•  Grosse boulette à Woluwe-Saint-Lambert: les pompes funèbres incinèrent le mauvais corpsGrosse boulette à Woluwe-Saint-Lambert: les pompes funèbres incinèrent le mauvais corps

    Le corps d'une nonagénaire a été incinéré par erreur à Woluwe-Saint-Lambert. C'est la maison de repos où elle résidait qui à l'origine de cette bourde. LA famille de la nonagénaire a porté plainte.

    Une nonagénaire décédée la semaine dernière dans une maison de repos de Woluwe-Saint-Lambert (La Charrette) a été incinérée par erreur, alors qu'elle devait être enterrée dans le caveau familial au cimetière de Bonlez (Chaumont-Gistoux). La famille de la défunte a porté plainte, révèlent plusieurs médias.

    Affaire à suivre en justice

    La défunte devait être enterrée dans le caveau familial aux côtés de son mari. Sa fille avait dès lors demandé que son corps soit gardé à la morgue de la maison de repos jusqu'à l'arrivée des pompes funèbres. Mais le responsable des pompes funèbres devant prendre en charge la dépouille a été prévenu par le directeur de la maison de repos que le corps de la défunte avait disparu. Il avait été enlevé, par erreur, par des pompes funèbres de Woluwe-Saint-Lambert, à la place du corps d'un homme décédé la semaine précédente. C'est donc le corps de la défunte qui a été incinéré et ses cendres ont été dispersées. La famille de la défunte a porté plainte et ira en justice contre les pompes funèbres de Woluwe-Saint-Lambert. 

    Source : RTL.info

    Autre lien en rapport avec cette triste histoire

    http://www.dhnet.be/actu/faits/incroyable-les-pompes-funebres-incinerent-le-mauvais-corps-532ca50835707711f4ada396


    votre commentaire
  • Article découvert sur la page facebook d'Emmanuel Lothaire
     
    Ou comment se faire rouler dans la farine avec l'aval des autorités sensées vous défendre. Les ponts sur la Woluwe du sentier du Vellemolen ont disparu, on peut apprécier la qualité du nouvel aménagement du site.

     Les ponts de la Woluwe.... suite !!!Pourquoi l'IBGE score 3 fois?

    1. Le curage de la Woluwe est indispensable pour la lutte contre les inondations;
    2. l'aménagement du sentier pédestre ajoute une plus-value à la promenade verte;
    3. dans le match indécent Région-communes, l'IBGE confirme son rôle de rouleau-compresseur.

    Les riverains ont réagi tardivement et de manière désordonnée (espérons qu'ils ont gardé un enregistrement de leur passage pathétique au JT), les passerelles donnaient certes un charme au lieu, mais mal entretenues leur occupation aurait pu se terminer dans la rivière...

    En pleine campagne, la commune a temporisé et peut sembler crier victoire: les passerelles détruites pourront être reconstruites... avec l'autorisation expresse de l'IBGE (rêvons), avec permis d'urbanisme (rêvons encore plus) et avec des exigences techniques impayables (réveil... gueule de bois).

    Un dossier mal ficelé ou tout le monde est finalement perdant.

     

     

    votre commentaire
  •  

     

      LE BRUXELLOIS.... Ça est quand même tof le bruxellois !!!

     

    Le Bruxellois, qui est un dialecte flamand mélangé à du français, se perd petit à petit.

    Certaines expressions bruxelloises font cependant encore florès. (och erme, fieu, ça n'est pas de Bruxelles cette dernière expression)

    Relisez Tintin, c'est plein de termes bruxellois transformés en noms propres

     

      LE BRUXELLOIS.... Ça est quand même tof le bruxellois !!!


    votre commentaire
  •  

     Envie de couques, croissants, tartes et pains haut de gamme ?Woluwe-Saint-Lambert est une commune référence en qualité de boulangeries patisseries artisanales "haut de goût"

    Il fut un temps où les rues de la capitale fleuraient bon les odeurs de pains chauds et de pâtisseries faites à l'ancienne. Aujourd'hui, les enseignes artisanales se font de plus en plus rares laissant leur place à des "dépôts de pain" de qualité !!! industrielle. Le guide "Secrets d'artisans", auteur Xavier Mouffe, rend hommage aux artistes-artisans amoureux du "bien et bon faire".

    Voici quatre adresses woluwéennes à déguster sans modération

    Boulangerie-Pâtisserie DEBAERE avenue Heydenbergh, 20

    Foule silencieuse et disciplinée prête à attendre le temps qu'il faudra pour des douceurs à se pourlécher les babines.

    Boulangerie-Pâtisserie ERARD avenue Prekelinden, 79

    26 sortes de pains, tarte frangipane avec confiture et petits raisins, cake normand......

    Pâtisserie BRIES avenue Gribaumont, 75

    Plus de 80 ans que cette adresse existe. La devise : satisfaire les clients avec des produits exclusivement naturels...

    Boulangerie L'Atelier de Quentin rue Voot, 4

    Voilà un jeune courageux et entreprenant. Si, si, ça existe encore. Le pain, c'est son âme. Quant aux pains sur pierre.... ils sont à s'en damner. http://lesmiroirsdelombre.com/2014/01/latelier-de-quentin-le-maitre-du-pain/

    Mais aussi... vidéo de "On n'est pas des pigeons" sur les machine à pain avec la participation de Quentin "Atelier de Quentin", ouvrez la vidéo à la minute 17:50  http://www.rtbf.be/video/detail_on-n-est-pas-des-pigeons?id=1904550

    Cette liste n'est pas exhaustive et peut s'enrichir de vos "Coups de Coeur" que vous pouvez rajouter aux commentaires ou, sur demande, à cet article.


    votre commentaire
  • Nettoyage de printemps au parc de Roodebeek

    Nettoyage de printemps au parc de Roodebeek

    Le parc de Roodebeek, espace de verdure très fréquenté par les habitants de notre belle commune, est, ce n'est un secret pour personne, dans un état déplorable depuis de trop nombreux mois. Déjà, en août de l'année dernière, je m'en étais inquiété auprès de Monsieur Matgen, échevin de l'Environnement de notre toujours belle commune. Depuis, de trop timides initiatives ont été engagées par la commune comme le redressement d'une toute petite partie des clôtures qui étaient en piteux état.

    Dans un courriel récent envoyé à Monsieur Matgen, je me suis permis de lui rappeler mes précédentes interrogations. Ci-joint la réponse de l'échevin de l'Environnement.

    "Monsieur Delwart,

    Je me réfère à votre courriel du 18 février, lequel a retenu toute mon attention.

    Comme je vous l'avais signalé dans un mail l'année passée, j'ai demandé au service communal en charge des espaces verts de redresser les clôtures qui s'étaient affaissées. Ce travail a été réalisé mais comme vous avez pu le constater la stabilité des clôtures demeure encore fragile à certains endroits, voire impossible dans d'autres, en particulier dans la partie haute du parc. Ces clôtures là seront d'ailleurs bientôt retirées du site. Des travaux de nettoyage de la zone arborée ont également été réalisés cet hiver.

    En ce qui concerne la rénovation du parc proprement dite, nous attendons l'officialisation du classement du parc par la Commission des Monuments et Sites. Notre dossier de régularisation est introduit. Nous n'attendons plus que la décision de la Commission pour mettre en œuvre nos projets car celle-ci permettra notamment l'obtention de subsides pour le financement des travaux lourds de rénovation du parc. Cette décision est attendue pour le courant de cette année.

    Entre-temps, j'ai  demandé qu'un projet de réaménagement du parc soit élaboré cette année afin que la dépense liée à ce réaménagement soit inscrite si possible au budget de l'année prochaine.

    Ce projet inclura la pose de nouvelles clôtures (plus résistantes), ainsi qu'une aire de liberté pour chiens (que les maîtres pourraient laisser courir sans laisse) dans la partie haute du parc. Ce projet devrait également comprendre un parcours didactique. Enfin, la rénovation de la plaine de jeux qui se situe également dans le périmètre de classement du parc pourra également être entamée.

    Je vous demande donc encore un peu de patience car il ne serait pas raisonnable d'entamer des travaux d'investissement tant que le dossier de régularisation est en examen au niveau de la Région.

    Espérant ainsi avoir pu vous apporter un nouvel éclairage sur le devenir de ce parc, je vous prie, Monsieur Delwart, d'agréer l'expression de mes sentiments les meilleurs.

    Gregory Matgen

    Echevin de l'environnement et du développement durable"

    Dont acte....

    Nettoyage de printemps au parc de Roodebeek !!!Si je puis me le permettre, je suggère à Monsieur Matgen de s'inspirer du choix récent de la commune voisine, et amie, Auderghem quant à l'installation de nouvelles clôtures. Notre échevin pourra ainsi constater que ces clôtures, elles, sont plus en adéquation avec la rugosité du terrain et, il faut le dire, le manque de civisme de certains promeneurs destructeurs !!! Quant aux promenades de chiens sans laisse, je rappelle qu'une dérogation (peu connue du public et de certains policiers) permet aux maîtres de promener leurs chiens sans laisse dans le haut du parc de Roodebeek.

    Nettoyage de printemps au parc de RoodebeekNettoyage de printemps au parc de Roodebeek

     

     

     

     

     

     

     Cliquez sur les photos pour les agrandir 

    Nettoyage de printemps au parc de Roodebeek

     

     


    1 commentaire
  • BRUXELLES L'homme politique et fondateur du CDF a succombé à une crise cardiaque. Il avait 66 ans, marié et père de 4 enfants.

    Benoît Veldekens était en charge du Budget et des Finances dans la commune de Woluwe-Saint-Lambert depuis 2006. Ce mardi, il est décédé d’une crise cardiaque à l’âge de 66 ans.

    "Nous sommes attérés car 66 ans, c’est encore jeune. C’était une personne extrêmement sympathique”,confie-t-on du côté de la commune de Woluwe-Saint-Lambert. “On ne sait pas encore qui le remplacera. C’est beaucoup trop tôt pour décider.”

     

     Wolu1200 : Décès de Monsieur Benoit Veldekens, échevin des Finances

    Conseiller communal depuis 1988 et ancien député bruxellois PSC, l’homme s’était présenté comme indépendant sur la Liste du Bourgmestre conduite par Olivier Maingain et Georges Désir en 2006. L’édile était également premier auditeur à la Cour des comptes.

    En 2002, Benoit Veldekens avait créé le parti CDF (Chrétiens démocrates fédéraux) suite au passage du PSC en cdH. Il en avait quitté la présidence en 2006 pour se consacrer à ses tâches communales. 

    Biographie complète communiquée par Woluwe-Saint-Lambert:

    Diplômé en droit et en science économiques appliquées, Benoît Veldekens commencera sa carrière en travaillant pendant un peu plus d’un an pour une grande société agricole belge à Sumatra, où il réalisera également pour le ministre indonésien de la recherche une étude sur le développement de l’agro-industrie dans l’Asie du Sud-Est. De retour en Belgique, il est engagé comme juriste au ministère des travaux publics. Sa carrière se poursuit comme auditeur à la Cour des comptes, chargé des dossiers traitant de la Défense nationale. 


    En 1982, il est engagé comme conseiller au cabinet du ministre de l’Intérieur et de la Fonction publique, Mr. Charles-Ferdinand Nothomb. Il participe à la réforme et à la rationalisation du secteur public de l’Etat. Fonction qu’il exercera jusqu’en 86’, avant de reprendre son travail à la Cour des comptes. En 1985, il décide de se lancer lui-même en politique en étant candidat à la Chambre aux élections fédérales. 


    Candidat aux élections Régionales de 1995 , il décroche un mandat de député régional au Parlement bruxellois. 


    Benoît Veldekens se présente aux élections communales de 1988 à Woluwe-Saint-Lambert et est élu conseiller communal du parti social-chrétien (dans l’opposition). Fonction qu’il conserve aux élections de 1994 et 2000. 
    En 2002, lors de la mutation du parti social-chrétien en centre démocrate humaniste, Benoît Veldekens qui ne se sent plus en phase avec cette mutation et les orientations prises par ce parti, fonde avec Dominique Harmel une nouvelle formation politique. 


    En 2005, il choisit de rallier la majorité au sein du Conseil communal et se présente comme candidat indépendant sur de la Liste du Bourgmestre en 2006. Il devient échevin des finances, des marchés publics, des achats, de la politique énergétique, des relations avec les communautés européennes et de la solidarité internationale. 


    Réélu échevin en 2012 , il était chargé des compétences du budget, des finances, des achats, des relations avec les communautés européennes, de la solidarité internationale et des jumelages. 


    Benoît Veldekens est décédé d’une crise cardiaque ce mardi 18 mars, il était âgé de 66 ans, marié et père de 4 enfants. 

    Source : lalibre.be 

    PA.D., AVEC RÉDACTION EN LIGNE  Publié le mercredi 19 mars 2014 à 09h47 - Mis à jour le mercredi 19 mars 2014 à 11h41


    3 commentaires
  •  Alerte au smog !!!!


    votre commentaire
  • A côté de chez nous : La Deuche en fête à Haren Sa silhouette a traversé des décennies sans se démoder; son concept et sa simplicité lui ont permis de durer comme peu d'autres modèles de voitures. Je parle bien sûr de la 2 cv Citroën.

    C'est en 1935 que l'idée d'un modèle de TPV (toute petite voiture) est née dans la tête du dirigeant de la marque aux chevrons. Le cahier des charges précisait: "Quatre places assises, 50 kg de bagages transportables, 2 CV fiscaux, traction avant, 60 km/h en vitesse de pointe, boîte à trois vitesses, facile d'entretien, possédant une suspension permettant de traverser un champ labouré avec un panier d'œufs sans en casser un seul, et ne consommant que 3 litres aux 100 kilomètres. Elle doit pouvoir être conduite facilement, par un débutant."

    Fin des années 30, les premiers prototypes voient le jour, mais ceux-ci doivent être cachés pendant la deuxième guerre mondiale. Ce n'est qu'en 1948 que la 2cv sera présentée au public lors du salon de l'auto de Paris. au fil des années, elle évoluera peu si ce n'est  quelques modifications "cosmétiques" et au niveaux des performances, sa vitesse maximum passera progressivement de 60 km/h à 120 km/h pour les derniers modèles.

    Le constructeur proposera aussi des variantes comme la Dyane, l'Ami8, la Méhari, la LNA (ma première voiture...)... Sa production ne s'arrêtera qu'en 1990.

    Mais elle compte encore de nombreux passionnés. C'est le cas du "BRUSSELS DEUCHE CLUB". Lors de "HAREN en FÊTE", ce club organise un rassemblement de Deuches sur la place de notre village. Ils proposeront aussi des balades, histoire pourquoi pas de vous mener au pont de Buda (autre lieu à visiter ce WE) ou d'enfin apprécier les pavés de la rue du Pré aux Oies et de la rue du Dobbelenberg grâce  l'incomparable suspension de cette voiture mytique. Et puis, si le temps le permet, je vous rappelle que les 2cv sont des décapotables...

    Rassemblement de 2cv, les 29 et 30 mars 2014 de 10 à 18 heures rue Cortenbach à Haren

    Source : http://haren.blogs.sudinfo.be/archive/2014/03/16/haren-en-fete-les-deuches-103783.html


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

     Le rayonnement des ondes GSM est-il nuisible ou pas ?

     

    Je vous propose de découvrir ce site créé par des citoyens bruxellois qui regorge de réponses aux questions que vous vous posez, peut-être !!!

    Bonne lecture.

    Cliquez sur le lien suivant : http://comitepuccini.wix.com/index

     

     

    Liens en rapport avec ce sujet : 

     Le rayonnement des ondes GSM est-il nuisible ou pas ?http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/rtl-info-parle-du-combat-des-riverains-de-la-sainte-famille-contre-l-i-a105445364

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/l-eglise-de-la-sainte-famille-risque-t-elle-de-rendre-malade-ses-ouail-a103714380

    http://ondesscienceetmanigances.fr/                    

     


    votre commentaire
  • Les édifices surplombant la rivière ont été détruits ou démontés. « Un accord a été conclu en vue de reconstruire de nouvelles passerelles », affirme la commune. « Nous avons été trompés », répondent certains ces riverains.

     

                               Saga des ponts de Woluwe : Qui dit vrai ? Qui dit faux ?

    Voit-on enfin le bout du tunnel dans la saga qui mobilise les riverains de la Woluwe, entre l’avenue Emile Vandervelde et la rue Chapelle-aux-Champs ? On peut sans doute le voir comme cela. Pour rappel, leur mobilisation fait suite au projet de Bruxelles Environnement de curer leur rivière et d’en restaurer les berges. Ils ont tout tenté, jusqu’à faire barrage de leurs corps, la semaine dernière, pour empêcher que ces travaux n’entraînent la disparition d’une dizaine de petits ponts de bois datant de la Seconde guerre mondiale. Témoignage d’une époque où, pour répondre aux problèmes de ravitaillement posés par le conflit, la commune avait autorisé les riverains à cultiver des lopins de terre sur la rive gauche de la rivière, et à construire des ponts pour y accéder (Le Soir des 28 décembre, 1er et 6 mars).

    Mercredi soir, après une réunion avec les habitants on annonçait qu’une solution était en vue. « Les autorités communales relayant les souhaits des riverains, ont finalement pu apaiser la situation en obtenant un accord avec les instances régionales, qui permettra la reconstruction de nouvelles passerelles à l’issue du chantier », peut-on lire dans un communiqué du cabinet du bourgmestre de Saint-Lambert, Olivier Maingain. Dans lequel on rappelle que la commune n’a pas force de décision dans ce projet relevant de la compétence régionale. En soulignant que Bruxelles-Environnement s’était initialement engagé à œuvrer en deux temps avec une première phase (en mars) pour nettoyer le cours d’eau et préparer le site et une seconde (à l’automne), pour l’élargissement du lit de la rivière qui nécessitait alors le démontage des passerelles.

    « Ce délai aurait laissé le temps aux riverains d’introduire des demandes de permis afin de pouvoir éventuellement reconstruire les passerelles à l’issue des travaux. Mais le 24 février, coup de tonnerre : les habitants ont été avertis, par courriel, que le service urbanisme de la Région a refusé que les travaux soient faits en deux phases et que les travaux débuteront donc la première semaine de mars par le démontage des passerelles… Ce qui a suscité la colère des riverains ».

    Ce mercredi, après de nouvelles tractations avec les différents acteurs régionaux (Monuments et sites, Bruxelles-Environnemenrt, Urbanisme régional Bruxellois), le cabinet du bourgmestre a donc annoncé qu’un accord avait été trouvé, « satisfaisant chacune des parties ». Saga des ponts de Woluwe : Qui dit vrai ? Qui dit faux + vidéo ?

    « Tromperie, estime pour sa part Danielle Caron (conseillère communale). Tous les ponts sont aujourd’hui détruits, ça, c’est la réalité. Et si le bourgmestre parle de reconstruire, de combien de passerelles parle-t-on, une, deux ? En transformant au passage des bouts de jardins en servitude ? La plupart des riverains sont perdus, des arbres ont été abattus, les berges abîmées et ce, alors que ce matin encore un ouvrier m’a assuré qu’il aurait été tout à fait possible de curer la rivière sans retirer les passerelles. ».

    Même dépit du côté de Michel Dieudonné, riverain. « Nous nous sentons roulés. Avec de vagues promesses mais plus de ponts. Mardi soir, le bourgmestre a annoncé qu’il enverrait un courrier à tous les habitants, nous ne l’avons toujours pas reçu alors que, dès le lendemain, il disait à Bruxelles-Environnement que tous les habitants étaient d’accord pour la destruction des ponts ». Reste que les passerelles pourront être reconstruites. « Avec une demi-douzaine d’agences qui devront donner leur aval, on en a pour des années ».

    Contacté jeudi, Olivier Maingain dénonce une tentative de récupération politique face à laquelle il se dit très serein. « Lors de la réunion tenue mardi, personne, je dis bien personne parmi les riverains n’a soulevé la moindre protestation ou critique. La commune n’étant pas compétente dans ce chantier, j’aurais pu m’en laver les mains et inviter les gens à plaider leur cause devant Bruxelles-Environnement mais ce n’est pas ce que j’ai fait ». Résultat à la clé, répète le mayeur. « Nous avons obtenu ce qui n’était pas du tout accepté à la base par certains services régionaux ». Quant au nombre de passerelles à reconstruire… « Les dossiers seront analysés au cas par cas mais il y en aura moins, j’ai évoqué la possibilité de créer par exemple des passerelles pour deux jardins. Et je rappelle que nous financerons nous-mêmes le placement de ces passerelles avec des modèles qui seront en outre respectueux des normes de sécurité, ce qui n’était pas le cas ».

     Source : Le Soir - Patrice Leprince

     Saga des ponts de Woluwe : Qui dit vrai ? Qui dit faux + vidéo ?

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Les ponts de la Woluwe: Mise au point d'Olivier Maingain, Bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert

    via YouTube Capture
    YOUTUBE.COM|PAR UC2PQLHFJXPLFRMJJZI4ML9A
     

     


    votre commentaire
  • Bin oui, le printemps est de retour !!!!

    Etang des Sources Woluwe-Saint-Lambert

    Bin oui, le printemps est de retour !!!!

    Etang du Rouge-Cloître Auderghem


    votre commentaire
  •  

     Les ponts de la Woluwe... suite et toujours pas fin

    Pour rappel, ces vestiges de la Seconde Guerre Mondiale doivent être détruits pour que Bruxelles Environnement puisse réaliser ses travaux de curage de la rivière et de rénovation des berges. Mais ce chantier est en partie interrompu, car des riverains se positionnent sur les ponts dès que les grues se mettent en action.

    Ce qu'ils dénoncent, c'est qu'il n'y a aucune garantie de remplacement de ces passerelles après leur destruction. "Je déplore le manque total de concertation, voir le mépris de l’agence bruxelloise vis-à-vis de ces habitants, déclare Michel Dieudonné (historien et habitant du quartier).Les associations qui sont chargées de défendre le patrimoine sont précisément celles qui s’acharnent à le détruire. L’IBGE joue le rôle du promoteur immobilier d'il y a 20 ou 30 ans."

    Dans la rue de la Rive, c'est l'impasse! "Les riverains sont là, ils essaient de maintenir leur passerelle et donc nous essayons de les soutenir le mieux possible, commente Eric Bott (bourgmestre faisant fonction à Woluwe-Saint-Lambert). Le permis a été octroyé par la Région bruxelloise. Et les Monuments et Sites ont aussi envoyé un courrier à l’IBGE, comme quoi il n’y avait pas de raisons de les enlever. Nous sommes un peu dans une impasse."

    Une réunion entre la commune et les riverains a eu lieu dimanche soir. Le bourgmestre a promis de rencontrer les ingénieurs de Bruxelles Environnement ce lundi en fin de matinée. Il entend les convaincre de la valeur affective et historique des petits ponts et de la nécessité d'assurer, si pas leur sauvegarde, en tout cas leur remplacement.

    Arnaud Farr

    Source : RTBF

    12/4/14 : Monsieur Olivier Maingain a signalé, sur Bel-RTL ce matin, que les ponts/passerelles seraient réaménagés mais dans... des matériaux qui respecteraient les normes actuelles en vigueur. 

    13/4/14 : Selon la "Libre" de ce matin,

     Woluwe-Saint-Lambert : Solution pour les ponts de la Woluwe?

    La saga autour de la dizaine de passerelles surplombant la Woluwe, dont les autorités régionales souhaitaient la destruction afin de nettoyer le cours d’eau, va peut-être trouver son dénouement. C’est en tout cas ce qu’affirme Olivier Maingain, le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert. Selon lui, les riverains acceptent la destruction des ponts si une partie d’entre eux sont ultérieurement reconstruits."Faux !", s’insurge la conseillère communale Danielle Caron pour laquelle "tous les riverains n’ont pas marqué leur accord".

    J. Th.

     

     Lien utile : https://www.facebook.com/groups/394233900643422/permalink/662292193837590/


    votre commentaire
  • Wolu1200 : Chat diabétique en danger perdu rue Dries


    votre commentaire
  •  

     Etre SDF à Woluwe-Saint-Lambert !?!

     

    Bonjour,

    Je m'autorise à intervenir indirectement sur le blog de Michel pour vous raconter une histoire vraie qui concerne une personne que je connais bien. Un soir, alors que j'étais alitée, j'avais besoin que l'on sorte mon chien et cette personne est venue me prêter main forte. Elle est, cependant, revenue quelques minutes plus tard, assez décomposée... Un homme, un SDF assis sur un banc, un vieux GSM en mains, semblait ne plus être conscient... à une heure, si je ne m'abuse, dite de pointe et donc de grand passage, soit 18 h. Mais personne, hélas personne, n'a remarqué cet homme !!! La personne qui promenait mon chien, a appelé les secours et est revenue chez moi chercher une couverture pour recouvrir le SDF car la température extérieure était proche de zéro.

    Fait sociétal banal n'est-ce-pas ??? où il n'est pire aveugle que celui qui ne veut voir !!!

    Ce n'est pas en qualité de moralisateur que je souhaite me poser mais simplement en être humain.

    Où sont les relations humaines, comment s'inscrivent-elles ?

    En tout état de cause, merci mille fois à cette personne (qui souhaite garder l'anonymat) d'avoir fait ces démarches "humaines", d'avoir bien voulu voir, lui !!!

    V.D

     Etre SDF à Woluwe-Saint-Lambert au milieu de l'indifférence totale !?!Je me souviens, bien-sûr, de ce triste événement qui m'a été conté. Ce qui me choque, ce sont ces nombreuses personnes qui sont passées devant ce SDF en feignant la transparence de cet homme. Le plus grave est que cela s'est passé dans le petit parc devant la maison communale de Woluwe-Saint-Lambert où les piétons sont nombreux puisque le métro Tomberg est tout près. Heureusement que grâce à la présence d'esprit de ce "bon samaritain" le SDF a été sauvé.

    Delwart M. 

     


    2 commentaires
  • Voilà une excellente idée qui pourrait être proposée au refuge CatRescue ( http://www.catrescue.be/ ) à WSL. Ce refuge très dynamique qui s'investit avec passion pour nos amis chats pourrait, peut-être, s'inspirer de cette géniale initiative.

    Offrir un peu de réconfort à des chats abandonnés tout en encourageant des enfants à s'entraîner à la lecture : c'est le but du programme "Book Budies", initié par le refuge américain Animal Rescue League of Berks County.

    Une photo si touchante

    Des enfants font la lecture aux chats d'un refuge pour les apaiser et les réconforter 

     Une belle initiative dont on parle aujourd'hui aux 4 coins du monde, grâce à la magie du web ! Il aura en effet suffit d'une photo postée sur Reddit pour que des milliers d'internautes s'intéressent au refuge pennsylvanien, et saturent son site Internet. Il faut dire que ce cliché montrant un chat blotti contre un petit garçon est exrtrêmement touchant.

     "Les chats trouvent le son rythmique de la voix très réconfortant et apaisant" affirme le refuge, et les enfants prennent goût à la lecture tout en prenant conscience du sort de tant d'animaux abandonnés vivant entre les murs des refuges. Comment ne pas saluer et soutenir ce programme ?

    Il n'est d'ailleurs pas le premier en son genre. Il y a quelques semaines en effet, un projet similaire, a été mis en place par un refuge de l'Ohio en partenariat avec un collège.


    votre commentaire
  • Mine de rien, un petit tremblement de terre s’est produit le 1 er janvier dernier, à l’échelon communal. Depuis le début de l’année 2014, la loi Milquet est entrée en vigueur. Une loi qui renforce considérablement le pouvoir de répression des 19 communes bruxelloises en matières d’incivilités. Une canette jetée sur le trottoir ? Une voiture mal stationnée ou du tapage nocturne ? Les sanctions administratives communales (SAC) existaient déjà pour vous rappeler à l’ordre. Mais la nouvelle loi permet aux communes de durcir encore le ton. Les montants maximaux des amendes passent ainsi de 250 € à 350 €, tandis que les bourgmestres reçoivent le pouvoir de décider, sous conditions, d’une interdiction temporaire de lieu public.

    Mais une seule mesure a vraiment suscité la polémique, au cours des derniers mois : la possibilité pour les communes qui le souhaitent d’abaisser de 16 ans à 14 ans l’âge à partir duquel un jeune peut être sanctionné. Trois entités de la zone Ouest (Berchem, Jette et Koekelberg) sont clairement partisanes. "Allez expliquer à une victime que le coupable n’est pas puni parce que c’est un jeune ! Le message est : aucune impunité !", s’exclame Philippe Pivin, bourgmestre de Koekelberg.

    Etterbeek et Uccle ont également opté pour l’abaissement de l’âge. 

    Les entités ayant maintenu la limite à 16 ans sont, par contre, beaucoup plus nombreuses : Anderlecht, Auderghem, Evere, Forest, Ganshoren, Molenbeek, Saint-Josse, Schaerbeek, Watermael-Boitsfort et Woluwe-Saint-Pierre en font partie. "Cela ne signifie pas qu’il y aura de l’impunité vis-à-vis des jeunes de moins de 16 ans. On continuera à travailler avec nos éducateurs et les faits graves seront transmis aux juges de la jeunesse qui possèdent une gamme de mesures plus large" , précisait récemment le maïeur de Schaerbeek, Bernard Clerfayt.

    La question divise encore quatre majorités communales. C’est ainsi que Saint-Gilles, Ixelles, Woluwe-Saint-Lambert et la Ville de Bruxelles n’ont toujours pas tranché la question. 

    Bien que cette mesure ait été très médiatisée, elle ne devrait pas apporter de grands changements sur le terrain. En témoigne le nombre très peu élevé de sanctions ayant touché des mineurs de plus de 16 ans en 2013. En effet, un seul cas a été recensé à Evere, l’an dernier, tandis que Koekelberg, Molenbeek et Saint -Gilles ont sanctionné respectivement 14, 13 et 5 mineurs. Quant aux communes de Ganshoren et Boitsfort, elles n’ont vu aucun mineur impliqué dans les dossiers ouverts l’an dernier. 

    Source : Lalibre.be


    2 commentaires

  •  Le "Val d'Or" va-t-il étouffer le "Chemin des deux Maisons" ? Selon le journal Le Soir, 77 appartements sortiraient de terre dans les mois à venir au Val d'Or le long du Chemin des deux Maisons.                   En réalité, mais sur le long terme, ce seront près de 660 appartements qui "refleuriront" le Val d'Or (près de 250 arbres abattus pour la création de ce complexe frown ) dans les toutes prochaines années car le projet - avalisé par la commune - est d'y ériger six immeubles de taille moyenne (près de 80 appartements par immeuble) et un septième en forme de U (voir photo). Sachant que dans le premier bâtiment qui sera construit prochainement, il y aura 17 appartements à 1 chambre, 41 appartements à 2 chambres, 11 appartements à 3 chambres,  3 appartements à 4 chambres ainsi que des duplex et espaces pour professions libérales, il deviendra particulièrement problématique de se garer au Chemin des deux Maisons, déjà saturé en journée. Comment le quartier pourra-t-il absorber le trop plein de véhicules que ces immeubles généreront immanquablement, en particulier en soirée lorsque les habitants de ce nouveau "joyau architectural" rentreront de leur travail ?             L'appartement le moins cher (51 m2- pas de chambre) est vendu au prix de 175.000 € + emplacement garage en option au prix minimal de 25.000 €. Est-ce comme cela que la commune encourage la venue sur notre commune des classes moyennes et/ou des ménages (pas de chambre dans cet exemple) à revenu limité ?  

    Selon le cahier des charges de Besix, il y aura, pour le premier immeuble, 79 unités de parking en sous-sol pour 77 logements. Sachant que chaque ménage a, au moins, deux voitures et que cet immeuble a des appartements de 3 et 4 chambres + des surfaces pour professions libérales, je vous laisse deviner le nombre de véhicules que le quartier du "Val d'Or-Chemin des deux Maisons" devra absorber !!!

    Le cauchemar des riverains sera au summum lorsque les 660 logements seront construits et cela malgré les rues prévues entre ces immeubles (photo du bas).

    L'article de presse, très élogieux, que nous livre le journal Le Soir ne fait cependant aucunement allusion au devenir des environs immédiats de ces immeubles. Voici quelques extraits choisis : "La première pierre a été déposée en présence du ministre-président Rudy Vervoort et du bourgmestre Olivier Maingain. Une pierre qui a finalement laissé place à un arbre, symbolisant l'espoir mais aussi l'importance des espaces verts prévus autour des bâtiments (pour rappel : 250 arbres ont été abattus pour faire place à ces nouvelles constructions !!!). Une belle façon de marquer la continuité du développement immobilier et la valorisation du site du Val d'Or  !!!  Ces constructions sont une réelle nécessité pour une commune telle que WSL dont la population ne cesse de croître...."

     

    Woluwe-Saint-Lambert : Le "Val d'Or" va-t-il étouffer le "Chemin des deux Maisons" ?

     Lien utile : 

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/wolu1200-un-projet-immobilier-gigantesque-qui-mise-parait-il-sur-le-ve-a117594518


    7 commentaires
  •  

     

     Très grosse colère des riverains des ponts historiques de la Woluwe + vidéo

    Les riverains des ponts de la Woluwe ont employé les grands moyens en invitant la RTBF à... sa grosse colère et en appelant la police ainsi que la commune à la rescousse. Les riverains ont contesté la destruction de leurs ponts "historiques" en s'installant dessus et en refusant de les quitter. Pour éviter la confrontation, les travaux de destruction engagés par l'IBGE sont momentanément suspendus. Comme le rappelle le journaliste de la RTBF, ces ponts sont des vestiges de la dernière guerre mondiale et à ce titre sont inscrits depuis 15 ans en liste de sauvegarde. 

    Selon la Région bruxelloise, la disparition de ces ponts sont le prix à payer pour... curer la rivière et restaurer les berges !!!

     Très grosse colère des riverains des ponts historiques de la WoluweQuant à la Madame Huytebroeck, Ministre de la Région bruxelloise en charge de l'environnement et de la rénovation urbaine, celle-ci semble se désintéresser, selon Monsieur Matgen, échevin de l'environnement et du développement durable de WSL, fortement de ce dossier, ...probablement pas suffisamment porteur en voix électorales (ça, c'est moi qui le dis) !!! Il est certain que si la rue longeant la rivière avait eu plusieurs centaines de riverains en colère, l'intérêt de Madame Huytebroek pour les ponts de la Woluwe aurait été tout autre !!!!

    JT RTBF :    http://www.rtbf.be/video/detail_jt-13h?id=1900318#   (à regarder à partir de : 13 minutes 30)

    Liens utiles :  http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/wolu1200-les-ponts-de-la-woluwe-seront-rases-a106759588

                             http://www.rtbf.be/info/regions/detail_bruxelles-destruction-des-ponts-de-la-woluwe-les-habitants-depites?id=8215635

                             http://www.telebruxelles.net/portail/info/woluwe-saint-lambert/30472-woluwe-saint-lambert-la-guerre-des-ponts-a-debute


    votre commentaire
  •  

    Les gardiens de la paix bientôt assimilés aux policiers !?!

    Voir reportage vidéo réalisé à Woluwe-Saint-Lambert en cliquant sur le lien :

    http://www.rtbf.be/video/detail_des-gardiens-de-la-paix-assimiles-aux-policiers?id=1900299

     

    Wolu1200 : Des gardiens de la paix assimilés à des policiers (reportage vidéo) !?!J'ai croisé ces gardiens de la paix et je ne comprenais pas, tout en l'appréciant, leur extrême amabilité.... jusqu'à ce que je découvre la caméra de la RTBF yes. Ceci dit, ces gardiens de la paix sont généralement polis et respectueux des gens qu'ils croisent mais... plutôt taiseux, sauf cette-fois-ci !!!! cool


    votre commentaire
  • Les feux rouges espagnols arrivent à Woluwe-Saint-Lambert.

     LES FEUX ROUGES ESPAGNOLS ARRIVENT A WOLUWE SAINT LAMBERT!!!

    Woluwe-Saint-Lambert va tester dans le courant de cette année des nouveaux feux de signalisation, appelés feux espagnols. Leur particularité est qu'ils passent au rouge lorsqu'ils détectent un excès de vitesse.

    Ce système sera installé chaussée de Stockel et rue Théodore de Cuyper et leur objectif sera de calmer les chauffards.

    Des feux alternatifs munis d'un boîtier en amont  mesureront la vitesse des véhicules. Lorsque l'un d'eux circule au-dessus de la limitation de vitesse, le feu enclenche automatiquement la phase de rouge. Ce qui permet d'arrêter le chauffeur. Parce qu'ils sanctionnent les automobilistes peu respectueux du code de la route, on les appelle aussi des feux punitions.

    Une technique mise à la mode depuis une dizaine d'années dans la péninsule ibérique d'où son nom de feux espagnols mais qui n'a pas encore trouvé son public à Bruxelles. Tout simplement parce qu'ils ne sont pas encore adaptés à la situation bruxelloise. La configuration des routes chez nous n'est pas la même qu'en Espagne.

    Il n'empêche, Woluwé-Saint-Lambert se fait fort de tester l'outil. L'objectif de la commune est de réduire la vitesse sur les grands axes de la commune et de sécuriser les abords des écoles. les sercice communaux se sont penchés sur les systèmes existant et les feux espagnol sont apparus comme une solution adéquate.

    Le budget 2014 fait donc déjà état de l'installation de ce système sur les deux artères communales citées plus haut soit la chaussée de Stockel et la rue Théodore de Cuyper, probablement au carrefour avec l'avenue du Mistral et le clos des Peupliers. Ce sont des endroits où il y a beaucoup d'allées et venues d'enfants car on y trouve de nombreuses écoles et crèches.

    Il faudra toutefois attendre la fin de l'année avant d'y être confronté, le temps de passer les marchés publics d'usage et de procéder à l'installation du mobilier. Il s'agit d'un test mais si l'expérience s'avère positive, on peut très bien envisager d'étendre le dispositif à d'autres artères comme l'avenue Georges Henri par exemple.

      LES FEUX ROUGES ESPAGNOLS ARRIVENT A WOLUWE SAINT LAMBERT!!!Voir en lien JT de RTL-TVI sur les feux rouges espagnols :

    http://www.rtl.be/info/belgique/societe/1073626/des-feux-rouges-espagnols-debarquent-bientot-chez-nous-voici-leur-particularite

     

     


    votre commentaire
  •  A quoi ressemblera Bruxelles en 2040 ? + vidéosBRUXELLESA quoi ressemblera Bruxelles en 2040 ? L’exposition Mobil 2040 répond à cette question. Celle-ci est à voir à la Place Cardinal Mercier à Jette du 27 février au 29 mars.

    Comment travailleront, se logeront, s’amuseront, se déplaceront les citoyens dans un avenir proche ? Comment développer Bruxelles sans problème de congestion, afin d’améliorer la qualité de vie de Bruxelles et de renforcer son dynamisme économique ? Voici les questions centrales posées par la Région bruxelloise au bureau Technum et Espaces-Mobilités.

    L’objectif n’était pas de présenter un rêve illusoire mais un résultat réaliste basé sur des évolutions et développements technologiques déjà en œuvre aujourd’hui. Les résultats de Mobil2040 ont ainsi inspiré le volet mobilité du Plan Régional de Développement Durable (PRDD).

    Mobil 2040 tient compte des besoins des Bruxellois pour se déplacer quotidiennement, travailler, faire du sport, etc. La Place Cardinal Mercier à Jette, où se déroulera l'exposition, avec son quartier environnant, est un excellent exemple de « pôle » dans cette ville multipolaire.  La place et ses environs sont facilement accessibles en transport public.

    Pas si fou

    En 2040, la voie ferrée (train, tram et métro) et les gares locales forment la colonne vertébrale de Bruxelles. En 2040, les véhicules individuels doivent céder la place aux véhicules partagés, et aux systèmes de vélos et de voitures partagés. Les gens ne doivent pas se rendre à leur bureau, mais sont « sans bureau fixe » et se déplacent tout en travaillant. Les poids lourds cèdent la place aux vélos-cargo, cargotrams, bateaux ou drones qui s’approvisionnent dans des centres de distribution urbains (comme LaMiLo à Bruxelles ou Citydepot à Hasselt).

    Source : lavenir.net

     Cliquez sur le lien ci-dessous pour les vidéos 

     http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20140303_009&_section=62418920&utm_source=lavenir&utm_medium=newsletter&utm_campaign=regio


    votre commentaire
  •  CRÉATION D'UN ESPACE D'ÉCHANGES AU PARC DES SOURCES

     

    Beau succès, ce dimanche 2 mars, pour la plantation du verger collectif. Trois générations d'arboriculteurs en herbe se sont succédés pour y planter cinq pommiers.


     CRÉATION D'UN ESPACE D'ÉCHANGES AU PARC DES SOURCES

     

    Pour ceux qui ont la main verte, ce Dimanche 30 mars à 13h30...

     Mise en place de la Bah'utte et des bacs à légumes.
    Apportez vos gants, pelles, graines, pinceaux, lasures, tissus etc..., tout ce qui pourra servir à décorer et embellir cet espace.
    La Bah'utte est un petit abri en bois dans lequel vous pourrez prendre ou donner des objets, livres, vêtements, casseroles...
    Tout ce qui peut encore servir est le bienvenu.
    Nous en profiterons pour planter les premières plantes aromatiques et légumes dans les bacs.

    Cette initiative citoyenne est la résultante d'une collaboration avec la cellule Agenda 21, l'asbl Le début des haricots et le collège des bourgmestre et échevins.


    votre commentaire
  • Woluwe-Saint-Lambert dans le top 5 des emplacements garage/parking les plus chers.Garages et emplacements de parking sont aussi rares et recherchés que les maisons de rapport. En 2013, leur prix médian a augmenté de 5 % à 21 000 euros. Selon la commune, ils se négocient entre 15 000 et 30 000 euross.

     Dans le top 5 des prix médians figurent Saint-Gilles (32 500 euros), Ixelles et Woluwe-Saint-Lambert, suivis de Saint-Josse et Woluwe-Saint-Pierre. Soit un top qui mélange communes très urbaines et communes très... chères. Dans le bas du classement, on trouve Berchem-Sainte-Agathe (14 000 euros), Anderlecht et Jette.

    A noter qu’un emplacement de parking est parti, à Ixelles, boulevard Saint-Michel, au prix record de 66 000 euros ! « Ils connaissent une flambée des prix sans précédent, liée à une pénurie des places en rue et, dans une moindre mesure, à des actes de vandalisme sur les véhicules », commente Olivier Dubuisson, notaire à Ixelles. Mais une flambée qui ne date pas d’hier : en 2009, déjà, leur prix flirtait avec les 21 000 euros.

    Source : LeVif.be


    votre commentaire
  • Le club de football de Kraainem ouvre des stages en néerlandais. 

     A côté de chez nous... Kraainem : Football of/ou voetbal ? Le football permet de se dépenser, d'apprendre à respecter les règles et de se faire plaisir, certes, mais aussi... de parler d'autres langues ! Apprendre le néerlandais grâce au football, c'est le pari que s'est lancé Laurent Thieule, président du football club de Kraainem. Durant les vacances de Pâques, il propose des stages liant sport et études du néerlandais. Commune à facilité totalisant près de 85% de francophones, Kraainem était le lieu idéal pour une telle expérience. D'autant que le parrainage de ce projet par Marc Wilmot a ajouté un certain prestige à ce stage semi-social. Un stage d'une semaine aura lieu en avril dans ce qui s'appelle la première "Football Academy". Au programme, trois heures de cours de néerlandais le matin et trois heures d'entraînement, en néerlandais toujours, l'après-midi. Une immersion totale dont le but est d'aider les jeunes à se familiariser avec la langue dont la maîtrise est plus que nécessaire dans la capitale. Une dimension qui a particulièrement touché la Commission européenne et l'Union belge de football. 

    Ouvert à tous les enfants de la région, âgés de 8 à 16 ans, le stage a déjà enregistré une quinzaine d'inscriptions. Le club en espère près de cinquante.

    Renseignements et inscriptions : 0490/39-04-56 ou kraainemacademy@gmail.com

    source : journal Le Soir - Sophie Samaille (st.)

    Monsieur Eric Bott, échevin des sports, pourrait s'inspirer de cette excellente initiative.

    Réponse de Monsieur Eric Bott via facebook :

    Depuis maintenant deux années, la Wolu Tennis Academy, dont je suis le président, propose en partenariat avec la « Kids&Us language school Bruxelles » des stages durant les vacances scolaires alliant la découverte du tennis et l'apprentissage d'une nouvelle langue au travers de différentes activités.
    Je n'ai donc pas attendu les initiatives des autres communes bruxelloises pour mettre ce projet sur pied qui rencontre d'ailleurs un franc succès et qui a déjà reçu mon aval pour être reconduit l'année prochaine.
    Cependant, en ma qualité d'Échevin des sports de Woluwe-Saint-Lambert, il m'est impossible de m'immiscer dans la gestion quotidienne des autres clubs utilisant les infrastructures sportives communales ou privées. S'il est vrai que je préférerais voir les clubs sportifs encourager l'apprentissage des langues en proposant de nouvelles activités, je ne suis pas dans la mesure de le leur imposer.


    votre commentaire
  • « Nous sommes obligés d’assurer notre propre sécurité », c’est le triste constat de Marie-Joëlle et Patrick Tillieux ainsi que celui de leurs voisins, trop souvent victimes de vols ou de dégradations au quartier du Capricorne dans la commune de Woluwe-Saint-Lambert. Pour les Tillieux, c’en est trop ! Attaqués quatre fois en à peine huit mois, ils souhaitent plus de mesures de sécurité de la part de la commune.

    
Marie-Joëlle et Patrick ont déposé plainte
 suite à du vandalisme et des tentatives de cambriolage.

    Marie-Joëlle et Patrick ont déposé plainte suite à du vandalisme et des tentatives de cambriolage.

    Des rôdeurs, des vandales et des voleurs… «  Le quartier du Capricorne a bien changé alors que je suis née ici. Avant, il était possible de laisser tout ouvert chez soi sans avoir peur de se faire voler. Mais il n’en est plus question à présent  », déplore Marie-Joëlle Tillieux, habitante dudit quartier situé à Woluwe-Saint-Lambert. Tout comme Patrick, son époux, expliquant avoir été victime de multiples agressions. «  Quatre fois en à peine huit mois, nous avons été la cible de voleurs. Nous étions une des rares maisons a n’avoir jamais rencontré de problème. Nous avions un chien Terre-Neuve qui dissuadait les voleurs mais celui-ci est mort. Aujourd’hui, nous nous sentons impuissants car nous avons signalé ces faits mais rien n’a été fait.  » Bien entendu, les riverains voient un agent circuler avec un chien mais cette surveillance est très sporadique selon eux. «  Cela serait déjà très bien si l’on voyait quelqu’un au moins une fois par semaine  », souligne les Tillieux. Ajoutant qu’«  il n’est pas rare de voir des voitures se garer vers deux heures du matin tous feux éteints. On ne sait pas ce que les occupants viennent faire mais ils attendent plusieurs heures avant de repartir. Parfois des jeunes crient, se battent et se disent entre eux : alors t’es cap.  »

    La famille ne comprend pas pourquoi une surveillance renforcée tarde dans le quartier. D’autant que des plaintes ont été déposées et que les images de la caméra de surveillance placée devant chez eux ont été montrées à la police. On peut y voir «  des jeunes qui cassent pour casser. Seuls ou en bande, ils frappent sur le pare-brise de notre voiture à coups de poing ou encore arrachent la boîte aux lettres pour la lancer sur l’auto.  » Des actes totalement gratuits ! Ou parce que certains en profitent également pour voler les riverains. Marie-Joëlle et Patrick en ont fait les frais comme le montrent encore une fois d’autres images de la caméra. «  Un homme a visité notre voiture pendant une heure trente. Il a ainsi forcé la serrure, cassé le carreau arrière, pris une boîte dans le coffre.  » Le tout sans se presser.

    Raison à ça ? «  Il y a un sentiment d’impunité. En huit ans, ici, je peux vous dire que toutes les maisons ont été cambriolées. Ceux qui sont attrapés sont vite relâchés et il est même arrivé de demander à un voisin agressé qui a été en incapacité de travail et a dû faire des séances chez le kiné de ne pas porter plainte contre un jeune déjà connu pour 60 faits  » explique Marie-Joëlle et Patrick.

    C’est pourquoi, faute de moyens, «  les habitants se barricadent du mieux qu’ils peuvent. Nous sommes obligés d’assurer notre propre sécurité.  » une situation que les Tillieux jugent inadmissibles. «  Les maisons du quartier valent au mois 450.000 euros. N’avons-nous pas droit à un minimum de sécurité ?  » demandent-ils.

    Yolande Nimy

    Source : Sudinfo.be


    votre commentaire
  •  
     Wolu1200 : Les ponts de la Woluwe seront rasésIls se sont courageusement battus, les riverains de la Woluwe, entre l'avenue Emile Vandervelde et la rue Chapelle-aux-Champs. Depuis qu'ils avaient pris connaissance du projet de Bruxelles-Environnement de curer leur rivière et d'en restaurer les berges, ils ont tout tenté pour empêcher que ces travaux n'entraînent la disparition d'une dizaine de petits ponts datant de la Seconde guerre mondiale, témoignage d'une époque où, pour répondre aux problèmes de ravitaillement posés par le conflit, la commune avait autorisé les riverains à cultiver des lopins de terre sur la rive gauche de la rivière, et à construire des ponts pour y accéder. Mais ils ont tout perdu les riverains et pour certains, ce sont leurs souvenirs qui vont périr dans cette destruction d'une époque pas si lointaine que cela. Dès ce lundi, les travaux seront entamés, et les ponts disparaîtront. Les arguments de Michel Dieudonné, historien, n'y auront rien fait. Même celui selon lequel le site est classé depuis 1998. Le permis d'urbanisme octroyé demande de faire disparaître ces passerelles, point à la ligne et, faisons fi des états d'âme de ces nostalgiques d'une époque révolue, on abattra ce qui devra l'être. Ceci dit, l'idée de reconstruire de nouveaux ponts intégrés n'est pas à exclure. Quant à ces ponts, à la beauté toute relative mais historique, ils en auraient pourtant encore des anecdotes à raconter aux jeunes générations et à celles à venir car ils ont porté et vu tellement de misère(s) et de belles histoires que plus d'un chapitre pourrait leur être consacrés. Qui sait !!!  Lorsque l'on fêtera les cent ans de la Seconde guerre mondiale, l'un de ces ponts aura, peut-être, été sauvé de la destruction et se retrouvera au Musée des Armées, là où, en ce moment, une merveilleuse exposition nous remémore "l'histoire comme vous ne l'avez jamais vue", celle de la Première guerre mondiale.... et de certains de ses vieux ponts qui en ont tellement vu !!!!

    Source : journal Le Soir + avis personnel 

    Ancien article : 

    http://woluwe-saint-lambert.eklablog.com/les-ponts-de-la-woluwe-en-peril-a105539886

     

     

    Wolu1200 : Les ponts de la Woluwe seront rasés 

    Le dépeçage commence

    Wolu1200 : Les ponts de la Woluwe seront rasés

    Wolu1200 : Les ponts de la Woluwe seront rasés

    Déjà deux lointains souvenirs

     


    votre commentaire
  • Un groupe spécial jeunes se tiendra du 24 au 28 mars à la Maison de l'Emploi de Woluwe-Saint-Lambert

    Atelier de recherche active d'emploi

    L'Atelier de recherche active d’emploi (ARAE), en collaboration avec Actiris et le FSE, organise son « Groupe Jeunes » annuel qui se tiendra du 24 mars au 28 mars 2014.

    Séance d’information

    Lundi 10 mars à 14h.

    Conditions de participation au groupe:

    • voir entre 18 et 24 ans;
    • être inscrit chez Actiris;
    • habiter l’une des 19 communes bruxelloises;
    • avoir pour niveau d'étude maximum le CESS
    • ou supérieur et 2 ans d’inoccupation minimum;
    • ou supérieur et émargeant au CPAS.

    Au sein d’un groupe de 8 à 12 jeunes, accompagné et conseillé, vous reprenez confiance en vos capacités et redynamisez votre recherche d’emploi. Les avantages d’une formule collective sont multiples. La prise de conscience de n’être pas seul à rencontrer des difficultés dans la recherche d’un emploi ainsi que les conseils des autres participants et des conseillères contribuent à l’évolution personnelle des participants. Un climat de confiance au sein des groupes permet d’entamer un travail constructif de recherche d’emploi en remobilisant ses ressources personnelles. Tout cela au sein d’une infrastructure mise gratuitement à votre disposition ( accès internet, bibliothèque, téléphones…)

    Cette action de groupe comprend trois phases :

    - Lors de la première phase nous vous permettons de formuler de manière précise un projet professionnel réaliste. Nous vous aiderons également à identifier vos atouts et vos faiblesses ce qui vous permettra de reprendre confiance en vos ressources personnelles.

    - Dans une ambiance active de travail, les conseillères vont vous présenter l’ensemble des outils et les techniques nécessaires à la recherche d’un emploi afin que vous puissiez réaliser l’ensemble de vos démarches en toute autonomie. Vous apprendrez à valoriser votre candidature au travers de votre curriculum vitae, de vos appels téléphoniques, de vos lettres de motivations et de vos entretiens avec l’employeur. A travers des exercices et des mises en situation nous verrons donc avec vous :

    • le curriculum vitae;
    • la lettre de motivation;
    • la prospection téléphonique;
    • le ciblage des employeurs;
    • l’analyse des offres d’emploi;
    • l’entretien d’embauche.

    - La troisième phase consiste en un suivi de groupe qui vous permettra de faire le point avec les conseillères sur votre recherche d’emploi ainsi que de retrouver les autres participants et d’échanger sur vos expériences.

    Cet atelier est entièrement gratuit.

    Info et inscription

    Mme Chantal SCHOCKAERT
    Maison de l’Emploi de Woluwe-Saint-Lambert
    105, bd Brand Whitlock
    02.740.04.45
    rae.woluservices@telenet.be


    votre commentaire

  • Depuis plusieurs saisons, la Maison de la Jeunesse de Woluwe-Saint-Lambert [avenue Prekelinden 78) offre régulièrement l'hospitalité à de jeunes artistes afin que ceux-ci aient l'opportunité de présenter leurs oeuvres au public. Regroupés au sein du collectif « Headslaps ». Régis Leemans, Charly Dheulin, Vincent Valdes, Jonathan Messina et Hamza Yesilördek dévoilent cinq visions artistiques tout à fait personnelles  et originales. L'exposition se tiendra du jeudi 20 (vernissage à 18h) au vendredi 28 mars et sera accessible du lundi au vendredi, de 9h à 17h.

    Source : Wolu Jeunes


    votre commentaire
  • Ce blog est aussi le vôtre

    Vous avez des anecdotes sur notre belle commune que vous voulez partager !!!!     Ce blog les accueille avec grand intérêt.

    Vous voulez me signaler une particularité du quartier dans lequel vous vivez ou un lieu à faire connaître... Le concepteur de ce blog se déplacera.

    Vous organisez un événement et désirez le faire partager par un maximum d'habitants de Woluwe-Saint-Lambert...  Contactez-moi.

    Vous voulez râler (en tout bien, tout honneur)?  Comptez sur moi pour relayer votre sale caractère. Je suis le roi des râleurs.

    Mes coordonnées :  E-mail : valmicar@edpnet.be

    Michel de Bruxelles


    votre commentaire