cyclistes y sont également admis. Tout autre véhicule est interdit. 

    Wolu1200 : Flux migratoire infernal dans l'avenue Gilbert MullieSi vous passez trop souvent, en heure de pointe, par les rues de la commune sans être riverain: c'est l'amende garantie. L'amende s'élève à 55 euros. 

    Visiblement, la sanction fonctionne car depuis l'installation du système, le trafic a fortement diminué. La commune a distribué jusque 100 amendes par jour. 

    D'autres communes concernées autour de grands axes comme Overijse ou Wemmel songent à emboîter le pas. 

    Qu'en sera-t-il de notre commune qui serait bien inspirée, dans certaines situations extrêmes, de réfléchir à une installation judicieuse de ces caméras qui pourraient dissuader les navetteurs de s'engouffrer par flot ininterrompu dans ces rues qui n'ont pas pour vocation d'absorber autant de trafic en si peu de temps? 

    Une migration automobile soft oui mais là... trop c'est trop !

     

    Wolu1200 : Flux migratoire infernal dans l'avenue Gilbert MullieA terme, 660 habitations vont fleurir sur le complexe Greenwood dans le haut du "Chemin des deux Maisons". Sachant que chaque famille possède au minimum 2 voitures, cela fera pas moins de 1200 véhicules qui se jetteront dans ce "chemin" qui est déjà un bourbier journalier. Que font les autorités communales pour pallier à ce piège à automobiles ??? Et que l'on ne me dise pas que l'on ne savait pas ce qui allait arriver ! J'ai déjà interpellé à ce sujet les autorités communales il y a plusieurs années... en vain! Il est vrai aussi que ces 660 logements vont rapporter pas mal de taxes communales smile. Pour être honnête, il est tout aussi vrai que certaines voiries sont régionales et que la communale n'a pas les coudées franches dans ce dossier compliqué mais pas insurmontable. Peut-être faut-il un peu de courage politique !

    Voir lien publié en... 2014 : 

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/woluwe-saint-lambert-le-val-d-or-va-t-il-etouffer-le-chemin-des-deux-m-a106863306

     

                                             Delwart M.

     

     

     


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Qui a dit que les élections communales ne seraient pas humoristiques dans notre commune ?

    Et comme dirait l'internaute qui a publié cette photo : "Et toutes mes excuses aux listes et personnes absentes sur la photo".


    votre commentaire
  • Dix communes bruxelloises se sont jointes à l'action en cessation environnementale de la Région de Bruxelles-Capitale contre l'Etat fédéral pour violation des normes de bruit liées aux activités de l'aéroport de Zaventem. Il s'agit d'Auderghem, Berchem-Sainte-Agathe, Etterbeek, Ixelles, Jette, Schaerbeek, la Ville de Bruxelles, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Dix communes bruxelloises contre l'Etat dans le dossier du survol Lambert et Woluwe-Saint-Pierre, a indiqué le cabinet de la ministre bruxelloise de l'Environnement, Céline Frémault, à L'Echo.

    Cette action de la Région bruxelloise a été introduite en juin, un an après une première condamnation de l'Etat à effectuer des ajustements quant aux survols de la route du canal, de celle du ring et de l'axe de la piste 01 sur le sud-est de Bruxelles. Depuis juin, dix communes bruxelloises se sont donc jointes à cette nouvelle action de la Région.

    Selon une note interne au gouvernement bruxellois, le taux de violation atteint 55 à 64% dans la zone du canal. Les vols de nuit qui passent au-dessus du sonomètre de Woluwe-Saint-Pierre enregistrent plus de 90% d'infractions.

    "L'Etat n'a mis en oeuvre aucune mesure concrète pour faire cesser à court terme ces violations, ou même les réduire", déplore la note bruxelloise. Le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot répète qu'une étude d'incidence des activités de l'aéroport a été commandée.

    Source : www.levif.be/actualite/belgique/dix-communes-bruxelloises-contre-l-etat-dans-le-dossier-du-survol/article-normal-886123.html

    Lien utile : 

    http://et-notredevenir-il-est-ou.eklablog.com/survol-de-bruxelles-qui-a-dit-que-le-mr-pactisait-avec-le-diable-a148440620

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires